Brutale de Jacques-Olivier Bosco

Le résumé
Le jour, Lise Lartéguy est flic au Bastion, le nouveau 36. Méthodes expéditives, close-combat, la belle frise souvent les limites de la légalité. La nuit, elle enfile son casque de moto et libère sa Bête intérieure. Cette Bête qui la fait souffrir. Brutale. Très brutale. Dans son viseur : des égorgeurs de jeunes vierges, qui n’hésitent pas à mitrailler des gendarmes à l’arme lourde. Son frère, Camille, fait partie des victimes. De quoi réveiller le Monstre qui est en elle…

Continuer la lecture de « Brutale de Jacques-Olivier Bosco »

Féroce de Danielle Thiéry

Le résumé
Un inconnu suit une petite fille. Il l’observe comme un animal. Il la veut. il l’aura.
Des ossements sans têtes sont découverts au zoo de Vincennes dans l’enclos des lions. Des enfants. Alix de Clavery, la criminologue de l’OCRVP, fait immédiatement le lien avec la jeune Swan, dont la disparition au zoo de Thoiry six ans auparavant continue à l’obséder. S’agit-il du même prédateur ? Alors que les forces de l’Office sont mobilisées pour démanteler une filière pédophile, les voilà atteintes en plein cœur : l’adjoint de la commissaire Marion est retrouvé inconscient, les mains en sang, et une brigadière a disparu. Mais le pire est encore à venir. Une alerte enlèvement est déclenchée : il s’agit d’une petite fille…
De l’homme ou de l’animal, on ne sait qui est le plus féroce.

Sans défense d’Harlan Coben

jadorelalecture.com Harlan Coben sans défense

 

Le résumé
Après huit ans d’absence, Bolitar fait son grand retour dans une enquête explosive, à très haute fréquence artérielle. Insomniaques, passez votre chemin. 
Un adolescent est retrouvé à Londres dix ans après avoir été kidnappé aux États-Unis. Que s’est-il passé ? 
Patrick et Rhys, amis et voisins, ont été kidnappés alors qu’ils jouaient ensemble. Leurs parents ont versé une rançon mais les petits garçons n’ont jamais réapparu, laissant les deux familles dans l’angoisse et le doute. Dix ans plus tard, à Londres, Win, l’oncle de Rhys, croit reconnaître l’un des deux garçons. Il appelle en renfort son meilleur ami, le détective Myron Bolitar. Ils retrouvent Patrick mais Rhys reste introuvable. Peut-il encore être sauvé ? Que s’est-il passé pendant ces dix années ? Pourquoi Patrick refuse-t-il de confier ce qu’il a vécu ?

Mon avis
Un vrai plaisir de retrouver Myron Bolitar après une si longue absence dans les polars d’Harlan Coben !
Je suis une inconditionnelle de cette saga où les personnages sont quand même parfois border-line ou « déjantés » sous leur apparente normalité. C’est ce qui fait notamment tout l’intérêt évidemment de Win Lockwood, Espéranza ou encore Big Cindy. Bref j’ai replongé direct et très vite dans cette nouvelle intrigue autour de la disparition de deux jeunes enfants, 10 ans plus tôt. J’ai aimé retrouver tous ces personnages récurrents depuis de longues années maintenant dans les polars d’Harlan Coben. Ils ont évolué bien entendu. Myron est juste un peu trop « guimauve » à mon goût quand il s’agit d’évoquer sa nouvelle histoire d’amour. Ce n’est pas très crédible mais après tout, un peu d’eau de rose ne fait pas de mal dans cette intrigue bien menée. J’avoue que j’ai été surprise par le dénouement. J’ai aimé la galerie de nouveaux personnages somme toute assez originaux.
Bref pour qui aime Harlan Coben, cet incontestable maître du suspense, je recommande sans retenue cette lecture.

Défaillances de B.A. Paris

Le résumé
Cassandra est mariée depuis un an avec Matthew, et leur bonheur semble sans nuages. Jusqu’à ce qu’un orage, un soir, pousse Cass à emprunter une route qu’elle n’aurait jamais dû prendre, à travers la forêt. Trop isolée, trop sombre, trop dangereuse.
Tellement dangereuse, d’ailleurs, que lorsqu’elle dépasse une voiture arrêtée sur le bord de la chaussée, Cass choisit de ne pas s’arrêter pour proposer son aide à la femme qui se trouve à l’intérieur.

Mais lorsqu’elle apprend, le lendemain, que la femme a été retrouvée sauvagement assassinée, Cass est assaillie par la culpabilité.
Et les coups de fil anonymes qu’elle reçoit désormais chez elle transforment ses angoisses en terreur.
Elle en est persuadée : quelqu’un l’a vue, ce soir là. Quelqu’un qui continue de l’observer. Quelqu’un qui pourrait bien être l’assassin.
Pourtant ni Matthew, ni Rachel, sa meilleure amie, ne prennent ses craintes au sérieux.
Et Cass elle-même commence à douter : comment être sûre de quoi que ce soit alors qu’elle perd chaque jour un peu plus la mémoire, oubliant le code de l’alarme, sa place de parking, ce landau qu’elle a commandé même si elle n’a pas d’enfants, et ce que peut bien faire dans sa cuisine ce couteau ensanglanté qu’elle ne reconnaît pas.

jadorelalecture.com BA Paris
BA Paris en Gironde mai 2017

Mon avis

B.A. Paris a connu un immense succès international avec « Derrière les portes ».
J’ai eu l’occasion de rencontrer cette auteur très sympathique au premier salon organisé par les Psychopathes du Polar l’an dernier. Elle vient de publier son second livre qui se lit aussi vite que le premier. 

J’aime bien son style mais je suis déçue car j’avais deviné dès le départ l’une des issues de ce thriller. Peut-être parce que tout semblait encore une fois trop beau.
Enfin, elle a quand même réussi à me surprendre et j’ai passé un bon moment de lecture. Je vous le recommande pour vous détendre.

Tension extrême de Sylvain Forge

Le résumé
Prix du Quai des Orfèvres 2018
Aux limites du virtuel et de la réalité, les nouvelles technologies conduisent parfois à la folie !
Des cyberattaques paralysent la PJ de Nantes, infiltrent l’intimité des policiers et cernent une ville où le moindre objet connecté peut devenir une arme mortelle. Alors que les victimes s’accumulent, une jeune commissaire à peine sortie de l’école et son adjointe issue du « 36 » affrontent ensemble un ennemi invisible. Toutes les polices spécialisées seront mobilisées pour neutraliser la nouvelle menace de la science complice du crime.

Mon avis
Vous commencez cette lecture et vous ne la lâchez plus, je vous le garantis. Ce polar est juste fascinant et tellement dans l’air du temps. Etes-vous sûr de votre tablette, de votre téléphone, de vos appareils connectés ? Bref, sans basculer dans la paranoïa évidemment, Sylvain Forge vous plonge dans cette chasse aux cybercriminels d’une façon vraiment habile. Son écriture est fluide, agréable, rythmée. Il mérite amplement son Prix du Quai des Orfèvres 2018, cela va sans dire. On y découvre aussi la manière de travailler conjointement parfois des différents services de sécurité et j’adore. Bref, ce polar est marqué par le réalisme et c’est ce qui m’a plu. On se dit en le lisant mais cela pourrait tout à fait arriver, si ce n’est déjà fait…

Cyanure de Laurent Loison

Le résumé
Branle-bas de combat au 36, quai des Orfèvres. Toujours assisté de sa complice Emmanuelle de Quezac et du fi dèle capitaine Loïc Gerbaud, le célèbre et impétueux commissaire Florent Bargamont se trouve plongé dans une enquête explosive bien différente des habituelles scènes macabres qui sont sa spécialité.
Un ministre vient en effet d’être abattu par un sniper à plus de 1200 m. Sachant que seules une vingtaine de personnes au monde sont capables d’un tel exploit, et que le projectile était trempé dans du cyanure, commence alors la traque d’un criminel particulièrement doué et retors. Les victimes se multiplient, sans aucun lien apparent et n’ayant pas toutes été traitées au cyanure. Balle ou carreau d’arbalète, la précision est inégalée. Ont-ils affaire à un ou plusieurs tueurs ? Un Guillaume Tell diaboliquement effi cace se promène-il dans la nature ?
Tandis que Barga doit faire face à de perturbantes révélations et se retrouve dans une tourmente personnelle qui le met K.O., les pistes s’entremêlent jusqu’au sommet de l’État, où le président de la République n’est peut-être pas seulement une cible.

Mon avis
Un thriller haletant, une écriture très agréable. Des personnages cabossés, des flics auxquels on s’attache, des hommes politiques qu’aucune « magouille » ne rebute, un trait de mafia et une escalade dans les affaires à régler. Tous les ingrédients sont réunis pour vous rendre addict. Quelle histoire ! J’ai vraiment adoré ce thriller et découvert en même temps la plume de Laurent Loison. Nul doute cet auteur est prometteur. Il vous embarque dans son histoire en très peu de pages et là vous ne lâchez plus ce bouquin. Je ne spolierai pour rien au monde la fin mais alors là, ce fut le top du top. Vous l’avez compris, je vous le recommande vivement.

Millenium 5 de David Lagercrantz

Le résumé
Lisbeth Salander purge une courte peine à la prison des femmes de Flodberga et fait tout ce qu’elle peut pour éviter les conflits avec les autres détenues. Quand elle prend la défense d’une jeune Bengladaise, elle est immédiatement défiée par Benito, la meneuse de la prison.
Holger Palmgren rend visite à Lisbeth et lui raconte qu’il a reçu des documents portant sur les abus commis par les autorités qu’elle a subis pendant son enfance. Lisbeth demande à Mikael Blomkvist de l’aider pour en savoir plus. Des indices les mènent sur les traces d’un certain Leo Mannheimer, associé de la société de gestion Alfred Ögren.
Comment le passé d’un jeune homme de bonne famille, issu des circuits de la finance, peut-il être lié à celui de Lisbeth ? Et comment Lisbeth va-t-elle faire face aux intimidations de plus en plus menaçantes de Benito et de sa bande.

Dans « La fille qui rendait coup pour coup« , David Lagercrantz tisse une trame haletante sur l’abus de pouvoir, sur les zones d’ombres de l’enfance de Lisbeth qui continuent de la hanter.

Mon avis
J’avais eu quelques difficultés à entrer dans l’histoire tissée par David Lagercrantz dans le 
Millenium 4. Tel ne fut pas le cas avec ce cinquième opus. Pour autant, je ne dirais pas du tout que j’ai adoré. Ce livre se laisse lire et je me suis laissée tenter car j’aime vraiment les personnages qu’avait créés feu Stieg Larsson. Ce cinquième tome n’a bien évidemment pas la plume talentueuse de Stieg Larsson mais l’on ne peut pas non plus comparer les deux auteurs, chacun son style, chacun son écriture. Je l’ai somme toute lu assez vite même si je regrette que le personnage de Lisbeth ne soit pas plus présent, plus décortiqué, de la même manière que l’enquête menée par Mickael Blomkvist. L’intrigue est intéressante et suscite la curiosité mais je suis tout de même restée sur ma faim. Je ne vois pas la vraie chute à cette quête et études sur les jumeaux. Oui Léo et Dan sont intéressants, les scientifiques aussi, mais le tome 5 présente aussi des longueurs. Benito est un personnage qui aurait également à mon avis mérité d’être plus creusé. Oui elle est violente, oui elle a des affinités discutables mais pourquoi, le mystère reste entier et l’on n’en apprendra pas plus sur ce personnage. Dommage ! Donc ce n’est pas une lecture que je recommande absolument mais les inconditionnels de Lisbeth peuvent un peu replonger dans son univers. 

Je sais pas de Barbara Abel

« Je sais pas » Barbara Abel

Le résumé
C’est le grand jour de la sortie en forêt de l’école maternelle des Pinsons : un avant-goût de vacances. Tout se déroule pour le mieux jusqu’au moment du retour, quand une enfant manque à l’appel. Emma, cinq ans, a disparu. C’est l’affolement général. Que s’est-il passé dans la forêt ? À cinq ans, on est innocent. Pourtant, ne dit-on pas qu’une figure d’ange peut cacher un coeur de démon ?

Mon avis
Quand j’ai rencontré Barbara Abel en mai dernier, elle assurait la promo de son dernier opus « Je sais pas ». Je n’avais alors pas craqué sur celui-ci car le sujet, une disparition d’enfant durant une sortie scolaire, me dérangeait un peu et me mettait même mal à l’aise. Depuis, j’ai lu nombreux livres de cette auteur et j’apprécie vraiment son écriture, la dimension psychologique de ces ouvrages. Dérangeant, voilà bien le sentiment qui m’animait à la lecture du résumé. Mais que dire de la lecture de ce bouquin ? Il est justement dérangeant par le caractère étrange de cette petite fille Emma. Elle a 5 ans mais la maturité d’une enfant plus âgée. Ses attitudes, ses comportements, tout en elle repousse plutôt que d’attendrir. Et le parallèle avec Mylène cette jeune femme malmenée est juste époustouflant et très habile. Des générations différentes mais des attitudes et comportements similaires à tel point que je n’ai pas été surprise du comportement d’Emma quand les deux personnages se retrouvent en huis clos. J’ai perçu la noirceur de ces personnages et j’ai aimé cette manière de les décrire et de faire évoluer les autres personnages autour d’elles. Ce sont deux caractères forts sous des airs de personnes fragiles et sensibles.  Car ce sont bien elles les deux personnages centraux, les autres ne sont que figurants en fin de compte pour moi. Mais l’univers de ce thriller est quand même glaçant. Aucun des personnages n’est simple. Tout est sujet à ambiguïté. Donc j’ai aimé évidemment  et je recommande !

D’ombre et de silence de Karine Giebel

« Écrire une nouvelle, c’est tenter, en quelques lignes, de donner vie à un personnage, de faire passer au lecteur autant d’émotions qu’en plusieurs centaines de pages.
C’est en cela que la nouvelle est un genre littéraire exigeant, difficile et passionnant
« , 
Karine Giebel sur le site de son éditeur Belfond.

Le résumé
« Partir sans lui dire au revoir.
Parce que je me sens incapable d’affronter ses larmes ou de retenir les miennes.
L’abandonner à son sort.
Parce que je n’ai plus le choix.
(…)
Je m’appelle Aleyna, j’ai dix-sept ans.
Aleyna, ça veut dire éclat de lumière.
(…)
J’ai souvent détesté ma vie.
Je n’ai rien construit, à part un cimetière pour mes rêves. Là au moins, on ne pourra pas me les voler. »
Si les romans de Karine Giebel sont parmi les plus lus en France et ont fait le tour du monde, celle-ci excelle depuis quelques années dans un genre tout aussi exigeant : la nouvelle, où elle condense en quelques pages seulement toute la force de ses romans. « D’OMBRE ET DE SILENCE » réunit huit textes, dont certains sont inédits et d’autres restés jusqu’à aujourd’hui très confidentiels. Voici l’occasion de (re)découvrir Karine Giebel intensément, grâce à ce recueil de nouvelles noires, humaines, engagées…
 
Mon avis
Je suis toujours impatiente de découvrir les nouveaux écrits de Karine Giebel, devenue l’un de mes auteurs préférés depuis « Meurtres pour une rédemption ». J’ai lu tous ses ouvrages. Celui-ci encore une fois m’a prise aux tripes et mon coeur en a été saisi. Elle a écrit ces nouvelles avec un tel talent que vous tournez encore une fois les pages toujours plus vite. Huit nouvelles, huit coups au coeur. L’une d’elle notamment « J’ai appris le silence » avait déjà été publiée et ej m’en souvenais. Celle-ci m’avait marquée quand je l’avais lue, déjà à l’époque. Des nouvelles fortes, empreintes de noirceur quand même, des personnages forts, beaucoup d’humanité, de souffrance et tellement dans l’actualité. Un ouvrage à lire absolument !

La sorcière de Camilla Lackberg

Le résumé
Nea, une fillette de 4 ans, a disparu de la ferme isolée où elle habitait avec ses parents. Elle est
retrouvée morte dans la forêt, à l’endroit précis où la petite Stella, même âge, qui habitait la même ferme, a été retrouvée assassinée trente ans plus tôt. Avec l’équipe du commissariat de Tanumshede, Patrik mène l’enquête, tandis qu’Erica prépare un livre sur l’affaire Stella. 

Mon avis
Camilla Läckberg nous offre ici son art d’écrivain. Je trouve que « La sorcière » est son meilleur opus ». Elle a bien creusé ses personnages et leur apporte ainsi plus de profondeur. J’y étais déjà attachée mais ce livre a renforcé mon attachement pour sa galerie de personnages récurrents. Je les retrouve avec vraiment beaucoup de plaisir. Ce polar comporte aussi ici une vraie dimension historique. Elle a enrichi le nombre de personnages, alterne les chapitres entre les époques et c’est fascinant. 700 pages mais que l’on ne lâche pas de bout en bout. Les premiers chapitres pose le rythme entre 17ème siècle et époque actuelle. Le lecteur peut être un peu perturbé et chercher le lien. Cela ne dure pas. Très vite, Camilla Läckberg le guide et l’emporte là elle veut et c’est très habile. L’actualité, la politique sont également au coeur du livre. Bref, tous les éléments d’un livre réussi pour captiver son lecteur. J’ai adoré et j’ai été impressionnée par le final de ce polar. Bravo