Qaanaaq – Mo Malø

Qaanaaq-Mo-Malo

Qaanaaq – Mo Malø

Résumé

Adopté à l’âge de trois ans, Qaanaaq Adriensen n’a jamais remis les pieds sur sa terre natale, le Groenland. C’est à contrecœur que l’inspecteur accepte d’aider la police locale, démunie devant ce qui s’annonce comme la plus grande affaire criminelle du pays : quatre ouvriers de plateformes pétrolières retrouvés le corps déchiqueté. Les blessures semblent caractéristiques d’une attaque d’ours polaire. Mais les ours crochètent-ils les portes ? Flanqué de l’inspecteur Apputiku, Qaanaaq va mener l’enquête. Et peut-être remonter ainsi jusqu’au secret de ses origines.

Mon avis

Qaanaaq, un polar venu du froid mais attention écrit par un Français sous pseudo (Frédéric Mars).  

On ne prononce pas Qaanaaq mais «  Hranaak » ! Le ton est donné et l’auteur tout autant qu’il vous embarque dans un polar sombre, froid pour ne pas dire glacial, vous emmène à la découverte du Groenland. Et tout est fort bien documenté, décrit pour transporter le lecteur au coeur de paysages époustouflants mais également au coeur des traditions  groenlandaises.

Ce roman est le premier opus d’une trilogie (Qaanaaq, Diskø et Nuuk). D’ailleurs, avant la parution de Nuuk, Mo Malø a publié sur Facebook une série de photos prises lors de son dernier voyage au Groenland et suivre ses péripéties était passionnant.

Je remercie les éditions Point de m’avoir proposé de recevoir cette série car ce fut une découverte fort intéressante. Une véritable plongée dans le froid groenlandais ! 

Ce polar s’intéresse donc autant à la résolution de meurtres abominables qu’aux personnages, et notamment à son enquêteur Qaanaaq qui part sur les terres groenlandaises qui l’ont vu naître mais dont il ne connaît finalement rien.

Meurtres abominables

Ici, tout débute par un véritable carnage, celui d’ouvriers de plateformes pétrolières. Leurs  corps sont retrouvés déchiquetés comme pourrait l’avoir fait par un ours polaire. L’intrigue est savamment construite entremêlant meurtres abominables, magouilles politiques et traditions locales. Les rebondissements rythment le récit sans pour autant proposer une lecture trépidante. Et c’est ce que j’ai aimé, même si j’ai parfois trouvé quelques longueurs. 

Mo Malø prend le temps de bien installer ses personnages, de décrire les lieux pour vous plonger en immersion totale. Et autant vous dire que j’ai eu froid, même très froid. À cause du climat groenlandais qui fait grelotter même sous un bon plaid et à cause de l’horreur des meurtres commis.

Ce polar est donc fort bien documenté. Mo Malø décrit avec précision l’opposition entre la modernité du monde contemporain et la culture millénaire inuite en voie de disparition. Il esquisse les tensions entre ce territoire groenlandais et le Danemark sur fond de montée d’un nationalisme inuit très violent. Il évoque les sources de pétrole très convoitées et la position stratégique du Groenland au cours de la guerre froide. 

Enfin le personnage de Qaanaaq est intéressant car il dévoile aussi ses failles et surtout on le suit dans sa quête pour connaître ses origines, lui l’enfant adopté par un couple de Danois. Le duo qu’il forme avec l’inspecteur autochtone Apputiku est original mais efficace. Chacun a ses méthodes et Apputiku est souvent drôle ce qui allège un peu la noirceur des crimes. 

 

Laisser un commentaire