Une certaine idée du paradis – Élisabeth Segard

unecertaineideeduparadis-elisabeth-segard-byjadorelalecture.

Une certaine idée du paradis d’Élisabeth Segard

📆 Paru le 16 septembre 2020

Résumé

Petits meurtres sournois dans la campagne tourangelle
 
Chacun a son idée du paradis dans la charmante bourgade de Mouy-sur-Loire en Touraine. Madame le maire, d’abord, qui se bat pour faire de sa commune un territoire attractif. L’abbé Marcel, qui parvient à remplir son église, quitte à user d’astuces peu orthodoxes. Violette Laguille, vieille dame très discrète – pour faire oublier, peut-être, un passé trop flamboyant. Et aussi sa voisine, Nathalie, une citadine venue s’installer dans ce beau village pour y ouvrir un gîte alternatif et offrir des stages de pleine conscience.
Très vite cependant, la «  Parisienne  » tape sur les nerfs des habitants. Au point que quelqu’un finit par lui taper un bon coup sur la tête.
Mêlée malgré à elle à cette affaire qui met la gendarmerie sur les dents, Violette va devoir, à ses risques et périls, prendre l’enquête en main…

 

Mon avis

Merci aux éditions Calmann-Lévy Territoires pour cette jolie découverte. 

Une certaine idée du paradis, voilà un roman qui se savoure comme une tranche de bonne humeur. J’ai vraiment pris plaisir à le lire car il est truffé d’humour. L’auteure a su retranscrire tout ce qui constitue la vie d’une commune rurale. Nous sommes donc à Mouy-sur-Loire, au coeur de la Touraine. Élisabeth Segard dresse un portrait savoureux des différents protagonistes. Tout le monde y est : le boulanger, les artisans du bâtiment, la mairesse personnage central dans cette cité, l’abbé Marcel, les agriculteurs, l’apiculteur, fils d’agriculteur aux envies de nouveauté, les nantis, le dirigeant de la coopérative laitière, les ambitieux, les discrets… Et puis Violette Laguille, une vieille dame fort secrète qui n’a pas sa langue dans sa poche, privilège de l’âge. 

La «  Parisienne  », nouvellement installée dans le village tente de s’intégrer. Oui mais voilà, elle a des envies de bien-être et elle finit par tellement en agacer certains, qu’on la retrouve morte à son domicile ! 

 

Un hommage à la vie en milieu rural

L’auteure là s’est délectée des tendances actuelles au retour aux choses naturelles, accentuant parfois le trait, toujours avec humour. Chacun en prend pour son grade, autant les irréductibles attachés à leurs habitudes que ceux qui ont envie d’un monde moins pollué ou en tout cas plus naturel. Ajoutons à cela, un soupçon d’envie de s’enrichir sur fond de dossiers à couteaux tirés au conseil municipal ou encore de visite de Mme le Maire à la Préfecture… Le bistrot de la commune joue son rôle de lien social à merveille dans ce roman. Coeur de toutes les discussions, parfois animées, il est l’épicentre de cette vie rurale lui aussi.

Élisabeth Segard décrit à merveille cette vie dans une petite commune du milieu rural où tout le monde semble se connaître. Il y a les curieux et les plus discrets, tel le restaurateur-bistrotier. En tout cas, chacun s’investit à sa manière pour que la commune vive, rayonne autant que possible et attire les touristes. Certaines scènes sont à mourir de rire : Mouy-sur-Loire fait la Une des JT ! L’équipe télé vient interviewer la population sur les morts suspectes survenues récemment… et se retrouve à filmer en direct un habitant qui saisit l’occasion pour faire sa pub. Caricaturé certes mais tellement amusant ! 

Bref sur fond de polar, Une certaine idée du paradis est un merveilleux hommage à la vie en milieu rural. C’est frais, le ton est juste, les personnages crédibles. Et surtout c’est empli d’un humour savoureux. Une lecture que j’ai vraiment appréciée. Je recommande ! 

 

A lire aussi chez Calmann-Lévy Territoires

L’année du gel d’Agathe Portail

Puzzle de Brest de Yann Le Rest et Pascale Tamalet

Laisser un commentaire