La dernière des Stanfield de Marc Lévy

Marc LévyLe résumé
Ma vie a changé un matin alors que j'ouvrais mon courrier. Une lettre anonyme m'apprenait que ma mère avait commis un crime trente-cinq ans plus tôt. L'auteur de cette lettre me donnait rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore et m'ordonnait de ne parler de cette histoire à personne. J'avais enterré Maman à Londres au début du printemps ; l'été s'achevait et j'étais encore loin d'avoir fait mon deuil. Qu'auriez-vous fait à ma place ? Probablement la même erreur que moi. Eleanor-Rigby est journaliste au magazine National Geographic, elle vit à Londres. Un matin, en rentrant de voyage, elle reçoit une lettre anonyme lui apprenant que sa mère a eu un passé criminel. George-Harrison est ébéniste, il vit dans les Cantons-de-l'Est au Québec. Un matin, il reçoit une lettre anonyme accusant sa mère des mêmes faits. Eleanor-Rigby et George-Harrison ne se connaissent pas. L'auteur des lettres leur donne à chacun rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore. Quel est le lien qui les unit ? Quel crime leurs mères ont-elles commis ? Qui est le corbeau et quelles sont ses intentions ? Au c?ur d'un mystère qui hante trois générations, La Dernière des Stanfield nous entraîne de la France occupée à l'été 44, à Baltimore dans la liberté des années 80, jusqu'à Londres et Montréal de nos jours.

Mon avis
Marc Lévy réussit encore une fois à emporter ses lecteurs dans cette aventure. J'ai été happée dès les premières pages et j'ai adoré cette alternance entre la Seconde Guerre Mondiale et l'époque actuelle au gré des générations de personnages qui étaient au coeur des chapitres. On pourrait presque parler de road-movie tant Eleanor-Rigby et George-Harrison parcourent un long chemin vers leur passé mais aussi de kilomètres… Une quête de vérité, d'histoire personnelle et une découverte de sentiments, mélangés à l'égard de leurs parents. Une vraie saga familiale des deux côtés de l'Atlantique que j'aurais beaucoup aimé poursuivre encore durant quelques chapitres. Un coup de coeur que cette lecture !

Mes prochaines lectures et mon bilan d’avril

Parce qu'il y a tant de sorties de livres dont j'aime vraiment les auteurs, je n'ai pas résisté et j'ai fait un passage en librairie à chaque fois. Et ça dure depuis le mois de mars : Agnès Ledig, Agnès Martin-Lugand, Guillaume Musso, Hervé Jourdain, Mickael Conelly, Marc Lévy.

Le bilan lectures d'avril

Ce bilan de lectures n'est pas tout à fait aussi étoffé que d'habitude mais j'ai eu moins de temps à consacrer à la lecture (malheureusement) pour cause de déménagement.

Donc non contente d'essayer de lire, j'ai aussi rangé tous mes livres, tous sortis de ma bibliothèque… mais cela me permettra de partager avec vous dans quelques temps, les collections, séries… que j'ai. Une belle occasion aussi de faire du tri et de réorganiser ma grande bibliothèque. J'ai donné de nombreux ouvrages qui vont faire des heureuses et des heureux. J'ai ainsi pu aussi vous proposer un article sur l'état réel de ma pile à lire… Alors pour les lectures d'avril, beaucoup de plaisir à tourner les pages et un vrai coup de coeur pour Sarah Vaughan dont j'ai du coup bien envie de découvrir le précédent roman. 

  • "Minute Papillon" d'Aurélie Valognes
  • "Un appartement à Paris" de Guillaume Musso
  • "Jusqu'à l'impensable" de Mickael Connelly
  • "La ferme du bout du monde" de Sarah Vaughan
  • "L'invité sans visage" de Tana French (en pause)
  • "La dernière des Stanfield" de Marc Lévy
  • "Femme sur écoute" d'Hervé Jourdain 

La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan

Sarah VaughanLe résumé
Cornouailles, une ferme isolée au sommet d’une falaise. Battus par les vents de la lande et les embruns, ses murs abritent depuis trois générations une famille… et ses secrets.1939. Will et Alice trouvent refuge auprès de Maggie, la fille du fermier. Ils vivent une enfance protégée des ravages de la guerre. Jusqu’à cet été 1943 qui bouleverse leur destin. Été 2014. La jeune Lucy, trompée par son mari, rejoint la ferme de sa grand-mère Maggie. Mais rien ne l’a préparée à ce qu’elle y découvrira. Deux étés, séparés par un drame inavouable. Peut-on tout réparer soixante-dix ans plus tard ?
Après le succès de La Meilleure d’entre nous, Sarah Vaughan revient avec un roman vibrant.
Destinées prises dans les tourments de la Seconde Guerre mondiale, enfant disparu, paysages envoûtants de la Cornouailles, La Ferme du bout du monde a tout pour séduire les lecteurs de L’Île des oubliés, d’Une vie entre deux océans et de La Mémoire des embruns.

Mon avis
Je ne suis pas surprise de Karen Viggers recommande ce roman et cette auteur talentueuse. Oui oui le mot n'est pas trop fort. Cette saga familiale navigue entre l'époque actuelle et la Seconde Guerre Mondiale. Un point commun : la ferme familiale à laquelle les uns et les autres ne montrent pas le même attachement de génération en génération. Pour les uns, c'est un attachement viscéral, pour les autres cette ferme est comme un pansement appliqué sur les blessures intimes. Des personnages attachants, poignants, tellement humains dans leurs joies comme dans leurs désarrois. Le tout dans un paysage fascinant de la Cornouailles avec ses aléas aussi. 

Merci aux éditions Préludes pour cet envoi. Une très belle découverte.

Ma PAL est dans tous ses états…

Alors voilà bien longtemps que je ne vous ai pas parlé de ma PAL…

Donc ma PAL maigrit tout autant qu'elle grossit régulièrement, au gré de mes envies et surtout de mes fréquentes déambulations dans les étals de ma librairie préférée. Mais nul doute que je vais revenir les bras chargés du salon de Fargues Saint Hilaire en Gironde. Il est organisé par les Psychopathes du Polar et la Maison Lacoste le 13 mai prochain.

Le plateau d'auteurs présents est relevé… : Barbara Abel que je ne connais pas encore mais dont je lis beaucoup de louanges… Tackian Niko, Danielle Thiéry, Sire Cédric, BA Paris, Maud Mayeras, Claire Favan, Laurent Philipparie, Olivier Norek… pour ne citer que ceux-là. Nul doute que de belles rencontres vont avoir lieu. Et le parrain du salon, c'est, c'est, c'est… Franck Thilliez himself !!! Je me réjouis d'avance de ces rencontres qui vont être riches, c'est certain. Mais il va falloir que je prévois le budget et les sacs pour rapporter mes nombreux achats : là c'est sûr la CB va chauffer.

Alors où en est ma PAL ?

Non non je ne perds pas le fil… Voici donc les ouvrages qui ont rejoint ma PAL ou qui y étaient déjà… Hum hum, comment dire, je suis une acheteuse compulsive de livres. Je ne sais absolument pas résister aux livres que j'ai envie de découvrir. Et puis quoi ! J'ai le choix quand je finis un livre avant d'ouvrir le suivant : 

  • La maison des hautes falaises de Karen Viggers
  • Le murmure du vent de Karen Viggers
  • La dernière des Stanfield (lecture en cours)
  • La meilleure d'entre nous de Sarah Vaughan
  • Mourir sur Seine de Michel Bussi
  • Femme sur écoute d'Hervé Jourdain
  • Un parfum d'encre et de liberté
  • Le testament d'Ariane de Françoise Bourdin
  • La camarguaise de Françoise Bourdin

Cette liste correspond à mes achats récents mais elle s'ajoute à des livres encore sous le coude que l'on m'a prêtés...

Des envies de lectures 

  • "Là où tu iras i'rai" de Marie Vareille déjà sorti
  • "Dancefloor therapy" d'Elizabeth Brousse
  • Et tous ceux que j'ai prévus d'acheter ces prochaines semaines dès leur sortie en librairie  :
    • Les gentilles filles vont au paradis, les autres là où elles veulent d'Elie Grimes, le 3 mai
    • Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluieVirginie Grimaldi, le 3 mai
    • Pas de printemps pour Eli de Sandrine Roy (la suite de Lynwood Miller), en mai
    • Sharko de Franck Thilliez que je vais rencontrer pour de vrai au salon "Polar entre deux mers"organisé par les Psychopathes du Polar et baptisé à Fargues-Saint-Hilaire (Gironde). Franck Thillez est parrain de ce salon !!! le 11 mai en librairie et le 13 mai en live en Gironde.
    • Pourvu que la nuit s'achève de Nadia Hashimi, le 7 juillet
    • Miss Cyclone de Laurence Peyrin
    • La drôle de vie de Zelda Zonk de Laurence Peyrin….

 

Jusqu’à l’impensable de Mickael Connelly

Mickael Connelly "Jusqu'à l'impensable"Le résumé
New York Times Harry Bosch, retraité du LAPD malgré lui, tente de tuer le temps en remontant une vieille Harley lorsque Mickey Haller, son demi-frère avocat de la défense, lui demande de travailler pour lui comme enquêteur. Cisco, qui occupe ce poste habituellement, vient d'être victime d'un accident de moto aux circonstances plus qu'étranges, et Haller est persuadé que seul Bosch pourra l'aider à innocenter Da Quan Foster, un ex-membre de gang accusé d'avoir battu à mort Lexi Parks, la directrice adjointe des services municipaux de West Hollywood. Si les obstacles sont de taille – la preuve accusant Foster est accablante et il ne reste plus que six semaines aux deux frères avant le procès -, Haller en est sûr, Foster est innocent. Dilemme pour Harry ! "Passer de l'autre côté" ? Tout simplement impensable. Comment défendre un assassin quand on a passé sa vie à en expédier le maximum en prison ?

Mon avis
Je suis une inconditionnelle de Mickael Connelly. Donc vous l'aurez compris, dès qu'il sort un livre, je me précipite en librairie pour l'acheter. Je trouve qu'il a réussi le tour de force au fil des ans de rester fidèles à ses personnages, à les faire évoluer, grandir, mûrir… Qui ne s'est pas attaché au grand Harry Bosch. Personnellement quand je lis les aventures et turpitudes d'Harry Bosch, je me projette très bien sur un grand écran au cinéma. Chapeau car tous les auteurs n'ont pas cette habileté à transporter leurs lecteurs.
​​​​​​​Pour en revenir à "Jusqu'à l'impensable", j'ai beaucoup aimé le tiraillement que pose le sujet à la conscience d'Harry Bosch. Passer d'un comportement de flic, et oui mais il est à la retraite à détective privé pour la défense. Quel dilemne pour lui ! En fin de compte, il ne trouve plus sa place parmi les flics qui le trouve limite d'avoir franchi une ligne. Tabou d'aider le camp de la défense quand on a consacré sa vie à la police… Mais finalement il ne renie rien de son passé et avance à pas mesurés et efficaces dans le fil de cette nouvelle aventure. J'ai encore une fois adoré ! Un polar très efficace même si évidemment on devine la fin avant les dernières pages. Mais avec Connelly ce n'est pas tant le suspense qui me plaît que les personnages fouillés, perturbés… A lire ! Mickael Connelly reste quand même un maître du polar.

 

Minute Papillon d’Aurélie Valognes

Aurélie ValognesLe résumé
C'est l'histoire de Rose, 36 ans, mère célibataire, une femme dévouée qui a toujours fait passer les besoins des autres avant les siens. Après avoir perdu son père et son emploi, la jeune femme apprend que Baptiste, son fils unique de 18 ans, quitte la maison. Son monde s'effondre.
Cette ex-nounou d'enfer est alors contrainte d'accepter de travailler comme dame de compagnie pour une vieille dame riche et toquée, Colette.
Et si, contre toute attente, cette rencontre atypique allait l'aider à se réconcilier avec elle-même et faire face à son passé ?

Mon avis
J'ai beaucoup aimé ce roman que je qualifie de "tranche de bonheur". Aurélie Valognes plonge ses lecteurs très vite au coeur des tourments de ses personnages en un rien de temps. Rose, Colette et les autres ont tous des caractères soit bien trempés soit qui s'affirment au fil des pages. Une bien belle brochette de caractères. Alors j'ai retrouvé un peu de l'ambiance caractérielle de "Mémé dans les orties" mais ce personnage qui nous le rappelle un peu n'est vraiment pas aussi caustique. Là, Aurélie Valognes s'attache aussi à décrire les attitudes des uns et des autres selon leurs origines sociales. Et on n'est pas au bout des surprises ! Sans dévoiler l'histoire, oui il y a bien un peu de passages à l'eau de rose… sans jeu de mots, mais franchement cette lecture est rafraîchissante et elle fait du bien. Je la recommande vivement à celles et ceux qui pourraient avoir un coup de blues. Le soleil revient, le printemps est là alors lisez ce roman et vous aurez envie de sourire et de rire, sans nul doute.

Un appartement à Paris de Guillaume Musso

Guillaume MussoLe résumé
« L’art est un mensonge qui dit la vérité…». Paris, un atelier d’artiste caché au fond d’une allée verdoyante. Madeline l’a loué pour s’y reposer et s’isoler.
À la suite d’une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des États-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours.L’atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l’assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd’hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d’unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires.Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais. Une plongée vertigineuse dans le monde mystérieux de la création.

Mon avis
Addictif ce tout nouveau thriller de Guillaume Musso, le terme est parfaitement adapté. L'histoire démarre comme un gentil roman mais très vite le suspense augmente et le scénario apparaît bien plus élaboré que la première impression. Les personnages sont fouillés et nous sommes entre la France et les Etats-Unis. Très honnêtement, je me suis vraiment délectée de ce thriller et j'ai lu avec un immense plaisir ces presque 500 pages en deux jours. Chaque nouveau livre de Guillaume Musso me transporte. Ses personnages, ses histoires sont originaux et emportent le lecteur. Une jolie bulle de lecture donc et vivement le prochain. Je suis une adepte de cet auteur depuis ses débuts et j'ai lu tous ses livres dès leur sortie, je en suis jamais déçue. Et dire qu'il va falloir un an environ avant une nouvelle sortie littéraire….  Bouhhhh. Bon allez c'est normal, l'auteur doit pouvoir se ressourcer et imaginer encore plein d'histoires haletantes, prenantes, envoûtantes… 

13 à table pour les Restos du Coeur

Le résumé
Des nouvelles écrites par des auteurs de renom au profit d'un recueil pour financer des repas aux Restos du Coeur. Agnès Ledig, Agnès Martin-Lugand, Franck Thilliez, Marc Lévy, Maxime Chattam, Françoise Bourdin, Bernard Minier, Carol Férey…. Bref que de bons auteurs.

Mon avis
Encore une fois, même si je ne suis pas adepte des nouvelles, j'ai beaucoup aimé ce recueil. Probablement parce que la plume de beaucoup de ces auteurs me plaît déjà dans leurs livres. Et puis c'est un geste solidaire de leur part. Un vrai bon bouquin  lu avec grand plaisir !

Nom de jeune fille de Françoise Bourdin

Le résumé
Pour se consacrer à son mari, grand patron en cardiologie, et à ses deux enfants, Valérie a renoncé à une prometteuse carrière de médecin. À Rouen, elle mène l’existence dorée d’une femme de notable, jusqu’au jour où elle découvre qu’elle est une femme trompée.
Elle quitte le domicile conjugal et entame une procédure de divorce. Mais, à 37 ans, retrouver une indépendance matérielle et reconstruire une vie affective est un parcours semé d’embûches. S’imposer à nouveau dans le milieu médical en reprenant ses études devient alors un véritable défi. Car Valérie compte bien regagner enfin sa liberté…

Mon avis
Une très belle histoire de femme, d'indépendance, d'affirmation de soi. J'ai vraiment beaucoup aimé ce livre. Je l'ai même dévoré devrais-je dire. Françoise Bourdin a cette finesse d'écriture et cette capacité à happer ses lecteurs dès les premières lignes. 
 

Nympheas de Michel Bussi

Michel BussiLe résumé
Le jour paraît sur Giverny. Du haut de son moulin, une vieille dame veille, surveille. Le quotidien du village, les cars de touristes… Des silhouettes et des vies. Deux femmes, en particulier, se détachent : l'une, les yeux couleur nymphéa, rêve d'amour et d'évasion ; l'autre, onze ans, ne vit déjà que pour la peinture. Deux femmes qui vont se trouver au coeur d'un tourbillon orageux. Car dans le village de Monet, où chacun est une énigme, où chaque âme a son secret, des drames vont venir diluer les illusions et raviver les blessures du passé…
 

Mon avis
J'ai entendu énormément d'éloges sur ce livre de Michel Bussi. Je n'ai pas été déçue. Il réussit une vraie performance pour emballer son lecteur dans cet univers qui semble comme figé dans le temps. On se prend dans l'histoire, on avance, page après page dans le monde des impressionnistes. Et son écriture est même un peu cela, elle donne à voir, à deviner… Une histoire d'amour absolu. Je n'ai pas deviné le fin mot de cette histoire dès le début, sis je suis honnête il m' a fallu quand même une bonne moitié de livre avant de comprendre de quoi il retournait. Alors oui je dis bravo. Un très beau livre !