Les lettres de Rose de Clarisse Sabard

Le résumé
Lola a été adoptée à l’âge de trois mois. Près de trente ans plus tard, elle travaille dans le salon de thé de ses parents, en attendant de trouver enfin le métier de ses rêves : libraire.
Sa vie va basculer lorsqu’elle apprend que sa grand-mère biologique, qui vient de décéder, lui a légué un étrange héritage : une maison et son histoire dans le petit village d’Aubéry, à travers des lettres et des objets lui apprenant ses origines.
Mais tous les habitants ne voient pas d’un bon œil cette étrangère, notamment Vincent, son cousin. Et il y a également le beau Jim, qui éveille en elle plus de sentiments qu’elle ne le voudrait…

Mon avis
J’ai eu un véritable coup de coeur pour ce roman de Clarisse Sabard. Découverte d’un auteur à la plume fine, douce, sensible et une histoire qui m’a transportée. La manière de construire ce roman est très originale et tient le lecteur en haleine. Je ne veux pas spoiler l’histoire… Mais j’ai aimé cette quête d’identité de Lola qui part à la recherche de son passé, sans s’y être vraiment préparée. En fin de compte en a-t-elle vraiment envie ? Pas si sûr au début du roman où elle a l’air bien dans sa vie avec ceux qui l’entourent, parents et amis.
Et puis sa vie bascule avec un appel qui la conduit dans un village bien éloigné de sa vie parisienne. Un appel car sa grand-mère biologique vient de mourir et a couché son nom sur son testament. Elle hérite certes, mais de quoi ? D’une maison et de la possibilité de découvrir son histoire originelle, elle qui a été adoptée. J’ai aimé l’alternance de chapitres dans le présent avec Lola et dans le passé avec ceux qui composaient sa famille biologique. Et l’on remonte le fil de son histoire avec elle. Ce roman est vraiment très chouette. Lu en une journée ! Je recommande évidemment.

 

L’invité sans visage de Tana French

Le résumé
Une superbe jeune femme est retrouvée assassinée chez elle, au pied de sa table dressée pour un dîner romantique. L'inspecteur Antoinette Conway, de la brigade criminelle de Dublin, est chargée de l'enquête avec Stephan Moran. Il est son seul allié dans un quotidien fait de mesquineries et d'humiliations – pas facile d'être une femme flic en Irlande.
Tout condamne a priori le nouveau petit ami de la victime, et les autres inspecteurs font pression sur Antoinette pour qu'elle le mette derrière les barreaux, or elle résiste, persuadée que l'affaire n'est pas si évidente que le laissent présager les apparences. C'est alors que le crime prend une tournure bien moins banale…

Mon avis
J'ai reçu ce polar début avril juste après sa sortie, de la part de Calmann-Lévy que je remercie. J'en ai alors lu 140 pages sur ses 550. Et je me suis arrêtée car je n'étais peut-être pas dans la bonne période pour l'aborder. Profitant de mes congés d'été, j'ai donc repris ce polar laissé de côté car je voulais me faire un avis plus précis sur cette lecture et surtout je voulais aller au bout. L'occasion aussi pour moi de découvrir cet auteur. Je n'ai pas été déçue même si je dois avouer que je crois que j'aurai préféré qu'il soit moins long. Tana French oriente son histoire surtout sur les flics de ce polar et sur leurs relations, plutôt que simplement sur la résolution du meurtre. Elle décrit les vieux briscards à l'expérience éprouvée et les deux jeunes inspecteurs de la brigade criminelle que sont Antoinette et Steve. Leur jeunesse leur est parfois reprochée. Ce polar décortique toute l'enquête, pas à pas. C'est peut-être un peu long parfois mais en fait, tout compte et tous les détails sont importants car Tana French pose progressivement toutes les pièces d'un puzzle franchement bien mené. On découvre les personnages, ces flics et les autres tour à tour et surtout elle met en exergue la manipulation des uns, les doutes des autres. Son personnage principal Antoinette semble armée et rompue à toutes les critiques qui pleuvent sur elle, mais elle doute aussi à un moment, ne pensant ne plus avoir aucun allié tant les rumeurs et les commentaires désagréables sont fréquents à son égard. Peut-elle compter sur son co-équipier Steve ? Pas si sûr… Bref ce polar nous tient en haleine jusqu'au bout et franchement j'ai bien aimé la manière dont il est écrit et l'intrigue telle qu'elle est tissée. Les rebondissements sont malins et la manière de conduire le lecteur à découvrir la résolution du meurtre est vraiment bien construite. Et surtout Antoinette est un personnage fort, au caractère bien trempé qui évolue dans un milieu d'hommes. Ils aimeraient bien pour la plupart la pousser dehors, ne plus se laisser commander par elle. Un personnage vraiment intéressant. Je recommande donc sans hésiter.

Le couple d’à côté de Shari Lapena

Le résumé
Anne et Marco sont invités à dîner chez leurs voisins. Au dernier moment, la baby-sitter leur fait faux bond. Qu'à cela ne tienne : ils emportent avec eux le babyphone et passeront toutes les demi-heures surveiller le bébé. La soirée s'étire. La dernière fois qu'ils sont allés la voir, Cora dormait à poings fermés. Mais de retour tard dans la nuit, l'impensable s'est produit : le berceau est vide.
Pour la première fois, ce couple apparemment sans histoire voit débarquer la police chez lui. Or, la police ne s'arrête pas aux apparences… Qu'est-ce que l'enquête va bien pouvoir mettre au jour ?

Mon avis
D'abord merci à Babelio et aux éditions Presses de la Cité de m'avoir permis de découvrir ce thriller en avant-première. 

Je crois que Shari Lapena s'annonce comme un auteur très prometteur en matière de thriller psychologique. La tension est permanente dans ce premier ouvrage. Les personnages sont sur le fil du début à la fin et la tension va crescendo. Le début est certes un peu déjà vu et convenu mais la complexité de ses personnages s'installe progressivement et c'est ce qui fait tout l'intérêt de ce livre. Duplicité, mensonges, omissions… Anne cette jeune femme en proie à sa dépression post partum est-elle si fragile ? Marco est-il si attaché que cela à sa petite famille ? Que dire des parents riches qui n'ont jamais accepté et aimé leur gendre mais qui accourent au secours de leur fille ? Sous des apparences bien lisses et convenues, les remous ne sont pas loin. On doute, on se questionne, on hésite et les pages s'enchaînent. Les rebondissements sont savamment dosés et essaimés au fil des pages. 

Un véritable page turner sans nul doute que ce premier thriller de Shari Lapena. J'ai eu l'impression parfois d'être dans un huis clos et que l'air manquait tant on sent la pression s'accentuer sur les personnages. Les façades se craquellent pour laisser apparaître ce qu'ils sont peut-être vraiment. Un peu déçue par la fin ouverte mais après tout c'est un énième rebondissement.

La drôle de vie de Zelda Zonk de Laurence Peyrin

Le résumé
Les jours s’écoulent, un peu trop calmes, un peu trop sages, pour Hanna Reagan, lorsqu’un grave accident de voiture la cloue sur un lit d’hôpital. La campagne irlandaise a ses charmes, ainsi que son romancier de mari, mais rien de pétillant comme sa voisine de chambre, une vieille dame malicieuse et mystérieuse répondant au nom de Zelda Zonk.
À ses côtés, et n’ayant rien d’autre à faire pendant sa convalescence, Hanna se prend à rêver d’une nouvelle vie, plus éclatante. Est-elle vraiment épanouie dans son hameau perdu, dans son mariage routinier ? Alors que Zelda lui conte son existence positive et joyeuse, Hanna se demande s’il est encore possible de changer la sienne…

Mon avis
Coup de coeur : J’ai adoré ce roman où naît une amitié particulière mais si forte entre une vieille dame et Hannah. Un peu de mystère, un accident qui chamboule Hannah mais lui permet aussi de se découvrir, de se libérer et surtout de vivre. Alors oui elle remet en question son existence mais elle est jeune et se questionne sur ce qui est finalement important à ses yeux, de quoi, de qui a-t-elle besoin pour vivre… pour être heureuse. Et Zelda cette vieille dame ne lui apporte pas véritablement de réponse mais la pousse à se questionner, à définir elle-même ce qu’elle veut et donc à choisir. Doit-on rester dans une vie où tout est déjà écrit en quelque sorte ou doit-on s’autoriser à sortir des sentiers battus et se mettre un peu en danger car on ne maîtrise pas ce qui va se passer après ? Et puis il y a évidemment l’amour, la passion, ce qu’elle s’autorise ou pas…

Laurence Peyrin m’avait interpelée via Instagram quand j’ai publié ma chronique sur « Hannah« , son second roman qui est en fin de compte la suite de celui-ci. Je l’ignorais et j’ai donc réparé mon erreur. Je recommande vivement ces deux romans (à lire dans l’ordre évidemment). Ils sont vraiment très bien. Un peu de fantaisie aussi est également apportée par cette vieille dame pour tout à fait comme les autres…

Rendez-vous au Cupcake café de Jenny Colgan

Le résumé
Issy est indéniablement douée pour la pâtisserie ! Ses collègues de la City se régalent chaque semaine des délicieux gâteaux qu’elle apporte au bureau. Elle tient ce talent de son grand-père qui a consacré sa vie entière à sa boulangerie. C’est à ses côtés, dans la chaleur des fournils, qu’Issy a grandi et appris les secrets des cupcakes moelleux. Quand elle est brutalement licenciée, Issy décide de suivre son cour et de se consacrer à sa passion pâtissière. C’est aussi pour elle une façon de rendre hommage à son grand-père dont la santé décline peu à peu. Mais ouvrir une boutique à Londres n’est pas de tout repos. La jeune femme découvre rapidement que de nombreuses personnes sont prêtes à lui mettre des bâtons dans les roues pour faire capoter son projet de Cupcake Café. Avec pour seules armes sa volonté sans faille et ses précieuses recettes, Issy décide de se battre pour concrétiser son rêve. Le Style Une prose simple et délicate, qui illustre avec justesse les sentiments des personnages, leurs doutes, leurs craintes et leurs joies. Des chapitres qui s’enchaînent sans temps mort grâce aux différentes péripéties rythmant le récit, sans oublier des dialogues enlevés, tour à tour drôles et émouvants. 

Mon avis
Ayant vraiment apprécié « La Petite Boulangerie du bout du monde » et sa suite l’été dernier, j’ai eu envie de découvrir ce nouveau roman de Jenny Colgan. Une lecture très plaisante. Jenny Colgan emporte le lecteur en un rien de temps dans l’univers de ses personnages attachants. Une lecture qui questionne sur le travail, les relations humaines, amicales et amoureuses. Un roman qui prône en quelque sorte la vraie vie avec de vraies valeurs et l’honnêteté. Doit-on se satisfaire d’un emploi par sécurité ou doit-on penser à se réaliser quitte à prendre quelques risques mais surtout prendre le risque d’être enfin heureux ? Une lecture qui fait du bien. Idéale pour les vacances. 

 

A propos de l’auteur : 
Jenny Colgan est une romancière britannique auteur de nombreuses comédies romantiques, et d’autant de délicieuses recettes de cuisine. Après le grand succès de La Petite Boulangerie du bout du monde et d’Une saison à la petite boulangerie, Rendez-vous au Cupcake café  est son troisième roman traduit en français.

Mon blog a un an !

Alors voilà ! Il y a un an en juillet 2016 précisément, je démarrais cette aventure avec vous grâce à la création de mon blog. 

J’étais et je reste humble. Mais je constate que de plus en plus de personnes lisent mes avis sur mes lectures. Je crois que j’ai réussi là ce que je souhaitais… partager mes lectures et surtout échanger avec vous à leur sujet. J’aime ces échanges car les lectrices et lecteurs que vous êtes, avec peut-être les mêmes goûts que moi, vous me recommandez vos lectures, des auteurs… je ne reste pas ainsi seule dans mon coin avec mes livres. Je discute aussi dans la vraie vie avec des amies, des amis, des connaissances sur les livres que je dévore. Me lancer dans ce blog a aussi élargi mon horizon et m’a permis de découvrir bien des auteurs.

Les échanges sont vivants aussi via mon compte Instagram (@jadorelalecture) que j’alimente vraiment en lien direct avec ce blog et via mon compte Facebook. Bref c’est ma manière de vous  et nous réunir et d’échanger autour de ce qui me passionne tant : la lecture. Les petits mots d’auteurs de temps à autres me font juste frémir de plaisir, tant cela me touche de voir que nous pouvons discuter un peu. Ils sont accessibles et je les en remercie.

Sur Instagram, vous êtes déjà plus de 900 à suivre mes publications. Je m’en réjouis et je m’efforce de rester simple et sincère dans tout ce que j’écris. Quand j’aime moins, je l’écris mais je reste mesurée car écrire un livre est un vrai travail, un labeur qui prend du temps, dans lequel l’auteur met beaucoup de lui-même. Par respect, je me dois donc de rester mesurée dans mes avis. Je suis plus dithyrambique quand j’aime évidemment. Mais jamais oh non jamais je ne me permettrai de juger négativement un auteur. 

C’est donc un blog tout en simplicité et sincérité que je vais continuer à vous proposer. N’hésitez surtout pas à commenter, proposer vos avis… sur mes lectures.

L’innocence des bourreaux de Barbara Abel

Barbara Abel L'innocence des bourreaux

Le résumé 
Dans une supérette de quartier, quelques clients font leurs courses, un jour comme tant d’autres. Parmi eux une jeune mère qui a laissé son fils de 3 ans seul à la maison devant un dessin animé, un couple adultère, une vieille dame et son aide familiale, un caissier qui attend de savoir s’il va être papa, une mère en conflit avec son adolescent… Des gens normaux, sans histoire, ou presque. Et puis un junkie qui, en manque, pousse la porte du magasin, armé et cagoulé pour voler quelques dizaines d’euros. Mais quand le braquage tourne mal, la vie de ces hommes et femmes sans histoire bascule dans l’horreur.
Dès lors, entre victimes et bourreaux, la frontière devient mince. Si mince…

Mon avis
J’ai découvert et rencontré Barbara Abel en mai dernier au salon de Fargues Saint-Hilaire (Gironde) et depuis, je rattrape mon retard dans la bibliographie. J’adore le suspense qu’elle instaure au fil des pages de ses polars. La tension grimpe et l’histoire prend un tour que l’on n’attendait pas. Pas vraiment de sang ou du gore mais ça me va très bien. J’aime la dimension psychologique des personnages et le fait que Barbara Abel les explore sous toutes leurs facettes avec leurs forces et leurs défaillances. Dans « L’innocence des bourreaux » quel tour de force ! J’ai franchement été bluffée par cette histoire, somme toute qui semble simple aux premières pages. mais que de rebondissements ! Bref chacun est scruté au fil des pages et j’ai aimé cette façon d’écrire avec des chapitres consacrés successivement aux différents protagonistes. Un huis clos progressif s’installe et la tension monte, monte, monte. Je n’ai pas lâché ce polar une fois entamé. Donc lu en une journée ! Je recommande plus que vivement pour ceux qui affectionnent les thrillers psychologiques. 

Alors vous ne serez plus jamais triste de Baptiste Beaulieu

Le résumé
Un médecin qui a perdu le goût de vivre décide de mettre fin à ses jours. Il monte dans un taxi pour régler quelques affaires à l’hôpital et rencontre la conductrice, une vieille dame excentrique, qui possède le don de deviner le moment exact de la mort des gens. Elle lui propose de lui laisser 7 jours pour revenir sur sa décision. Il cède à sa proposition. L’ouvrage est paginé à rebours.

Mon avis
Décidément Baptiste Beaulieu a une plume originale et talentueuse. Il sait saisir le lecteur par les sentiments pour ne plus laisser jusqu’à la fin de son roman. Le sujet de ce roman est grave. Mais par petites touches de fantaisie et grâce à cette vieille dame carrément foldingue, Baptiste Beaulieu emporte son lecteur et son héros suicidaire dans des contrées inexplorées. Il redonne espoir. Il secoue les habitudes, les préjugés, les lignes toutes tracées… Et il trompe aussi son monde car surprise… quand on découvre les dernières pages. Une lecture qui fait poser des questions, qui chamboule le coeur et l’esprit. Ce roman est empreint d’amour, de bonté et il questionne finalement chacun sur son existence. Le compte à rebours est lancé en quelques chapitres et la pagination est inscrite de la fin vers la début comme si tout était déjà écrit. Quelle originalité ! Qu’est-ce qui est important  dans la vie ? Voilà comment je résumerai ce roman.

Bilan des lectures en août

Août ce furent les vacances et donc l'occasion fréquente de plonger dans la lecture. J'adore ça! Donc voici un bilan très varié en terme de styles mais ces lectures m'ont toutes plu. Il y a du polar, du roman, de la lecture feel-good… bref il y en a pour tous les goûts et j'espère que ce bilan vous inspirera et vous suggèrera des idées de lecture :

Mon coup de coeur va sans conteste à Clarisse Sabard pour "les lettres de Rose". J'y reviendrai dans mon article à paraître prochainement sur ce blog. Une très belle découverte.
Mais je dirai que je n'ai pas été du tout déçue par ces lectures car il y avait quand même pas mal de découvertes. Et j'ai enfin lu le roman qui précède "Hannah" de Laurence Peyrin. Un régal. Donc si vous ne voulez apprécier ces deux romans à leur juste valeur, commencez par "La drôle de vie de Zelda Zonk" puis lisez "Hannah". 

Baptiste Beaulieu entre dans mes auteurs favoris. Je vais désormais guetter ses prochaines publications. C'est un auteur à l'écriture délicate, fine et sensible. Je recommande pour celles et ceux qui ne connaissent pas.

Barbara Abel devient pour moi une référence du thriller psychologique, je vais donc poursuivre la découverte de ses polars que je n'ai pas encore lus.

François-Xavier Dillard, un auteur recommandé par mes libraires et une très belle découverte. 

Jenny Colgan, un auteur de lecture feel-good à mon sens. Après "La petite boulangerie du bout du monde" et "une saison à la petite boulangerie", elle revient avec celui que j'ai lu cet été. Une lecture détente mais qui questionne aussi sur ce que l'on veut vraiment pour être heureux.

Tana French un auteur découvert grâce à Calmann Lévy et que j'ai finalement apprécié après l'avoir laissé de côté quelques mois.

Julie de Lestrange, une jolie découverte et je vais certainement lire la suite de son roman, "Danser encore" à paraître le 4 octobre prochain.

 

Ne dis rien à papa de François-Xavier Dillard

Le résumé
Quatre jours et quatre nuits se sont écoulés avant que la police ne retrouve la victime dans cette ferme isolée. Quatre jours et quatre nuits de cauchemars, de douleurs et de souffrances, peuplés de cris et de visons imaginaires en face de ce jardin dans lequel elle a été enterrée vivante.
Sur un autre continent, loin de cet enfer, Fanny vit avec son mari et leurs jumeaux Victor et Arno. Leur existence bien réglée serait parfaite si elle ne percevait pas, au travers des affrontements qui éclatent sans cesse entre ses enfants, chez l’un, une propension à la mélancolie et, chez l’autre un véritable penchant pour le mal. Chaque jour elle se dit qu’elle ne pourra plus supporter une nouvelle crise de violence, ces cris qui la replongent au cœur d’images qu’elle voudrait tant oublier… À n’importe quel prix…
Et lorsqu’un nouveau voisin s’installe dans la grande maison, elle souhaite offrir le portrait d’une famille parfaite. Mais chaque famille a son secret et le sien est le plus terrible qui puisse exister.

Mon avis
Des personnages bien construits, une histoire qui se met en place très progressivement et qui permet au lecteur de mieux comprendre vers quoi il va. Il s’agit de famille, de secrets, et de meurtres… François-Xavier Dillard tisse la toile de son histoire au fil des chapitres. Le lecteur est complètement happé et découvre un personnage torturé qui fait et refait sa vie d’un pays à l’autre. Mais la passé ne reste à jamais enfoui et quand il ressurgit, je dirai tout simplement ouahhh. J’ai aimé ce suspense et cette tension qui monte de manière omniprésente. J’ai aimé la manière d’appréhender les personnages et leur histoire. J’ai aussi aimé cette écriture. Je recommande.