Entretien avec Sonia Dagotor

Elle a animé notre quotidien de confinés avec des vidéos hilarantes et pleines d’humour. Rencontre aujourd’hui avec Sonia Dagotor. « Sortez-moi de là » arrive en version imprimée dès le 28 mai après avoir été accessible en version numérique. Parution également de « Ceux qui s’aiment finissent toujours par se retrouver ». Deux romans à se procurer en librairie dès le 28 mai ! 

Sonia Dagotor © Céline Nieszawer 13

Qui êtes-vous en quelques mots ?

Je m’appelle Sonia Dagotor, ça rime avec warrior, Albator, Terminator, Thor tout coup. Je suis une battante ! J’ai 41 ans pendant encore quelques jours (mon anniversaire est le 25 mai, comme ça, l’air de rien, vous le saurez). Mais dans ma tête,  j’ai dix ans de moins, même si mes deux enfants, eux, ont tendance à me rappeler mon grand-âge… Le temps passe tellement vite. Bref, j’ai aussi un mari et nous vivons en banlieue proche de Paris. Depuis le début de cette année, j’ai mis en pause ma carrière de responsable marketing pour me consacrer à ma passion : l’écriture.

Quelle place occupe la lecture dans votre quotidien ?

Je lis autant que j’écris. Le goût de la lecture m’est venu assez tard. Pendant mon enfance, je n’ai pas aimé que l’on m’impose des lectures qui ne me faisaient pas envie. Et puis, quand j’ai été en mesure de choisir, j’ai commencé à dévorer. J’aime m’évader à travers les histoires des autres, voyager, rire, pleurer aussi…

Avez-vous des habitudes de lecture : un endroit préféré ? Un rituel ?

Je lis le soir lorsque je me couche, puis la nuit quand ma copine Insomnie vient me trouver. J’ai une liseuse qui me permet de lire sans déranger mon cher et tendre. C’est pratique. Mais j’adore aussi les livres papier. Il n’est pas rare que j’achète les livres en double… 

Votre récent coup de cœur littéraire et pour quelles raisons ?

Il y a peu de temps, j’ai découvert la plume de Julien Sandrel. Et j’ai adoré. Étrangement, je lis davantage de romans d’autrices. « La chambre des merveilles » m’a beaucoup touchée. J’aime qu’un livre puisse me surprendre, me toucher et me faire sourire. J’affectionne particulièrement les histoires qui se finissent bien. 

L’écriture c’est quoi pour vous ? Que vous apporte-t-elle ?

L’écriture c’est mon oxygène, mon échappatoire, mon exutoire, ma thérapie… la liste est longue. Lorsque j’ai commencé à écrire le premier tome d’ « Epouse, mère et working girl » en 2013, je n’imaginais pas que l’écriture allait prendre une place aussi importante dans ma vie. Avec le recul, l’écriture m’a sauvée d’un burn out qui me pendait au nez. Très vite, c’est devenu vital pour moi de coucher sur le papier les aventures de cette héroïne qui me ressemblait tant mais qui ressemble tant à toutes les femmes d’aujourd’hui. J’aime inventer des histoires qui traitent de sujets actuels et dans lesquelles tout le monde peut se retrouver. J’y glisse toujours un soupçon d’autodérision, une pincée d’humour et une bonne dose d’émotion.

Aujourd’hui, écrire m’apporte une grande satisfaction. Rien ne peut me faire plus plaisir que de recevoir des messages post-lecture dans lesquels on me fait savoir que mon roman les a réconciliés avec la lecture. 

De nouveaux projets en cours ?

sonia-dagotor-pourjadorelalecturePeu de temps avant le confinement, j’ai démarré un nouveau roman. Et j’ai trois autres idées dans la tête. Malheureusement, dans le contexte actuel, je ne parviens pas à me libérer du temps pour écrire. Je sais, cela peut vous sembler invraisemblable. Par exemple, au moment où je réponds à vos questions, à mes côtés se tient un petit bonhomme de 9 ans qui m’interrompt toutes les trente secondes pour m’interroger sur les tables de multiplication. En plus, je m’aperçois que je ne les connais plus. C’est moche ! Plus sérieusement, je tire mon chapeau aux auteurs qui arrivent à écrire dans ce contexte. Mes personnages patientent gentiment dans le coin de ma tête. Ils ne sont pas pressés. Et puis, j’ai bientôt rendez-vous avec mes lecteurs. Après une longue période en autoédition, je suis tellement heureuse (et fière) de démarrer une nouvelle aventure en librairie avec le Cherche Midi. Mes deux romans « Sortez-moi de là » et « Ceux qui s’aiment finissent toujours par se retrouver » vous tendent leurs pages à partir du 28 mai. J’ai tellement hâte.

Un mot pour les lecteurs de jadorelalecture.com ?

Croyez en vos rêves ! Dans la vie, tout peut arriver, surtout le meilleur ! 

Crédit photo : Céline Nieszawer

Laisser un commentaire