Ceux qui s’aiment finissent toujours par se retrouver de Sonia Dagotor

jadorelalecture_ceuxquisaimentfinissenttoujoursparseretrouver3-Sonia-Dagotor

En librairie le 28 mai

Résumé

Trois femmes. Trois générations. Trois histoires d’amour.
Liliane, la grand-mère
Ma petite-fille m’observe avec insistance. Je ne dois rien laisser paraître. Je la connais bien, Justine. Quel bout de femme ! Quel tempérament ! Elle a de qui tenir, me direz-vous.
Catherine, la mère
Je n’en peux plus de ces réunions de famille. Je dois toujours m’occuper de tout. Et Maman qui fait des caprices, en plus ! Vivement demain que je retrouve Pierre. Pierre, c’est mon collègue. Je l’aime beaucoup, mais je suis mariée…
Justine, la petite-fille
Qu’est-ce qu’elle a, Mamie ? Je la trouve soucieuse. Les yeux dans le vague, elle soupire en caressant son petit chien. C’est certain, quelque chose cloche. Il faut que je lui parle !
Et si Justine perçait le secret de sa grand-mère ? Et si, dans cette histoire, chacune avait besoin de l’autre pour avancer, pardonner, et aimer ?
Le portrait de trois générations de femmes aux prises avec l’amour, la culpabilité et la possibilité du bonheur.

Mon avis

Ce roman est empli d’émotions. J’ai beaucoup aimé passer quelques temps aux côtés de ces trois femmes. J’ai découvert trois personnalités mais aussi et surtout une belle histoire de famille et des histoires d’amour. Chacune de ces femmes va finalement aider les autres à avancer dans sa vie et à prendre les décisions qui lui seront bénéfiques.

Dans cette histoire, Sonia Dagotor emporte son lecteur avec trois femmes, trois générations et une même envie d’aimer et d’être aimée. Il n’y a pas d’âge pour aimer et être femme, c’est ainsi que je pourrais résumer ce que j’ai retenu de ce beau roman.

Ce qui m’a plu ce sont les émotions qui débordent presque à toutes les pages. Sonia Dagotor a créé trois personnages féminins _ Liliane, Catherine et Justine _ tous touchants. On découvre des chemins de vie pas si lisses que cela et ce qui est intéressant c’est de constater qu’avec ce qui pourrait être la vie de chacune, selon la génération à laquelle elle appartient, l’histoire est crédible et ancrée dans la réalité de l’époque du personnage.

D’abord avec Liliane qui a grandi à une époque où l’on ne faisait pas forcément un mariage d’amour, où les usages voulaient que l’on ne divorce pas. Pourtant Liliane a elle aussi connu la passion, de celle qui met le feu à un être tout entier. Elle reste mon personnage préféré du roman. C’est elle qui met du pep’s et qui secoue un peu les autres autour d’elle. Certainement aussi parce que son personnage ne s’embarrasse plus des diktats et que l’humour est sa signature.

Catherine est touchante et très émouvante. Elle est prise dans un carcan, ne veut blesser personne… au risque de s’oublier et d’oublier d’être heureuse. 

Et enfin Justine qui s’ouvre tout juste à l’amour et à ses désirs de femme. 

La relation entre la grand-mère Liliane et Justine, sa petite-fille, est magnifique et tellement emplie de complicité. 

Le rapport entre ces trois femmes est admirablement bien décrit. Et puis évidemment Sonia Dagotor met quelques pincées d’hommes dans son roman. Elle les malmène un peu aussi et c’est hilarant. L’amour reste le thème central du roman ainsi que les relations de couple. L’auteure y évoque aussi le désir, la culpabilité et le bonheur. 

Vous avez une envie de lecture agréable avec une dose d’humour et des femmes émouvantes ? Foncez ! 

A lire aussi

L’interview de Sonia Dagotor

Laisser un commentaire