L’année du gel d’Agathe Portail

l-annee-du-gel-agathe-portaill

Résumé

Le crime s’invite dans un château du Bordelais.

Été 2017. Après un épisode de gel qui a dévasté ses vignes, Bernard Mazet se range à l’idée de sa femme d’ouvrir des chambres d’hôtes pour sauver la propriété familiale de Haut Méac. Le château affiche complet avec la venue d’un groupe de trentenaires pour une semaine. La fantasque Olivia, Vincent, le célibataire volage, Clara, si discrète, et leurs deux couples d’amis semblent heureux de se retrouver. Mais dans la chaleur écrasante, les esprits s’échauffent et les drames personnels refont surface.
À l’aube du quatrième jour, un cadavre est découvert dans la chambre froide du château. Le major Dambérailh, chef de la brigade locale, est chargé de l’affaire. Tandis que les conflits d’intérêt émergent au sein de son équipe, sa tante Daphné, vieille fille loufoque, s’invite dans l’enquête. Il faudra exhumer bien des secrets honteux ou douloureux pour que la lumière se fasse.

Mon avis

Je suis ravie que les éditions Calmann-Lévy m’aient proposé de participer à la découverte de leur nouvelle collection « Territoires ». 

Donc courant décembre, j’ai reçu une très jolie box au coeur de laquelle était niché le roman d’Agathe Portail. Un polar au coeur du Bordelais. Je m’en suis d’autant plus réjouie que je vis à quelques kilomètres à peine. 

Certains auraient pu être tentés de qualifier ce livre de polar régional. Pour moi, ce n’est pas le cas, sans que cela n’ait aucune connotation péjorative bien évidemment. Secrets de famille, problèmes d’argent, apparences… Tout y est pour vous conquérir.

En fait, la jeune auteure installe son décor et ses personnages lentement. Je sais pour l’avoir déjà vu passer sur les réseaux sociaux que le roman est comparé à une partie de Cluedo. C’est exactement cela qu’il m’a suggéré aussi. Mon imaginaire est reparti vers le fameux colonel Moutarde. 

Des allures de Cluedo

Ce roman a comme suspendu le temps car on plonge dans l’intrigue et on oublie le reste autour. Les protagonistes nous y aident bien aussi et c’est ce qui m’a plu. La manière de conduire l’enquête qu’a la gendarmerie locale suspend elle aussi le temps. On sent bien les connivences et le fait que l’on doit « préserver » certaines familles des ennuis. Bref il faut mettre des gants avant d’interroger ou en tout cas interroger prudemment certaines ou certains. On est dans un petit village où tout le monde se connaît, alors quand le meurtre surgit c’est l’Affaire dont tout le monde parle.

La bande de jeunes trentenaires porte des prénoms bien d’aujourd’hui mais le reste de la galerie construite par Agathe Portail a des prénoms d’un autre temps. « Géraud », ce gendarme qui semble tout droit sorti d’une autre époque, « Daphné », cette vieille dame loufoque et un peu foldingue si attendrissante mais également fort envahissante aussi… 

Mais pour autant, j’ai été un peu perdue au départ car justement la galerie des personnages est très riche, entre les locaux : le couple Mazet, le boulanger, les parents de Bernard Mazet et cette bande d’amis trentenaires venus passer a priori un belle semaine de vacances et de retrouvailles. 

Une riche galerie de personnages

Il faut donc un peu de temps pour assimiler la place et le rôle de chacune et chacun. En parallèle, l’auteure dresse habilement le cadre de son roman, ce château de Haut-Méac. Mais finalement, ce n’est pas tant la situation géographique que l’intrigue qu’elle tisse et dévoile petit à petit, lentement qui intéressent le lecteur. 

C’est bien construit et elle a su me faire douter à maintes reprises. Donc pour reprendre le parallèle, j’étais embarquée dans une partie de Cluedo… 

Et j’ai été bluffée par la résolution de l’intrigue car pour le coup je ne l’avais pas vue venir. Il y a bien un personnage dont je doutais car j’avais compris l’une des ficelles de l’histoire, mais je n’en dis pas plus au risque de spoiler. 

Donc en résumé, un bon moment de lecture.  A savourer pour ralentir et profiter d’une parenthèse hors du temps. 

 

Laisser un commentaire