Au soleil redouté de Michel Bussi

 

au-soleil-redouté-Michel-Bussi

Résumé

Au cœur des Marquises, l’archipel le plus isolé du monde, où planent les âmes de Brel et de Gauguin, cinq lectrices participent à un atelier d’écriture animé par un célèbre auteur de best-sellers. Le rêve de leur vie serait-il, pour chacune d’elles, à portée de main ? Au plus profond de la forêt tropicale,  d’étranges statues veillent, l’ombre d’un tatoueur rôde. Et plein soleil  dans les eaux bleues du Pacifique, une disparition transforme le séjour en jeu… meurtrier ? Enfer ou paradis ? Hiva Oa devient le théâtre de tous les soupçons, de toutes les manipulations, où chacun peut mentir… et mourir. Yann, flic déboussolé, et Maïma, ado futée, trouveront-ils lequel des hôtes de la pension Au soleil redouté… est venu pour tuer ?

Mon avis

Michel Bussi a ce talent de nous emporter dès les premières pages de ses romans. Et à chaque fois, le dépaysement est garanti ! 

Cette fois-ci, il nous emmène au coeur de la Polynésie et plus précisément dans les îles Marquises sur Hiva Oa. L’île tout autant que les humains constitue un personnage à elle seule. On perçoit là la volonté de l’auteur de partager son savoir de géographe. A l’histoire et à l’intrigue se mêlent paysages, traditions, tous parfaitement retranscrits. Bref vous partez en voyage ! 

Ici l’auteur nous embarque dans cette île où sont réunies cinq lectrices participant à un atelier d’écriture avec leur auteur favori. Oui mais voilà, c’est sans compter sur l’intrigue policière qui va se faire jour. Une disparition, des morts inexpliquées et le lecteur part en quête du ou de la coupable.

L’on découvre ces personnages féminins peu à peu, tous avec leurs failles et surtout on comprend peu à peu ce qui les a conduites sur l’île, au-delà de leur passion pour l’écriture. Des personnages féminins hauts en couleur pour certaines, décrites avec force détails. Les hommes finalement sont peu présents ou en tout cas pas au coeur de cette histoire. Sur le devant de la scène des femmes ! «  Parce que la plupart des lecteurs sont des femmes », confiait Michel Bussi lors d’une rencontre pour le lancement de ce nouveau roman à Paris fin janvier. 
J’avoue avoir été menée par le bout du nez jusqu’à la fin. Un habile twist m’a fait enfin réaliser « ah mais oui… » 

Des personnages de femmes riches, bien construits. Un hommage à Brel dont les chansons émaillent le roman, jusqu’au titre. Un hommage également à Agatha Christie et ses « 10 petits nègres ». L’écriture de Michel Bussi et sa manière de conter ses histoires rendent ses romans addictifs. Laissez-vous emporter aux Marquises sur un air de Brel…

Du même auteur

Laisser un commentaire