Est-ce ainsi que les hommes jugent ? Mathieu Ménégaux

Mathieu Ménégaux

Le résumé

Une journée particulière. Gustavo, père de famille, directeur financier, doit effectuer une présentation importante devant l’état-major de sa multinationale. Des mois de préparation, un tournant pour sa carrière.
 
Au lieu de l’heure de gloire espérée, la police faire irruption à son domicile, à l’aube. Perquisition, accusation d’homicide volontaire, indices concordants, Gustavo va être placé en garde à vue et traité sans ménagement. Heures sombres, qui vont déstabiliser un cadre supérieur sans histoires et le conduire à redouter le pire pour son avenir.
 
Son épouse Sophie va mobiliser son réseau et son énergie pour démontrer l’innocence de son mari et préserver leurs deux garçons des conséquences dévastatrices de cette mise en cause.
 
Mais comment rétablir la balance de la justice dans un univers gouverné par l’émotion et la recherche immédiate d’un coupable  ?
 
Avec un style direct et tendu, Mathieu Menegaux nous livre un roman haletant, une plongée en apnée dans le monde de l’injustice.

Mon avis

En trois romans, Mathieu Ménégaux devient un auteur incontournable grâce à la force de son écriture. A chaque nouveau roman, c’est un nouvel uppercut qu’il assène à ses lecteurs. 

Ses romans sont courts mais vous l’avez bien compris, particulièrement percutants, par les sujets abordés et le ton employé.

Dans « Est-ce ainsi que les hommes jugent ? » j’ai eu l’impression d’être en apnée tant la tension était pesante et la machine policière se mettait en place, implacable, rapide, menaçante. Un tourbillon emporte Gustavo et sa famille en quelques minutes.

Mathieu Ménégaux décrit parfaitement, avec une précision presque chirurgicale dirais-je, les rouages psychologiques de l’être humain. Celui qui est acculé et emprisonné dans un engrenage infernal et ceux qui l’entourent.

Tous les ingrédients du drame sont réunis et de manière implacable, tout s’enchaîne parfaitement dans ce troisième roman où le thème cher à l’auteur est évidement dominant : l’injustice.

Bref, ce troisième roman confirme, à mon sens, le talent de Mathieu Ménégaux. Il parvient à chaque fois à emporter son lecteur dans un roman, somme toute assez court, mais bien construit et où l’on plonge sans retenue. A lire impérativement !

Les autres romans de Mathieu Ménégaux

« Je me suis tue« 

« Un fils parfait« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image