Rencontre avec Katherine Pancol

Hortense, Joséphine, Junior, Stella… et tous les autres, ça vous parle ? Les personnages phares de la saga des Cortès, écrite par Katherine Pancol. J’ai eu le privilège de rencontrer l’auteure à l’occasion de la sortie en librairie de « Trois baisers » le dernier volet de la saga. Rétrospective.

trois baisers

J’étais dans le TGV vers le Sud-Ouest, encore sur mon nuage d’avoir passé une magnifique soirée en compagnie de Virginie Grimaldi. Quelle ne fut pas ma joie quand j’ai reçu une jolie invitation pour rencontrer Katherine Pancol. J’en profite pour remercier les editions Le Livre de Poche.

katherine-pancolComment vous dire ? Eh bien oui, je souriais toute seule face à mon téléphone. Mes voisins ont dû penser « elle est bien bizarre cette fille-là ». Mais je suis spontanée et comme j’admire cette auteure depuis de longues années, je me suis empressée de répondre positivement à cette invitation. 

 

Les aléas des transports parisiens

Bon je dois quand même vous avouer que je suis arrivée avec beaucoup de retard, alors que je déteste ça. Ce jour-là, j’ai cru que le sort s’acharnait et que je ne parviendrai jamais à rejoindre le lieu de la rencontre. 

AFP PHOTO LOIC VENANCE

Arrivée bien en avance et installée dans mon pied-à-terre parisien pour ce séjour, j’avais anticipé le temps de trajet… largement pensais-je ! Que nenni… J’avais décidé de circuler avec les bus pour profiter de la vue. Quelle mauvaise idée cette fois-là 😡😡😡

Je patientais à Concorde pour prendre le second bus qui me conduirait près de cet endroit. 5 minutes, 10 minutes, 15 minutes !!! Point de bus à l’horizon. Je consulte mon application et là, je découvre avec stupeur « arrêt non desservi« . J’avais bien vu quelques policiers en nombre à quelques rues de là mais bon j’ai naïvement pensé que ça irait. Mais je n’ai pas renoncé, métro ? bof bof pas vraiment adapté au trajet et surtout l’heure défilait inexorablement… j’ai marché vers une station de taxi.

J’ai tenté de commander un taxi via mon application là encore. A chaque fois, ils annulaient ma commande. Je suis une fille connectée 📱mais là franchement, j’étais quand même démunie et surtout honteuse de voir le retard enfler toujours plus.

Que dire ? je me suis agacée, je les ai maudits ! Oui oui. Eh comme plus je marchais plus je me rapprochais, j’ai décidé de finir à pied. Bon j’avoue je suis arrivée à bon port un peu transpirante, honteuse de mon retard mais j’ai été fort chaleureusement accueillie. Et quand j’ai pu discuter avec Katherine Pancol en tête à tête j’ai su que mon obstination avait payé !

Mon obstination récompensée

Ayant enfin atteint le lieu de rdv, je me suis fait toute petite et j’ai pu enfin me détendre et écouter Katherine Pancol nous raconter sa vie d’auteure par bribes. Un véritable moment d’échanges, hors du temps. Nous avons évoqué avec elle la condition des femmes aux Etats-Unis, la manière de construire des relations amoureuses là-bas… La pudibonderie qui a la part belle dans ces relations. 

Un moment en tête à tête

Katherine Pancol a pris le temps d’échanger quelques mots avec chacune d’entre nous en tête à tête. J’étais ravie. Et que j’ai ri quand je lui ai demandé comment elle écrivait ; S’isole-t-elle ? Voici sa réponse « ah oui, parce qu’à Paris, mes copines me proposent toujours de super sorties ! Donc j’ai besoin de m’éloigner de toutes les tentations de distraction pour écrire. Je vais dans ma maison en Normandie où internet passe à peu près, le téléphone pas vraiment, donc je peux travailler vraiment. Ma seule sortie là-bas, ce sont mes visites chez le poissonnier ». Puis elle m’a parlé de ses débuts d’écrivaine quand elle travaillait dans un quartier de New York où les prostituées étaient nombreuses et de ses discussions avec ces femmes. Bref Katherine Pancol est vraiment adorable et abordable. Même si j’étais impressionnée de pouvoir m’entretenir avec elle, elle m’a vite mise à l’aise. 

La rencontre avait lieu dans un lieu magnifique, le show-room d’une Robe un soir . Nous étions entourées de robes de couturiers, de sacs Chanel… bref des paillettes en pagaille ! Pas que dans le décor mais aussi dans mes yeux et dans ma tête… Un lieu qui correspondait à merveille à Hortense, la jeune styliste de la saga des Cortès.

Un moment de bonheur pour la lectrice que je suis et qui a dévoré tous les tomes de cette saga avec avidité dès leur publication. Avec « Trois baisers », Katherine Pacol  clôt cette saga. L’auteure nous a confié qu’elle écrit son prochain roman où les femmes ont encore une fois une place de choix. Il paraîtra en octobre. 

 

Laisser un commentaire