Ilya Kalinine de Jérôme Camut et Nathalie Hug

Résumé

« On a raconté beaucoup de choses sur Ilya Kalinine. On a dit de lui que c’était un monstre, un assassin de la pire espèce qui tirait son plaisir de la souffrance de ses victimes. On a dit aussi qu’un seul homme ne pouvait pas avoir tué autant de gens et qu’il devait s’agir d’une légende derrière laquelle se cachait une organisation criminelle. D’autres ont prétendu qu’il n’existait pas. Et pourtant, Ilya Kalinine a existé. Depuis cet endroit et ce jour où j’écris ces lignes, je suis sans doute la dernière à pouvoir raconter son histoire. Je m’appelle Vera et je suis la mère d’Ilya Kalinine. Il est le fruit de notre époque. Il en a la dureté. Je l’ai élevé, je l’ai aimé, il m’a aimé en retour. Les monstres n’aiment pas, je peux vous le dire. Ou alors, nous sommes tous des monstres ».
Nathalie Hug et Jérôme Camut offrent un récit très sombre des origines d’Ilya Kalinine, le criminel qui hante la trilogie W3, dont le premier volet, Le Sourire des pendus, a obtenu le Prix des lecteurs policier du Livre de Poche.

Mon avis

Quand j’ai refermé le dernier volet de la trilogie W3, j’étais en quelque sorte frustrée. Oui déçue de ne pas pouvoir lire encore un volume au coeur de cette palette de personnages. Cette trilogie est addictive au même niveau qu’une série télévisée. 
Vous comprendrez donc ma satisfaction quand j’ai appris l’existence d’un autre ouvrage qui levait un peu le voile sur Kalinine, ce personnage si fascinant de W3 !  
Ce court ouvrage, au regard des trois volets qui comptent chacun au moins 900 pages, retrace la vie et l’histoire d’Ilya Kalinine. Il est court mais il est également dense en émotions.
C’est Véra, sa mère, qui conte au lecteur la manière dont Ilya s’est construit. On le découvre, enfant, adolescent puis adulte. Toute sa vie est retracée et notamment, son enfance avec sa soeur jumelle.
Sa fragilité qui deviendra sa force, ses failles sur lesquelles il va bâtir sa manière d’être, la carapace qu’il installe pour que personne ne perce son identité… tout y est ! 

Ilya Kalinine est le genre de personnage qui ne laisse absolument pas indifférent. Mystérieux, charismatique, séduisant, effrayant… Le lecteur suit donc la naissance d’un malfrat particulièrement intelligent, capable de vivre aux plus grands échelons de notre société de manière correcte. Les auteurs dévoilent ainsi la face la plus sombre de ce personnage. 
C’est un thriller intense, à l’écriture et au suspens haletant.  Je recommande ! 

J’ai juste envie de dire : à quand une adaptation à l’écran de cette sacrée aventure que constitue la fabuleuse trilogie W3 ?

Des mêmes auteurs

Ma chronique sur « Le sourire des pendus« , premier tome de W3.

Ma chronique sur « Le mal par le mal «, second tome de W3.

Ma chronique sur « Le calice jusqu’à la lie« , troisième tome de W3

 

Laisser un commentaire