Entretien avec Carène Ponte

Carène Ponte, auteure de romans feel-good, se confie à vous. Ses livres sont emplis de sensibilité. Son prochain roman sort le 6 juin en librairie.

carene-ponte1024_1


Qui êtes-vous en quelques mots ?

Je suis une femme de 38 ans, maman de deux enfants. Grande lectrice depuis toujours et autrice depuis 2013 (d’abord sur un blog, puis publication en auto-edition de mon premier roman en 2015).
 
Quelle place occupe la lecture dans votre quotidien ?
Une place indispensable. Je lis tous les jours et suis de fait incapable de m’endormir sans avoir lu ne serait-ce que quelques lignes. Même s’il est 2 h du matin…
 
Avez-vous des habitudes de lecture : un endroit préféré ? Un rituel ?
Je lis plutôt le soir dans mon lit. Mais je peux aussi lire sur le canapé, souvent le dimanche ou pendant les vacances. Une seule obligation : être allongée ! Je déteste lire assise.
 
Votre récent coup de cœur littéraire et pour quelles raisons ?
Mon dernier coup de coeur, je dirais, le dernier roman de Lori Nelson Spielman « Tout ce qui nous répare ». C’est une autrice dont j’adore la plume pleine de sensibilité. J’aime sa manière de construire les personnages, de poser une histoire et de nous embarquer avec elle.
 
L’écriture c’est quoi pour vous ? Que vous apporte-t-elle ?
C’est d’abord la réalisation d’un rêve de petite fille. C’est devenu un indispensable aujourd’hui, comme la lecture. Ça m’apporte beaucoup beaucoup de bonheur. Le fait de toucher les gens avec mes mots ou de les faire rire avec mes histoires me donne une énergie de dingue. L’écriture me fait vivre des moments extrêmement forts en émotion, elle rend ma vie plus belle.
 
De nouveaux projets en cours ?
Plusieurs mêmes ! Je suis en train de corriger un roman qui paraîtra le 6 juin. Et j’écris actuellement une comédie de Noël qui paraîtra fin octobre 2019. Bref, une année bien remplie en perspective.
 
Un mot pour les lecteurs de jadorelalecture.com pour finir ?
Il faut toujours croire en ses rêves, qui sait où ils peuvent nous emmener.
 

Mes chroniques sur ses romans

Laisser un commentaire