La chambre des merveilles de Julien Sandrel

La chambre des merveilles
« La chambre des merveilles » Julien Sandrel

Le résumé
Louis a 12 ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère,  Thelma, qu’il est  amoureux pour la première fois, il voit bien  qu’elle pense à autre chose, à son travail sûrement. Alors il part,  fâché et déçu, avec son skate, et traverse la rue à fond. Un camion  le percute de plein fouet.

Le pronostic est sombre. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas  d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis.  En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet  sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a dressé la liste de  toutes ses « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait  vivre au cours de sa vie.
Thelma prend une décision : page après page, ces merveilles,  elle va les accomplir à sa place. Si Louis entend ses aventures,  il verra combien la vie est belle. Peut–être que ça l’aidera à  revenir. Et si dans quatre semaines Louis doit mourir, à travers  elle il aura vécu la vie dont il rêvait.
Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on  a presque quarante ans…
Mon avis

Ce roman débute à un rythme soutenu. J’étais un peu comme en apnée tant la tension était palpable. J’avais presque le souffle coupé tant l’émotion m’a submergée dès les premières pages.

Et  je me suis détendue. Je l’ai dévoré en quelques heures à peine tant je n’avais pas envie de le lâcher. Le sujet est dramatique mais la manière dont Julien Sandrel tisse son histoire, réconcilie les personnages, réinstaure ou en tout cas rend visible et évidemment l’amour mère-fille est juste magnifique. Face aux difficultés de la vie, finalement qu’est-ce qui prime ? L’amour.

Exit les apparences

Très franchement, j’ai adoré ce retournement dans la vie de Thelma qui lâche tout pour essayer de faire sortir son fils du coma. Quelle fantaisie se dégage alors d’elle quand elle laisse tomber le carcan des apparences dans lequel elle s’était fondue et enfermée !

J’ai aimé le personnage de sa maman aussi qui est une douce « foldingue » débordant d’amour pour sa fille et son petit-fils. Mais j’ai surtout, oh oui surtout, adoré les touches d’humour qui émaillent ces plus de 200 pages alors que le sujet de fond est bien la mort probable et imminente d’un enfant de 12 ans.

Extra cette façon de parler pour Louis (avec les traductions pour les plus de quarante ans), j’ai eu parfois l’impression de me retrouver dans l’univers de ma fille. Bref ce roman est un coup de coeur. Un premier livre qui ne sera pas le dernier de cet auteur o’se l’espérer. 

 

Une pensée sur “La chambre des merveilles de Julien Sandrel”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *