Poussière d’étoile – Linda Da Silva

poussière d’étoile Linda Da Silva

Poussière d’étoile – Linda Da Silva

📆 Paru le 3 juin 2020

Résumé

Trois femmes… Trois époques… Trois destins. 1890 — Je me prénomme Suzanne, vingt printemps tout juste, employée comme femme de chambre dans l’une des plus belles demeures de Ville-d’Avray pour le compte de la famille Delattre. Ma passion est la danse classique et mon rêve, devenir une grande danseuse. Aucune ombre ne devait assombrir mon destin, et pourtant… 1980 — Je suis Lise, la quarantaine, infirmière libérale, j’élève, avec l’aide de ma mère, mon fils Patrick. Je prends mon métier très à cœur. La vie ne m’a pas épargnée, je me suis faite à cette idée… 2020 — Je m’appelle Agnès, la trentaine, j’évolue dans le monde de la mode en tant que styliste. J’ai enfin trouvé l’amour, le VRAI, auprès de Mathieu, mais une apparition a bouleversé mon existence… Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus cher, elles vont vivre une aventure hors du commun.

Mon avis

Je remercie l’auteure de m’avoir proposé la lecture de Poussière d’étoile. Je n’avais pas lu ses précédents ouvrages et ce fut donc une totale découverte. 

Ici, elle dresse le portrait de trois femmes, issues de trois générations et surtout à trois époques différentes. Trois destins intéressants qui suscitent la curiosité du lecteur. Une maison en trait d’union.

Les chapitres sont rédigés selon le point des trois héroïnes, Suzanne, Lise et Agnès. Le point fort de ce roman, c’est d’avoir su recréer l’ambiance de chacune des époques. 

Pourtant, j’ai quand même été gênée par le registre de langage de Suzanne. Elle a un vocabulaire qui ne correspond pas, à mon sens, à la classe sociale dans laquelle elle a grandi même si elle travaille pour des personnes fortunées. À plusieurs reprises, je me disais « mais elle ne peut pas parler de cette façon », le langage soutenu n’étant pas adapté à son personnage. Autour du personnage d’Agnès, tout est trop beau, trop positif à mon goût mais bon c’est un roman…

Ensuite l’auteure a glissé de nombreuses références à ses premiers romans Le café des délices pour créer du lien avec des personnages récurrents. Pour autant elle a su accompagner ces références et ne pas perdre les lecteurs qui ne connaissent pas ces derniers (et j’en fais partie). 

Dans Poussière d’étoile, Linda Da Silva mélange les genres : un soupçon de feel good, une petite dose de roman historique et une enquête policière. Mais elle réussit à entremêler le tout pour saupoudrer la juste dose de suspense.

La plume de l’auteure laisse la part belle aux émotions de chacune de ses héroïnes et c’est appréciable. Un roman qui mêle donc amour,  jalousie, secrets, phénomènes inexpliqués dans cette maison. Le dénouement est amené de manière habile. Bref un roman bien construit. 

 

Laisser un commentaire