Va où le vent te berce de Sophie Tal Men

jadorelalecture-va-où-le-vent-te-berce-sophie-tal-men

Résumé

En intégrant une association de bénévoles à l’hôpital, Gabriel devient berceur de bébés.
Anna, jeune médecin, s’apprête à mettre au monde, seule, son premier enfant.
Chacun a son propre combat à mener, un fossé les sépare, et pourtant leur rencontre va tout changer.
Et si, ensemble, ils apprenaient à se reconstruire ? À vaincre leurs peurs et à affronter les fantômes du passé ?
Les Yeux couleur de pluie, Entre mes doigts coule le sable, De battre la chamade… ont révélé la justesse et l’intensité exceptionnelles de Sophie Tal Men pour exprimer les sentiments. Dans ce roman inspiré par le quotidien émouvant de l’hôpital, elle nous invite à ne pas avoir peur lorsque la vie nous tend les bras.

Mon avis

Sophie Tal Men nous offre une parenthèse bretonne vraiment très agréable à lire. D’abord j’ai apprécié de retrouver les personnages des premiers romans de l’auteure car je l’avoue, je m’y suis attachée. J’avais vraiment envie de continuer un bout de chemin avec eux.

Ici, on redécouvre Anna qui rentre bien abîmée, dans sa Bretagne natale. Marie-Lou et Mathieu reviennent eux aussi au coeur de cette nouvelle histoire.
Mais surtout vous allez découvrir Gabriel, un jeune homme écorché par la vie, passionné de boxe. Une allure de grand costaud mais un coeur en or et surtout une sensibilité à faire craquer les plus endurcis. Il devient bien malgré lui berceur pour les nouveaux-nés à l’hôpital. Et pourtant il va révéler un véritable don pour cette action. 

Ce nouveau roman de Sophie Tal Men c’est aussi une plume extrêmement sensible pour décrire les sentiments à la perfection, le quotidien de l’hôpital un milieu qui la touche de près. On pénètre aussi en néonatalogie pour aider ces bébés et ces parents en souffrance… L’auteure nous décrit des êtres malmenés, blessés, écorchés avec une douceur sublime. Elle adoucit le malheur et répare ces personnages si abîmés. 

Pour revenir à l’histoire, Anna et Gabriel ont chacun besoin de se réparer, de se reconstruire et ils vont apprendre à s’apprivoiser lentement mais magnifiquement. Sophie Tal Men glisse de ci de là quelques notes d’humour, des expressions bretonnes et de la gourmandise… 

Un roman qui vous offre donc une jolie parenthèse où la bienveillance et la douceur sont à l’honneur. Je recommande ! 

A lire aussi…

« Qui ne se plante pas ne pousse jamais » 

«  Les yeux couleur de pluie puis Entre mes mains coule le sable »

«  De battre la chamade » 

Laisser un commentaire