Ultime preuve d’amour de Michel Canesi & Jamil Rahmani

ultime-preuve-d-amour-canesi-rahmani

En librairie depuis le 24 janvier

Résumé

Alger, avril 1962. Inès, une Algérienne de seize ans, est emportée par sa passion pour Pierre, un jeune pied-noir qu’elle connaît depuis l’enfance. Mais l’Histoire n’a que faire des sentiments, elle avance, implacable, et broie tous les destins. Alors que la violence est partout, Inès et Pierre se retrouvent dans une chambre de l’Aletti, le grand palace d’Alger. C’est leur dernière rencontre. Pierre, comme tant d’autres, sera bientôt exilé en France. Le silence s’installe, les années passent. Inès et Pierre, qui se sont reconstruits tant bien que mal, oublieront-ils jamais l’Aletti ? «  Ultime preuve » d’amour brosse un émouvant portrait de femme. Il évoque avec puissance l’Algérie et la France des années soixante et quatre-vingt-dix. C’est dans l’amour d’une terre perdue, d’un pays déchiré, que s’exacerbent les sentiments de tous les personnages du roman.

Mon avis

Ce roman est une magnifique histoire d’amour au coeur de l’Histoire de l’Algérie, à partir de 1962. 

Il dresse le portrait d’une femme et celui de la société dans un pays en plein bouleversement. Les auteurs décrivent très bien ce que fut la vie sous tutelle de la France et le tournant opéré à partir des années 60. On y devine une Algérie et une frange de la population privilégiée et puis la pauvreté qui grandit. La décrépitude monuments et bâtiments fastueux à une époque puis quasiment à l’abandon des années plus tard. Les personnages sont sublimes tels cet employé de l’Alexis qui s’est vu vieillir bien plus vite qu’Inès et Pierre alors qu’il est du même âge. Ses conditions de vie précaires, son honneur l’ont empêché de s’enrichir quand d’autres n’ont pas hésité…
Sous les yeux d’Inès, le lecteur entraperçoit le changement idéologique, ma montée des extrémistes. Selon ses origines, on penche vers certaines idées politiques. Et au moment de leur séparation Inès et Pierre, bien que très amoureux, sont tiraillés et attachés à leurs idées. Chacun est également « conditionné » par son milieu social, ses origines, sa famille…

L’amour peut-il perdurer ?

Mais l’amour peut-il perdurer au-delà des ans, des époques, des croyances ? C’est bien de cela qu’il s’agit dans ce roman. 

Inès construit sa vie en Algérie et est allée jusqu’à réaliser son rêve : devenir médecin. Elle aide comme elle peut son peuple, mettant parfois sa vie en danger. Elle s’est mariée, a construit sa vie de famille, mais un abîme l’a toujours transpercée. Son coeur est toujours resté attaché à Pierre.

Lui s’est installé en France. Devenu médecin également, il n’a jamais oublié sa jeunesse en Algérie, pays dans lequel il ne pouvait plus mettre les pieds pour des raisons politiques. 

Oui mais voilà, le destin s’en mêle ou plutôt le mari d’Inès va tout faire pour les réunir à nouveau. Qu’adviendra-t-il ?

Le titre est magnifiquement trouvé. Ce roman interroge sur l’amour, sur les amours, sur l’autre. 

Laisser un commentaire