Nympheas noirs de Michel Bussi

Nympheas-noirs_6711Le résumé

Le jour paraît sur Giverny. Du haut de son moulin, une vieille dame veille, surveille. Le quotidien du village, les cars de touristes… Des silhouettes et des vies. Deux femmes, en particulier, se détachent : l’une, les yeux couleur nymphéa, rêve d’amour et d’évasion ; l’autre, onze ans, ne vit déjà que pour la peinture. Deux femmes qui vont se trouver au coeur d’un tourbillon orageux. Car dans le village de Monet, où chacun est une énigme, où chaque âme a son secret, des drames vont venir diluer les illusions et raviver les blessures du passé…
Continuer la lecture de « Nympheas noirs de Michel Bussi »

Mon bilan lecture de mars…

Il a plu des livres presque comme les giboulées… Je crois que j'ai quand même bouquiné à un bon rythme.

Des lectures variées avec Ingrid Desjours qui revient deux fois. Mais cette fois-ci, j'ai lus tous ses livres… bouhhhhh

Ces lectures m'ont presque toutes beaucoup plu, à l'exception de "Ceux qui restent" de Marie Laberge. J'ai été un peu déroutée dans les premières pages par la langue québécoise et ces expressions méconnues pour moi. Finalement, je trouvais cela plutôt dépaysant et agréable. Néanmoins, l'histoire  bien qu'intéressante, ne m'a pas happée. J'ai trouvé la narration plutôt pas mal car elle donne la parole tour à tour à ceux qui restent après le décès du jeune homme. Pourtant au final, je l'ai abandonné car trop long, pas assez rythmé à mon goût. 

Pour autant, je me suis régalée avec toutes mes autres lectures du mois de mars. Différents styles, différentes écritures, mais que du bon. Donc voici mon bilan :

 

J’ai toujours cette musique dans la tête d’âges Martin-Lugand

Agnès Martin-LugandLe résumé
Yanis et Véra ont la petite quarantaine et tout pour être heureux. Ils s'aiment comme au premier jour et sont les parents de trois magnifiques enfants. Seulement voilà, Yanis, talentueux autodidacte dans le bâtiment, vit de plus en plus mal sa collaboration avec Luc, le frère architecte de Véra, qui est aussi pragmatique et prudent que lui est créatif et entreprenant. La rupture est consommée lorsque Luc refuse LE chantier que Yanis attendait. Poussé par sa femme et financé par Tristan, un client providentiel qui ne jure que par lui, Yanis se lance à son compte, enfin. Mais la vie qui semblait devenir un rêve éveillé va soudain prendre une tournure plus sombre. Yanis saura-t-il échapper à une spirale infernale sans emporter Véra ? Son couple résistera-t-il aux ambitions de leur entourage ?

Mon avis
Agnès Martin-Lugand m'a encore une fois emportée dans un tourbillon d'émotions et surtout dans l'univers de ses personnages en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire. Très vite, j'ai été happée par la vie de Yanis, Véra, Luc, Charlotte et Tristan. Tout était vraiment très beau, trop beau évidemment pour être vrai et sans problème. Mais la force de son roman, c'est de mettre en lumière combien ces deux-mà s'aiment, se complètent, se devinent, se pardonnent et finalement sont indissociables. Ces deux-là, ce sont évidement Yanis et Véra. Leur amour est inébranlable même si à un petit mais alors tout peut moment, on pourrait croire (mais bon je n'y ai pas cru) que l'un va baisser les bras. Ils sont vraiment mariés pour le meilleur comme pour le pire et savent se soutenir dans toutes les épreuves. Et que dire de Tristan ? Un personnage sombre, bizarre, étrange dès le départ et dont le lecteur ne peut que se méfier.
Donc je dirais que j'ai encore une fois adoré ce roman d'Agnès Martin-Lugand pour son écriture si fluide, pour ses personnages si bien décrits et pour cette histoire finalement qui pourrait arriver à n'importe qui. Je recommande

La prunelle de ses yeux d’Ingrid Desjours

Le résumé
Gabriel Abramovic a tout perdu en l'espace d'une nuit. Victor, son fils de 17 ans sauvagement assassiné. Ses yeux. Sa vie. Les années ont passé et l'aveugle n'a pas renoncé à recouvrer la vue. Encore moins à faire la lumière sur la mort de son enfant. Quand dun nouvel élément le met sur la piste du meurtrier, c'est une évidence : il fera justice lui-même. Mais pour entreprendre ce long et éprouvant voyage, Gabriel a besoin de trouver un guide. Il recrute alors Maya, une jeune femme solitaire et mélancolique, sans lui avouer ses véritables intention…

Mon avis
Encore un vrai bon thriller d'Ingrid Desjours. Décidément, Pépita de la librairie Lacoste à Mont-de-Marsan et des Psychopathes du polar, que vous avez eu raison de me conseiller la découverte de cette auteur. Maintenant que je les ai tous lus, je vais devoir patienter jusqu'à la sortie de son prochain bouquin. L'attente sera longue j'en sui convaincue !
Mais revenons à "La prunelle de ses yeux", ce thriller m'a tenue en haleine et quelle histoire. Gabriel, Maya, Victor, Tancrède… tous les personnages sont ou ont été torturés, sont fragiles. Mais leur fragilité s'exprime dans la violence, dans la domination, dans la dissimulation… Bref une palette de personnages tous aussi riches et intéressants les uns que les autres. Ils sont fouillés, le livre est bien écrit et le scénario ferait un bon film ! Bref vous l'aurez compris, j'ai adoré ce dernier thriller d'Ingrid Desjours paru récemment. Je vous le recommande donc sans aucune hésitation.

Potens d’Ingrid Desjours

Le résumé
Club de surdoués ou rassemblement de détraqués ? La frontière paraît bien fine pour Garance Hermosa. La psycho-criminologue a infiltré Potens, une confrérie de génies, pour résoudre un crime. Celui de Charlotte, membre du cercle, ébouillantée puis poignardée à mort.
Mais Garance joue un jeu dangereux. Ces hauts QI excellent dans l'art de la manipulation, de l'intimidation et du chantage. Et la jeune femme garde en elle certains souvenirs douloureux qui pourraient bien la faire couler à pic. Car au club Potens, l'intelligence est plus affûtée qu'une lame de couteau.

Mon avis
Mêler génie (ou plutôt HQI) et crime : une intrigue intéressante. J'aime vraiment beaucoup les livres d'Ingrid Desjours car la dimensions psychologique y est importante. Mais là, j'ai eu quelques difficultés à entrer dans l'histoire, il m'a fallu une bonne cinquantaine de pages avant de poursuivre plus facilement. Pourtant pénétrer dans ce club qu'est Potens, découvrir la manipulation à une telle échelle, c'est juste ouah… Qui manipule qui, qui aime qui ou plutôt qui prétend aimer ou avoir aimé. Manipulation, HQI, eugénisme, une bien belle brochette de thématiques dérangeantes, fascinantes ? J'hésite. Alors je dirais que ce livre est bien écrit, que j'y ai retrouvé avec plaisir les personnages toujours aussi torturés de Garance Hermosa et Patrick Vivier. Mais il ne m'a pas autant happée que les autres thrillers de cet auteur. 

De tes nouvelles d’Agnès Ledig

Le résumé
Anna-Nina, pétillante et légère, est une petite fille en forme de trait d’union. Entre Eric, son père, et Valentine, qui les a accueillis quelques mois plus tôt un soir d’orage et de détresse.
Maintenant qu’Eric et Anna-Nina sont revenus chez Valentine, une famille se construit jour après jour, au rythme des saisons. Un grain de sable pourrait cependant enrayer les rouages de cet avenir harmonieux et longtemps désiré.
Depuis "Juste avant le bonheur" son premier succès, Agnès Ledig sait trouver les mots justes pour exprimer les émotions qui bouleversent secrètement nos vies. Son nouveau roman vibre d’énergie et de sensibilité, à l’image de ses personnages, héros du quotidien qui ne demandent qu’à être heureux.

Mon avis
Je suis restée un peu sur ma faim car je trouve que l'on devine un peu trop que la fin est ouverte pour un possible troisième volet. Toutefois, j'ai replongé avec délice dans les tribulations des personnages de ce roman d'Agnès Ledig. Parce qu'après tout, un peu de fraîcheur, de bonheur qui déborde, de sourires à la lecture de ces pages tournées très vite… ça fait beaucoup de bien ! C'est pour moi un message de VIE. Anna-Nina est toujours aussi attachante et les nouveaux personnages créés se fondent bien dans l'histoire. ON s'attache vraiment à Valentine, Eric, Anna-Nina, Gaël et Gustave. Les générations cohabitent vraiment en harmonie, dans la générosité. De la gentillesse, de l'amour, de la bonté, tout y est. Mais là on est quand même éloigné de la vraie vie.
Alors oui c'est un roman facile à lire, peut-être un peu trop gentil, tout est beau, peu de difficultés, un peu éloigné des réalités. Tanpis, ce roman fait rêver, sourire, rire et en fin de compte il met tout simplement du baume au coeur. Donc juste un grand merci pour cette lecture si bienfaisante.

Les règles d’usage de Joyce Maynard

Le résumé
Wendy, treize ans, vit à Brooklyn. Le 11 septembre 2001, son monde est complètement chamboulé : sa mère part travailler et ne revient pas. L’espoir s’amenuise jour après jour et, à mesure que les affichettes DISPARUE se décollent, fait place à la sidération. Le lecteur suit la lente et terrible prise de conscience de Wendy et de sa famille, ainsi que leurs tentatives pour continuer à vivre.
Le chemin de la jeune fille la mène bientôt en Californie chez son père biologique qu’elle connaît à peine – et idéalise. Son beau-père et son petit frère la laissent partir le cœur lourd, mais avec l’espoir que cette expérience lui sera salutaire. Assaillie par les souvenirs, Wendy est tiraillée entre cette vie inédite et son foyer new-yorkais qui lui manque. Elle délaisse les bancs de son nouveau collège et, chaque matin, part à la découverte de ce qui l’entoure, faisant d’étonnantes rencontres : une adolescente tout juste devenue mère, un libraire clairvoyant et son fils autiste, un jeune à la marge qui recherche son grand frère à travers tout le pays. Wendy lit beaucoup, découvre Le Journal d’Anne Frank et Frankie Addams, apprend à connaître son père, se lie d’amitié avec sa belle-mère éleveuse de cactus, comprend peu à peu le couple que formaient ses parents – et les raisons de leur séparation. 
Ces semaines californiennes la prépareront-elles à aborder la nouvelle étape de sa vie ? Retournera-t-elle à Brooklyn auprès de ceux qui l’ont vue grandir ? 
Émouvante histoire de reconstruction, Les règles d’usage évoque avec brio la perte d’un être cher, l’adolescence et la complexité des rapports familiaux. Un roman lumineux.

Mon avis
L'histoire d'un deuil. La perte d'une maman à encaisser, à digérer, à 
accepter… Une grande difficulté de la vie pour tout être et encore plus pour une jeune fille à l'aube de l'adolescence. Elle a grandi avec sa mère, son beau-père et un petit frère. Et du jour où sa mère disparaît, elle voit réapparaître dans sa vie, son père qui n'a toujours fait que des apparitions fugaces. Elle doit trouver comment survivre et vivre à ce deuil de sa mère. Apprendre à continuer à vivre sans cette présence; Un chemin initiatique, un chemin à faire. Des choix, des rencontres, une aventure de vie. Un roman fabuleux, plein de vie même si la tristesse l'imprègne à de nombreux moments.

La mémoire des embruns de Karen Viggers

Le résumé
Mary est âgée, sa santé se dégrade. Elle décide de passer ses derniers jours à Bruny, île de Tasmanie balayée par les vents où elle a vécu ses plus belles années auprès de son mari, le gardien du phare. Les retrouvailles avec la terre aimée prennent des allures de pèlerinage. Entre souvenirs et regrets, Mary retourne sur les lieux de son ancienne vie pour tenter de réparer ses erreurs. Entourée de Tom, le seul de ses enfants à comprendre sa démarche, un homme solitaire depuis son retour d'Antarctique et le divorce qui l'a détruit, elle veut trouver la paix avant de mourir. Mais le secret qui l'a hantée durant des décennies menace d'être révélé et de mettre en péril son fragile équilibre.
Une femme au crépuscule de sa vie, un homme incapable de savourer pleinement la sienne, une émouvante histoire d'amour, de perte et de non-dits sur fond de nature sauvage et mystérieuse.

Mon avis
Cette vieille dame est plus qu'attachante. Elle met toute sa volonté et sa ténacité pour parvenir à vivre ses derniers jours comme elle l'entend, là où elle le souhaite. Les portraits de ses enfants et surtout celui de Tom sont autant d'amour qu'elle leur porte. Une histoire et un livre sublimes. Dans un pays méconnu mais avec des paysages et des descriptions qui nous emportent tellement loin. Un livre également sur la fin de vie qu'un être cher peut choisir envers et contre tous. Un roman sur le travail d'acceptation de ce choix, si difficile parfois pour les proches, ceux qui vont rester et devront apprendre à vivre, à continuer à vivre avec cette absence. Une absence abyssale quand il s'agit d'une mère. Bref une grande histoire d'amour, le récit d'une vie. Un livre magnifique !

« Tout n’est pas perdu » Wendy Walker

Le résumé

Alan Forrester est thérapeute dans la petite ville cossue de Fairview, Connecticut. Il reçoit en consultation une jeune fille, Jenny Kramer, quinze ans, qui présente des troubles inquiétants. Celle-ci a reçu un traitement post-traumatique afin d’effacer le souvenir d’une abominable agression dont elle a été victime quelques mois plus tôt. Mais si son esprit l’a oubliée, sa mémoire émotionnelle est bel et bien marquée. Bientôt tous les acteurs de ce drame se succèdent dans le cabinet d’Alan, tous lui confient leurs pensées les plus intimes, laissent tomber leur masque en faisant apparaître les fissures et les secrets de cette petite ville aux apparences si tranquilles. Parmi eux, Charlotte, la mère de Jenny, et Tom, son père, obsédé par la volonté de retrouver le mystérieux agresseur.

Ce thriller, d’une puissance rare, plonge sans ménagement dans les méandres de la psyché humaine et laisse son lecteur pantelant. Entre une jeune fille qui n'a plus pour seul recours que ses émotions et une famille qui se déchire, tiraillée entre obsession de la justice et besoin de se reconstruire, cette intrigue à tiroirs qui fascine par sa profondeur explore le poids de la mémoire et les mécanismes de la manipulation psychologique.

Mon avis
Un livre que je qualifierai de polar. Mais j'ai trouvé cette lecture dérangeante. Le sujet est délicat certes mais la manière dont l'auteur déroule le fil de cette histoire est difficile pour un parent. Tout est écrit du point de vue du psychiatre et au travers de ses entretiens avec les différents protagonistes ou personnages. Il lève le voile petit à petit sur les secrets des uns et des autres. Un livre où le bien et le mal semblent se confondre… Il y a de la manipulation, une atmosphère que je qualifierai de "glauque". Bref un malaise à la lecture de ce livre et en fin de compte je dirais que je n'ai pas aimé. Je comprends mieux pourquoi je l'ai laissé aussi longtemps dans ma PAL (il y était depuis l'été dernier…).

Tout pour plaire d’Ingrid Desjours

Le résumé
En apparence, votre mari et vous avez « tout pour plaire ».
Mais depuis longtemps, déjà, votre couple dérange. Parce qu’une brillante jeune femme comme vous n’a pu tout abandonner pour se consacrer à son riche mari sans être influencée. Ou vénale.
Parce qu’un séducteur avide de pouvoir comme lui n’a pu obtenir votre dévotion que par la tyrannie et la manipulation. Comme tous les pervers narcissiques.
Alors quand votre séduisant beau-frère vient s’installer chez vous, les esprits s’échauffent davantage. Et la disparition suspecte de sa femme n’arrange rien. Oui, vos voisins guettent le drame…

Mais ils sont encore très loin d’imaginer la tragédie qui va réellement se jouer…

Mon avis
Des personnages aussi parfaits ou justement ravagés les uns que les autres. Ce thriller est juste génial. 600 pages que j'ai dévorées en deux jours. Des êtres machiavéliques, manipulateurs. La perfection est une apparence trompeuse mais qui manipule qui, qui trompe qui, qui se sert de qui ? Un flic cabossé, borderline. Un malfrat aux allures de séducteur, intouchable… Bref la galerie des personnages est riche, pleine de surprises et l'on navigue des uns aux autres avec délectation. J'ai entraperçu une partie de la solution au milieu du livre mais une telle manipulation, non. Bref à lire absolument !