On n’efface pas les souvenirs de Sophie Renouard

sophie-renouard

Résumé

Comment retrouver son chemin quand on a tout perdu ? Annabelle a une vie merveilleuse. Un mari qui l’aime, deux petites filles adorables, une famille soudée.
Jusqu’à ce jour de septembre où elle est brutalement arrachée à ses proches, laissée pour morte au milieu de la forêt. Lorsqu’elle reprend conscience, sa mémoire s’est effacée. Plus de traces… Pour remonter le fil de sa vie, Annabelle va devoir affronter la face cachée d’un bonheur qu’elle croyait parfait.
Avec une extrême sensibilité, Sophie Renouard explore les zones d’ombre d’une existence ordinaire. Captivant.

Mon avis

Tatiana de Rosnay qualifiait ce roman sur les réseaux sociaux d’addictif ? C’est exactement cela. Vous en lisez une page, deux pages… et vous êtes pris dans ce tourbillon. Tout démarre dans une famille bourgeoise, aisée où tout semble trop beau pour être vrai. Tout le monde s’aime, tout le monde est heureux… Un tableau bien trop idyllique pour qu’un rien ne vienne tout chambouler évidemment. 

Annabelle, l’héroïne de ce roman de Sophie Renouard, a tellement tout pour être heureuse qu’elle se retrouve du jour au lendemain laissée pour morte au fin fond des montagnes pyrénéennes. Elle n’a plus aucune mémoire de ce qui lui est arrivé, de qui elle est, qui elle était et ce qu’elle va devenir. Emile, un vieil homme au coeur sur la main mais à la mémoire vacillante va prendre soin d’elle pour qu’elle prenne le temps de se remettre, de se reconstruire et d’oser un jour retourner à ce qui fut sa vie. 

C’est un très joli roman sur la reconstruction. Finalement revenir à l’essentiel sans tout le superflu d’une vie ultra-confortable va permettre à Annabelle de se reconstruire, en prenant le temps. Le personnage d’Emile est très attachant, sans jugement, sans a priori il prend juste soin de la jeune femme. Il est la générosité même ce vieil ermite qui a renoncé à la vie en société.

L’intrigue policière en fond est secondaire et j’ai surtout aimé cette histoire de renaissance. 

Laisser un commentaire