L’ivresse des libellules de Laure Manel

l-ivresse-des-libellules-laure-manel

Résumé

Quatre couples d’amis dans la quarantaine décident de s’octroyer des vacances sans enfants dans une villa de rêve.
Mais l’ambiance qui se voulait insouciante et idyllique ne tarde pas à se charger d’électricité. La faute aux caractères (et petites névroses) de chacun, aux modes de vie différents, à l’usure et la routine qui guettent les amoureux quand s’invite le quotidien, et à des parents qui ont oublié ce qu’était leur vie lorsqu’ils ne l’étaient pas encore…
Quand débarque une jeune et jolie célibataire, le groupe est plus que jamais au bord de l’implosion.

ON NE BADINE PAS AVEC L’AMOUR

Mon avis

J’ai lu les premières pages et j’ai su tout de suite que ce nouveau roman de Laure Manel allait me plaire. Je me suis laissé transporter dans cette ambiance de farniente et de vacances entre adultes uniquement. Les enfants sont restés avec les grands-parents ou avec les ex. J’ai aimé cette ambiance, détendue mais pas que… 

Je me faisais comme un film dans ma tête page après page. Un film qui aurait des allures du « Coeur des hommes », cette saga que j’ai adorée. Mais ici, place aux femmes, aux liens d’amitié, aux confidences, aux aléas de la vraie vie dans le couple, dans la relation amoureuse, dans les séparations et dans l’amitié. Elle est même au coeur de ce roman. Des liens forts mais qui permettent aussi parfois d’ouvrir les yeux sur ce que l’on est réellement. 

Ce roman est empreint de la vraie vie donc, de ces parenthèses que l’on s’octroie de temps à autres pour des moments entre amis et quand ça dure, inévitablement les langues ou les regards se délient. Les moments entre filles ont trouvé un écho en moi car nous les préservons avec mes amies d’enfance (adolescence). Notre quatuor se réunit régulièrement depuis ce passage du fameux cap de la quarantaine. Sybil nous envierait notre organisation 😉 tant nous devons jongler avec nos agendas respectifs et ceux de nos familles et enfants ! Mais quand on veut, on peut…

Car oui le cap de quarantaine n’est pas forcément évident à franchir. Le personnage d’Emilie est d’ailleurs bien représentatif des turpitudes auxquelles une femme se trouve souvent confrontée. Les hommes ne sont pas en reste… Apparence physique, amour, désir, confiance en soi, doute, chemin de vie à deux ou en solo… autant de questionnements bien réels. 

Bref pour en revenir à « L’ivresse des libellules », j’ai vraiment aimé cette histoire et ses personnages. Je trouve que Laure Manel les a vraiment creusés, travaillés en profondeur. Elle nous offre ainsi une jolie galerie de tempéraments autant au féminin qu’au masculin. Et c’est divin ! Vous souriez, vous riez car vous retrouvez forcément ce petit quelque chose que vous avez observé parmi vos proches.

Vous l’avez compris, en choisissant ce roman, vous allez passer un très agréable moment de lecture. Et pour les beaux jours, c’est le livre parfait à emporter dans vos bagages ! 

 

 

 

 

Laisser un commentaire