Trancher d’Amélie Cordonnier

trancher-amelie-cordonnierRésumé

« Des pages et des pages de notes. Tu as noirci des centaines de lignes de ses mots à lui. Pour garder une trace, tenter de les désamorcer, avec le pathétique espoir qu’ils aillent s’incruster ailleurs qu’en toi. »
Cela faisait des années qu’elle croyait Aurélien guéri de sa violence, des années que ses paroles lancées comme des couteaux n’avaient plus déchiré leur quotidien. Mais un matin de septembre, devant leurs enfants ahuris, il a rechuté : il l’a de nouveau insultée. Malgré lui, plaide-t-il. Pourra-t-elle encore supporter tout ça ? Elle va avoir quarante ans le 3 janvier. Elle se promet d’avoir décidé pour son anniversaire.

Mon avis

C’est un court roman mais un roman coup de poing. Vous commencez et vous êtes en apnée tant le sujet vous happe. La violence évoquée est verbale mais elle vous met uppercut après uppercut. 

C’est le récit d’une femme qui doit faire un choix : rester avec son époux qui l’agonit d’insultes toutes plus vulgaires les unes que les autres, y compris et surtout devant ses enfants. L’histoire de cette femme qui a finalement presque toujours vécu avec cet homme déjà très violent verbalement voilà quelques années. Alors oui, elle s’était extraite de cette relation toxique et destructrice mais elle a voulu y croire quand il lui a dit avoir changé. 

Sept ans se sont écoulé depuis cette petite pause. Sept ans de répit, de sursis avant tout rebascule. Cette fois-ci, au milieu des insultes, ce n’est plus seulement elle et son garçon, il y a aussi sa fille. Les injures se remettent à pleuvoir de plus en plus fréquemment, de plus en plus violentes. Alors elle se fixe un ultimatum. Elle doit décider de ce que sera sa vie le jour de ses 40 ans. 

Ce livre est difficile mais tellement bien écrit. Il questionne surtout beaucoup. Au prétexte de l’amour, de la vie de famille, d’un certain équilibre, peut-on tout accepter ? La violence verbale est aussi forte et destructrice que la violence physique et c’est parfaitement décrit dans ce roman. Bravo ! 

Laisser un commentaire