La tectonique de l’être d’Arnaud Lequertier

latectoniquedeletrearnaudlequertierRésumé

Imaginez…
Vous décompressez lors d’un séminaire professionnel sous le soleil de Marrakech entre thé à la menthe et champagne, le tout aux frais de la princesse, lorsque lors d’un anodin exercice de « Team building », vous plongez innocemment vos yeux dans le regard d’un collègue hispanique. Oh pas longtemps, à peine soixante secondes. Et pourtant, les pensées et émotions qui vont remonter à la surface lors de cet intense échange silencieux risquent bien de chambouler votre existence, qui sera dès lors condamnée à dérailler de son agréable train-train quotidien.
Cela vous semble farfelu ? À Anna aussi probablement, du moins jusqu’à ce qu’elle ne l’expérimente. Car cet épisode sera pour elle le premier domino d’une réaction en chaîne qui l’emmènera très loin. Jusqu’au bout du monde.
Un tour du monde pour fuir ? Ou au contraire, pour se réaliser ? Comme souvent, la vérité ne se trouve ni dans le noir, ni dans le blanc, mais bien dans le gris…
Après Le bigorneau amoureux, Arnaud Lequertier nous invite à embarquer pour un voyage haut en couleurs autour du globe à la rencontre des forces souvent contradictoires qui sommeillent en chacun de nous et ne demandent qu’à s’affirmer.

Mon avis

J’ai vraiment accroché avec ce second roman d’Arnaud Lequertier. L’auteur explore ici un road-trip et reprendre thème de son premier roman : un personnage se questionne sur son existence. Ici Anna a une vie réglée comme du papier à musique, job qui lui plaît et dans lequel tout semble lui réussir, amoureux bien sous tous rapports… Mais sa vie ne lui convient plus. Et elle se découvre progressivement et va surtout s’épanouir bien loin de la vie pour laquelle elle semblait programmée.

Elle envoie « valser » les diktats, et notamment ceux qui viennent de sa mère pour laquelle la réussite professionnelle semble primer sur tout le reste.

C’est étonnant mais ce road-trip dans lequel elle s’engage sans plan vraiment prédéfini, plonge Anna dans l’incertitude. A la fois sur sa destination mais aussi et surtout sur la manière dont elle va vivre cette expérience. Elle prend sa nouvelle vie à bras le corps et décide de la vivre à 200 %. Elle se nourrit désormais des paysages mais aussi et surtout des rencontres qui vont jalonner son voyage. 

J’ai aimé cette relation avec sa grand-mère, une mamie complètement au fait des nouvelles technologies et qui malgré les océans qui la sépare de sa petite-fille, la guide et l’entoure de tout son amour. Finalement malgré la distance géographique, elles sont plus proches que jamais. Quelle complicité ! 

Un tour du monde aux étapes plus ou moins longues, mais aux enseignements nombreux. Anna se trouve et se réalise au travers de ce road-trip. Quitte à déplaire a certains… Mais est-ce si important finalement d’être approuvé dans ses initiatives ?

 

A lire aussi :  « Le bigorneau amoureux« 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire