L’amour propre d’Olivier Auroy

amourpropre_C1-300x456

Le résumé

Au salon de massage de M. Victor, rue de Courcelles, Waan semble jouir d’un statut de favorite. Est-ce parce que le propriétaire des lieux l’a vue grandir ?
Depuis qu’elle est devenue orpheline, Waan sait gré à M. Victor de lui avoir évité la fin tragique de la plupart des filles de sa condition en Thaïlande. Mais toute protection a un prix, et si l’écrin somptueux dans lequel elle pratique aujourd’hui n’a rien à voir avec les arrière-cours miséreuses de Chiang Rai, depuis quelques semaines Waan ressent une inquiétude diffuse.
Il y a ce ministre qui la harcèle de questions, et ce reporter dont elle attend les visites avec davantage d’impatience qu’elle ne veut bien l’admettre. Il y a surtout les silences de M. Victor, qui semblent dissimuler le passé derrière les tentures opaques du salon. Waan envisage alors de tout plaquer. De ne plus masser le corps des hommes. Mais a-t-elle vraiment le choix ?

L’Amour propre est un thriller osé, palpitant et implacable dans l’univers clos et énigmatique des salons de massage. C’est aussi une réflexion sans concession sur le rouage cruel et douloureux que peut constituer le désir des hommes et un plaidoyer radical pour le respect de celui des femmes.

Mon avis

Une très belle découverte que ce roman. Un parcours de femme comme je les aime. Waan est fascinante, mais elle a une vie ô combien bâtie sur la renonciation. Elle s’est oubliée pour protéger son fils d’abord. Une maman ne peut que le comprendre.
Dans ce roman, il est aussi beaucoup question de manipulation. Manipulation que Waan aura subi tout au long de sa vie. 

Manipulation, pression, chantage, elle subit tout cela mais elle s’accroche. Elle est fine, prudente, n’accorde pas sa confiance facilement et se méfie de tout le monde. Avec raison, mais jusqu’où doit-elle douter de ceux qui semblent vouloir l’aider ? Pour moi, la fin laisse cette question en suspens.

Et puis ce roman laisse transparaître la difficulté à aimer, à se laisser aimer quand on est exploitée comme l’est Waan. Esclave sexuelle en Thaïlande d’abord puis praticienne en salon de massage en France où les hommes attendent bien souvent davantage. Jusqu’à quel point l’homme s’autorise-t-il à dominer la femme, la reniant dans toute sa personnalité et toute sa liberté ? 

Ce roman est donc magistral pour les sujets délicats qu’il aborde : l’exploitation des femmes, la domination des hommes au prétexte de leur désir à assouvir, le respect de l’être humain et de la femme. Je vous recommande vivement cette lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image