La vallée des oranges de Béatrice Courtot

Béatrice Courtot

Le résumé

En démontant le faux plafond d’un hôtel, un ouvrier tombe sur une boîte contenant les souvenirs d’une vieille dame, Magdalena. Son arrière-petite-fille, Anaïs, tenancière du Café de l’Ensaïmada, une institution culinaire à Paris, décide alors de partir à la recherche de ses origines majorquines…

Majorque, 1935

Magdalena, jeune pâtissière, confectionne chaque jour des ensaïmadas, ces brioches majorquines entortillées et saupoudrées de sucre glace. Mais très vite, la guerre civile espagnole frappe aux portes de son village. Au péril de sa vie, Magdalena s’engage alors dans la résistance.

Entre Majorque et Marseille, deux destins de femmes bousculées par la Guerre d’Espagne et un secret de famille, mais unies par une même passion : la pâtisserie.

Mon avis

Avant toute chose, je remercie les éditions Charleston pour l’envoi de ce roman, Prix du livre romantique 2018. Une jolie découverte !

Cette histoire est feel good dans le bon sens du terme. J’aime bien la manière dont l’auteure a construit son roman. On alterne entre années 30 à Majorque et Paris dans la vie bien remplie d’une jeune femme dynamique mais toute entière dédiée à son métier de pâtissière.

La découverte de cette boîte dissimulée dans un faux-plafond à Marseille va chambouler bien des choses dans la vie d’Anaïs. Progressivement, le lecteur et bien sûr Anaïs, part sur les traces du passé de  cette aïeule, prénommée Magdalena, mais dont finalement sa famille ne connaît pas bien l’histoire. Et Anaïs va se découvrir elle-même au fil des pages et remettre en question son existence si bien tracée.

Un roman très agréable et fluide à lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image