Cabossé – Benoît Philippon

Cabossé de Benoît Philippon

Cabossé de Benoît Philippon

Résumé

Quand Roy est né, il s’appelait Raymond. C’était à Clermont. Il y a quarante-deux ans. Il avait une sale tronche. Bâti comme un Minotaure, il s’est taillé son chemin dans sa chienne de vie à coups de poing : une vie de boxeur ratée et d’homme de main à peine plus glorieuse. Jusqu’au jour où il rencontre Guillemette, une luciole fêlée qui succombe à son charme, malgré son visage de « tomate écrasée »… Et jusqu’au soir où il croise Xavier, l’ex jaloux et arrogant de la belle – lequel ne s’en relèvera pas… Roy et Guillemette prennent alors la fuite sur une route sans but. Une cavale jalonnée de révélations noires, de souvenirs amers, d’obstacles sanglants et de rencontres lumineuses.

Mon avis

J’ai tellement aimé Mamie Luger et Joueuse que j’ai acheté celui-là aussi. La plume de cet auteur sort des sentiers battus, j’y retrouve un petit air de ce que je lisais dans San Antonio…

Cabossé c’est l’histoire de deux êtres abîmés unis par une passion dévorante que rien n’arrêtera. La folle cavale de Guillemette et Roy prend des allures de vengeance quand ils rencontrent sur leur chemin des ennuis.

Ils fuient au départ le cadavre de l’ex de Guillemette mais ça aurait été trop simple si l’histoire s’arrêtait là.

Ces deux-là sont comme aimantés l’un à l’autre et sur leur chemin une pause salvatrice avec Mamie Luger que j’ai tant aimée. J’ai adoré lire la rencontre de ces trois êtres abîmés, déglingués par une vie vraiment pas tendre avec eux. 

Cabossé est un roman vraiment très chouette dans lequel j’ai retrouvé toute la gouaille, le franc-parler des personnages, signature du style de l’auteur. 

Une écriture où les jolis mots sont rares mais les dialogues sont ciselés aux petits oignons.

Même si l’humour est là, on découvre aussi deux écorchés vifs que tout unit. Le cœur qui bat, les sentiments sont décrits avec force précision et ils prennent leur pied c’est rien de le dire dans tous les sens du terme. Bref un régal de lecture ! 

Laisser un commentaire