Isabelle, l’après-midi de Douglas Kennedy

Isabelle-lapresmidi-douglas-kennedy-jadorelalecture

Parution le 4 juin 2020

Résumé

Avant Isabelle, je ne savais rien du sexe.
Avant Isabelle, je ne savais rien de la liberté.
Avant Isabelle, je ne savais rien de la vie.
Paris, début des années 1970.
Dans une librairie de la rive gauche, un jeune homme rencontre une femme. Il est américain, étudiant, sans le sou, et a tout quitté pour assouvir ses fantasmes de la Ville Lumière ; elle est française, un peu plus âgée, sophistiquée, mystérieuse et… mariée.
Entre Sam et Isabelle, c’est le coup de foudre.
Commence alors une liaison tumultueuse, des cinq à sept fiévreux, des rendez-vous furtifs, des moments volés. Mais Sam veut plus. Isabelle lui a ouvert les portes d’une autre vie mais est-elle prête à tout lui sacrifier ? La passion saura-t-elle résister au quotidien, aux épreuves et au temps qui passe ?

Mon avis

Avec ce roman, Douglas Kennedy explore de nouveau les relations amoureuses et ici l’histoire d’une passion dans toute sa splendeur. Il décortique, dissèque la passion dans tous ses états. Il décrit aussi très bien la manière dont Sam devient totalement dépendant de cette relation. 

Sam et Isabelle vivent un véritable coup de foudre lorsqu’ils se rencontrent. La passion et leurs corps enfiévrés les électrisent totalement, inexorablement… Oui mais voilà, ils ont 14 ans d’écart et n’en sont pas au même point dans la vie.
Sam a tout à construire, des études à finir, et surtout un avenir à écrire plutôt aux Etats-Unis.
Isabelle est déjà mariée, installée professionnellement et elle vit à Paris. Une existence dans laquelle on ne fait surtout pas tout voler en éclat, même pour un coup de foudre. 

C’est Isabelle qui dicte les règles de leur relation dès le départ et Sam devra s’en contenter pour espérer poursuivre quelque chose avec sa belle. 

Douglas Kennedy nous offre un magnifique roman, rythmé par les cinq à sept de ces deux personnages. Il glisse son lecteur au coeur de cette passion adultérine et de l’attirance irrésistible entre ces deux êtres consumés par leur amour. Le roman court sur plus de 30 ans et l’on perçoit combien cette rencontre dans les années 70 va avoir une incidence durant toute leur vie.

Isabelle mène la danse de bout en bout. Mais Sam évolue aussi. Mais irrémédiablement ils reviennent toujours l’un vers l’autre. Seraient -ils prêts à tout laisser pour vivre ensemble ? La vie leur offrira des occasions de le faire mais y succomberont-ils ou leur passion ne peut-elle avoir d’existence qu’en pointillés au fil des ans pour des rendez-vous fiévreux, arrachés à leur quotidien bien réglé ?

Je n’en dirai pas davantage mais ce roman est vraiment passionnant. J’ai beaucoup aimé. 

Merci aux éditions Belfond pour cette lecture en avant-première. 

A lire aussi

 

 

 

Une réponse sur “Isabelle, l’après-midi de Douglas Kennedy”

Laisser un commentaire