Entretien avec Marc Lévy

J’ai la joie immense de vous emmener aujourd’hui à la rencontre de Marc Lévy qui a gentiment accepté de répondre à mes questions. 

 

Qui êtes-vous en quelques mots ?
Je m’appelle Marc Lévy, je suis écrivain, papa de trois enfants. Je vis et travaille à New York. J’ai écrit vingt romans et j’espère en écrire encore beaucoup d’autres car j’aime passionnément l’écriture. Désolé cela fait beaucoup de « Je » en un court paragraphe, mais c’est un peu la règle du jeu. 

Quelle place occupe la lecture dans votre quotidien ?
Elle est très importante. Depuis l’enfance, les livres m’ont ouvert des espaces de libertés infinis, de découvertes, de rêves et de désirs. J’y ai rencontré des personnages qui sont devenus des amis et dont certains ne m’ont jamais quitté. Combien de fois un livre a ouvert mon horizon, fait évoluer mon mode de pensée, ou mieux encore, fait aimer. 

Avez-vous des habitudes de lecture : un endroit préféré ? Un rituel ?
J’ai commencé à lire sous mes draps en cachette et je me souviens que je luttais contre le sommeil pour continuer de tourner les pages. Je le payais assez cher sur les bancs de l’école le lendemain. Mais la lecture est restée une vraie gourmandise, alors habitudes et rituel pourraient vraiment gâcher tout le plaisir. 

Votre récent coup de cœur littéraire et pour quelles raisons ? Ou quelles sont les dernières lectures qui vous ont marqué ?
« Francis Rissin »  de Martin Mongin. Un premier roman remarquable. Tout est original, la structure, l’histoire les personnages, bref, c’est un livre fascinant et passionnant et puis sinon je viens de finir avec un immense plaisir la collection des romans américains de Georges Simenon qui viennent d’être réédités ensemble et je dois dire que c’est un véritable bonheur de lecture : « Trois chambres à Manhattan » « Maigret à New York », « La jument perdue », etc.

L’écriture, que représente-t-elle pour vous ? Que vous apporte-t-elle ?
Comme la lecture, l’écriture est pour moi synonyme de libertés, que j’écris volontiers au pluriel, un remède à la pudeur aussi ; j’écris pour pouvoir dire des choses que je n’oserais probablement pas formuler autrement, pour partager, et pour aimer.

Avez-vous de nouveaux projets en cours ?
Une adaptation jeunesse du Voleur d’ombres, illustrée par Fred Bernard, 8 livres dont les premiers paraîtront en novembre, et outre l’écriture d’un nouveau roman, je travaille à deux séries et un long métrage.  Beaucoup de travail mais c’est très joyeux.

Un dernier mot pour les lecteurs de jadorelalecture.com pour finir ?
Merci d’avoir lu cette interview. Je vous souhaite une belle journée et de merveilleuses lectures qui vous emportent.

Crédit photo : Antoine Verglas

Laisser un commentaire