Le prince à la petite tasse d’Emilie de Turckheim

Emilie de Turckheim

Le résumé

Un jour, j’ai dit : « Ils sont des milliers  à dormir dehors. Quelqu’un pourrait  habiter chez nous, peut-être ? »  Et Fabrice a dit : « Oui, il faudra  juste acheter un lit. »  Et notre fils Marius a dit : « Faudra  apprendre sa langue avant qu’il arrive. »  Et son petit frère Noé a ajouté :  « Faudra surtout lui apprendre à joueraux cartes, parce qu’on adore  jouer aux cartes, nous ! »
Pendant neuf mois, Émilie, Fabrice et leurs deux  enfants ont accueilli dans leur appartement parisien  Reza, un jeune Afghan qui a fui son pays en guerre  à l’âge de douze ans. Ce journal lumineux retrace  la formidable aventure de ces mois  passés  à se découvrir et à retrouver ce qu’on avait égaré  en chemin : l’espoir et la fraternité.

Mon avis

Alors ce récit est agréable mais pour autant je n’ai pas été séduite plus que cela.
En lisant les avis, j’avais envie de le découvrir car le sujet m’intéresse et j’avais eu un vrai coup de coeur pour « Mohammad, ma mère et moi » de Benoît Cohen qui aborde également le thème de l’accueil d’un réfugié afghan. 

Petite déception
Mais là j’ai été déçue, l’auteure aborde beaucoup ce qu’elle a ressenti, les échanges autour des difficultés de la langue française mais finalement j’ai été déçue qu’elle n’approfondisse pas davantage la vie de Reza avant son arrivée en France. Et surtout ce qu’il devient après son séjour chez elle et les siens.

Il est évidemment beaucoup question de pudeur et de respect et bien sûr de différence de cultures.
Les passages où la famille entière partage des moments avec Reza sont sympathiques, notamment ceux qui mettent en lumière les enfants et leur facilité à s’adapter.
Mais à mon goût ce récit reste trop en surface même s’il est bien écrit. 

Laisser un commentaire