Sans défense d’Harlan Coben

jadorelalecture.com Harlan Coben sans défense

 

Le résumé
Après huit ans d’absence, Bolitar fait son grand retour dans une enquête explosive, à très haute fréquence artérielle. Insomniaques, passez votre chemin. 
Un adolescent est retrouvé à Londres dix ans après avoir été kidnappé aux États-Unis. Que s’est-il passé ? 
Patrick et Rhys, amis et voisins, ont été kidnappés alors qu’ils jouaient ensemble. Leurs parents ont versé une rançon mais les petits garçons n’ont jamais réapparu, laissant les deux familles dans l’angoisse et le doute. Dix ans plus tard, à Londres, Win, l’oncle de Rhys, croit reconnaître l’un des deux garçons. Il appelle en renfort son meilleur ami, le détective Myron Bolitar. Ils retrouvent Patrick mais Rhys reste introuvable. Peut-il encore être sauvé ? Que s’est-il passé pendant ces dix années ? Pourquoi Patrick refuse-t-il de confier ce qu’il a vécu ?

Mon avis
Un vrai plaisir de retrouver Myron Bolitar après une si longue absence dans les polars d’Harlan Coben !
Je suis une inconditionnelle de cette saga où les personnages sont quand même parfois border-line ou « déjantés » sous leur apparente normalité. C’est ce qui fait notamment tout l’intérêt évidemment de Win Lockwood, Espéranza ou encore Big Cindy. Bref j’ai replongé direct et très vite dans cette nouvelle intrigue autour de la disparition de deux jeunes enfants, 10 ans plus tôt. J’ai aimé retrouver tous ces personnages récurrents depuis de longues années maintenant dans les polars d’Harlan Coben. Ils ont évolué bien entendu. Myron est juste un peu trop « guimauve » à mon goût quand il s’agit d’évoquer sa nouvelle histoire d’amour. Ce n’est pas très crédible mais après tout, un peu d’eau de rose ne fait pas de mal dans cette intrigue bien menée. J’avoue que j’ai été surprise par le dénouement. J’ai aimé la galerie de nouveaux personnages somme toute assez originaux.
Bref pour qui aime Harlan Coben, cet incontestable maître du suspense, je recommande sans retenue cette lecture.

Une réponse sur “Sans défense d’Harlan Coben”

Laisser un commentaire