La maison des hautes falaises de Karen Viggers

Karen ViggersLe résumé
Hanté par un passé douloureux, Lex Henderson part s'installer dans un petit village isolé, sur la côte australienne. Il tombe très vite sous le charme de cet endroit sauvage, où les journées sont rythmées par le sac et le ressac de l'océan. Au loin, il aperçoit parfois des baleines. Majestueuses, elles le fascinent.
Peu de temps après son arrivée, il rencontre Callista, artiste passionnée, mais dont le coeur est brisé. Attirés l'un par l'autre, ils ont pourtant du mal à laisser libre cours à leurs sentiments. Parviendront-ils à oublier leurs passés respectifs et à faire de nouveau confiance à la vie ? 

 

Mon avis
J'avais vraiment beaucoup aimé "La mémoire des embruns" du même auteur et c'est ce qui m'a poussé à acheter son précédent roman. J'ai été déçue. Je dirais même que j'ai vraiment fait un gros effort pour aller au bout de ce roman que j'ai trouvé long, trop long. Les baleines oui, les falaises oui mais alors que de longueurs. Je ne suis probablement pas très tendre et peut-être n'étais-je pas dans l'humeur nécessaire pour en apprécier la valeur. Bref une fois n'est pas coutume, je résumerai en disant que je n'ai pas aimé. Les personnages sont intéressants, tant Callista que Lex, des écorchés vifs. Une histoire intéressante à la base car on se doute que les paysages difficiles, le milieu perdu voire hostile où Lex décide de se réfugier pour panser ses plaies va l'aider. Mais c'est peu un trop poussé à mon goût, donc je ne conseille pas cette lecture. 

La dernière des Stanfield de Marc Lévy

Marc LévyLe résumé
Ma vie a changé un matin alors que j'ouvrais mon courrier. Une lettre anonyme m'apprenait que ma mère avait commis un crime trente-cinq ans plus tôt. L'auteur de cette lettre me donnait rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore et m'ordonnait de ne parler de cette histoire à personne. J'avais enterré Maman à Londres au début du printemps ; l'été s'achevait et j'étais encore loin d'avoir fait mon deuil. Qu'auriez-vous fait à ma place ? Probablement la même erreur que moi. Eleanor-Rigby est journaliste au magazine National Geographic, elle vit à Londres. Un matin, en rentrant de voyage, elle reçoit une lettre anonyme lui apprenant que sa mère a eu un passé criminel. George-Harrison est ébéniste, il vit dans les Cantons-de-l'Est au Québec. Un matin, il reçoit une lettre anonyme accusant sa mère des mêmes faits. Eleanor-Rigby et George-Harrison ne se connaissent pas. L'auteur des lettres leur donne à chacun rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore. Quel est le lien qui les unit ? Quel crime leurs mères ont-elles commis ? Qui est le corbeau et quelles sont ses intentions ? Au c?ur d'un mystère qui hante trois générations, La Dernière des Stanfield nous entraîne de la France occupée à l'été 44, à Baltimore dans la liberté des années 80, jusqu'à Londres et Montréal de nos jours.

Mon avis
Marc Lévy réussit encore une fois à emporter ses lecteurs dans cette aventure. J'ai été happée dès les premières pages et j'ai adoré cette alternance entre la Seconde Guerre Mondiale et l'époque actuelle au gré des générations de personnages qui étaient au coeur des chapitres. On pourrait presque parler de road-movie tant Eleanor-Rigby et George-Harrison parcourent un long chemin vers leur passé mais aussi de kilomètres… Une quête de vérité, d'histoire personnelle et une découverte de sentiments, mélangés à l'égard de leurs parents. Une vraie saga familiale des deux côtés de l'Atlantique que j'aurais beaucoup aimé poursuivre encore durant quelques chapitres. Un coup de coeur que cette lecture !

La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan

Sarah VaughanLe résumé
Cornouailles, une ferme isolée au sommet d’une falaise. Battus par les vents de la lande et les embruns, ses murs abritent depuis trois générations une famille… et ses secrets.1939. Will et Alice trouvent refuge auprès de Maggie, la fille du fermier. Ils vivent une enfance protégée des ravages de la guerre. Jusqu’à cet été 1943 qui bouleverse leur destin. Été 2014. La jeune Lucy, trompée par son mari, rejoint la ferme de sa grand-mère Maggie. Mais rien ne l’a préparée à ce qu’elle y découvrira. Deux étés, séparés par un drame inavouable. Peut-on tout réparer soixante-dix ans plus tard ?
Après le succès de La Meilleure d’entre nous, Sarah Vaughan revient avec un roman vibrant.
Destinées prises dans les tourments de la Seconde Guerre mondiale, enfant disparu, paysages envoûtants de la Cornouailles, La Ferme du bout du monde a tout pour séduire les lecteurs de L’Île des oubliés, d’Une vie entre deux océans et de La Mémoire des embruns.

Mon avis
Je ne suis pas surprise de Karen Viggers recommande ce roman et cette auteur talentueuse. Oui oui le mot n'est pas trop fort. Cette saga familiale navigue entre l'époque actuelle et la Seconde Guerre Mondiale. Un point commun : la ferme familiale à laquelle les uns et les autres ne montrent pas le même attachement de génération en génération. Pour les uns, c'est un attachement viscéral, pour les autres cette ferme est comme un pansement appliqué sur les blessures intimes. Des personnages attachants, poignants, tellement humains dans leurs joies comme dans leurs désarrois. Le tout dans un paysage fascinant de la Cornouailles avec ses aléas aussi. 

Merci aux éditions Préludes pour cet envoi. Une très belle découverte.

Minute Papillon d’Aurélie Valognes

Aurélie ValognesLe résumé
C'est l'histoire de Rose, 36 ans, mère célibataire, une femme dévouée qui a toujours fait passer les besoins des autres avant les siens. Après avoir perdu son père et son emploi, la jeune femme apprend que Baptiste, son fils unique de 18 ans, quitte la maison. Son monde s'effondre.
Cette ex-nounou d'enfer est alors contrainte d'accepter de travailler comme dame de compagnie pour une vieille dame riche et toquée, Colette.
Et si, contre toute attente, cette rencontre atypique allait l'aider à se réconcilier avec elle-même et faire face à son passé ?

Mon avis
J'ai beaucoup aimé ce roman que je qualifie de "tranche de bonheur". Aurélie Valognes plonge ses lecteurs très vite au coeur des tourments de ses personnages en un rien de temps. Rose, Colette et les autres ont tous des caractères soit bien trempés soit qui s'affirment au fil des pages. Une bien belle brochette de caractères. Alors j'ai retrouvé un peu de l'ambiance caractérielle de "Mémé dans les orties" mais ce personnage qui nous le rappelle un peu n'est vraiment pas aussi caustique. Là, Aurélie Valognes s'attache aussi à décrire les attitudes des uns et des autres selon leurs origines sociales. Et on n'est pas au bout des surprises ! Sans dévoiler l'histoire, oui il y a bien un peu de passages à l'eau de rose… sans jeu de mots, mais franchement cette lecture est rafraîchissante et elle fait du bien. Je la recommande vivement à celles et ceux qui pourraient avoir un coup de blues. Le soleil revient, le printemps est là alors lisez ce roman et vous aurez envie de sourire et de rire, sans nul doute.

Nom de jeune fille de Françoise Bourdin

Le résumé
Pour se consacrer à son mari, grand patron en cardiologie, et à ses deux enfants, Valérie a renoncé à une prometteuse carrière de médecin. À Rouen, elle mène l’existence dorée d’une femme de notable, jusqu’au jour où elle découvre qu’elle est une femme trompée.
Elle quitte le domicile conjugal et entame une procédure de divorce. Mais, à 37 ans, retrouver une indépendance matérielle et reconstruire une vie affective est un parcours semé d’embûches. S’imposer à nouveau dans le milieu médical en reprenant ses études devient alors un véritable défi. Car Valérie compte bien regagner enfin sa liberté…

Mon avis
Une très belle histoire de femme, d'indépendance, d'affirmation de soi. J'ai vraiment beaucoup aimé ce livre. Je l'ai même dévoré devrais-je dire. Françoise Bourdin a cette finesse d'écriture et cette capacité à happer ses lecteurs dès les premières lignes. 
 

J’ai toujours cette musique dans la tête d’âges Martin-Lugand

Agnès Martin-LugandLe résumé
Yanis et Véra ont la petite quarantaine et tout pour être heureux. Ils s'aiment comme au premier jour et sont les parents de trois magnifiques enfants. Seulement voilà, Yanis, talentueux autodidacte dans le bâtiment, vit de plus en plus mal sa collaboration avec Luc, le frère architecte de Véra, qui est aussi pragmatique et prudent que lui est créatif et entreprenant. La rupture est consommée lorsque Luc refuse LE chantier que Yanis attendait. Poussé par sa femme et financé par Tristan, un client providentiel qui ne jure que par lui, Yanis se lance à son compte, enfin. Mais la vie qui semblait devenir un rêve éveillé va soudain prendre une tournure plus sombre. Yanis saura-t-il échapper à une spirale infernale sans emporter Véra ? Son couple résistera-t-il aux ambitions de leur entourage ?

Mon avis
Agnès Martin-Lugand m'a encore une fois emportée dans un tourbillon d'émotions et surtout dans l'univers de ses personnages en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire. Très vite, j'ai été happée par la vie de Yanis, Véra, Luc, Charlotte et Tristan. Tout était vraiment très beau, trop beau évidemment pour être vrai et sans problème. Mais la force de son roman, c'est de mettre en lumière combien ces deux-mà s'aiment, se complètent, se devinent, se pardonnent et finalement sont indissociables. Ces deux-là, ce sont évidement Yanis et Véra. Leur amour est inébranlable même si à un petit mais alors tout peut moment, on pourrait croire (mais bon je n'y ai pas cru) que l'un va baisser les bras. Ils sont vraiment mariés pour le meilleur comme pour le pire et savent se soutenir dans toutes les épreuves. Et que dire de Tristan ? Un personnage sombre, bizarre, étrange dès le départ et dont le lecteur ne peut que se méfier.
Donc je dirais que j'ai encore une fois adoré ce roman d'Agnès Martin-Lugand pour son écriture si fluide, pour ses personnages si bien décrits et pour cette histoire finalement qui pourrait arriver à n'importe qui. Je recommande

De tes nouvelles d’Agnès Ledig

Le résumé
Anna-Nina, pétillante et légère, est une petite fille en forme de trait d’union. Entre Eric, son père, et Valentine, qui les a accueillis quelques mois plus tôt un soir d’orage et de détresse.
Maintenant qu’Eric et Anna-Nina sont revenus chez Valentine, une famille se construit jour après jour, au rythme des saisons. Un grain de sable pourrait cependant enrayer les rouages de cet avenir harmonieux et longtemps désiré.
Depuis "Juste avant le bonheur" son premier succès, Agnès Ledig sait trouver les mots justes pour exprimer les émotions qui bouleversent secrètement nos vies. Son nouveau roman vibre d’énergie et de sensibilité, à l’image de ses personnages, héros du quotidien qui ne demandent qu’à être heureux.

Mon avis
Je suis restée un peu sur ma faim car je trouve que l'on devine un peu trop que la fin est ouverte pour un possible troisième volet. Toutefois, j'ai replongé avec délice dans les tribulations des personnages de ce roman d'Agnès Ledig. Parce qu'après tout, un peu de fraîcheur, de bonheur qui déborde, de sourires à la lecture de ces pages tournées très vite… ça fait beaucoup de bien ! C'est pour moi un message de VIE. Anna-Nina est toujours aussi attachante et les nouveaux personnages créés se fondent bien dans l'histoire. ON s'attache vraiment à Valentine, Eric, Anna-Nina, Gaël et Gustave. Les générations cohabitent vraiment en harmonie, dans la générosité. De la gentillesse, de l'amour, de la bonté, tout y est. Mais là on est quand même éloigné de la vraie vie.
Alors oui c'est un roman facile à lire, peut-être un peu trop gentil, tout est beau, peu de difficultés, un peu éloigné des réalités. Tanpis, ce roman fait rêver, sourire, rire et en fin de compte il met tout simplement du baume au coeur. Donc juste un grand merci pour cette lecture si bienfaisante.

Les règles d’usage de Joyce Maynard

Le résumé
Wendy, treize ans, vit à Brooklyn. Le 11 septembre 2001, son monde est complètement chamboulé : sa mère part travailler et ne revient pas. L’espoir s’amenuise jour après jour et, à mesure que les affichettes DISPARUE se décollent, fait place à la sidération. Le lecteur suit la lente et terrible prise de conscience de Wendy et de sa famille, ainsi que leurs tentatives pour continuer à vivre.
Le chemin de la jeune fille la mène bientôt en Californie chez son père biologique qu’elle connaît à peine – et idéalise. Son beau-père et son petit frère la laissent partir le cœur lourd, mais avec l’espoir que cette expérience lui sera salutaire. Assaillie par les souvenirs, Wendy est tiraillée entre cette vie inédite et son foyer new-yorkais qui lui manque. Elle délaisse les bancs de son nouveau collège et, chaque matin, part à la découverte de ce qui l’entoure, faisant d’étonnantes rencontres : une adolescente tout juste devenue mère, un libraire clairvoyant et son fils autiste, un jeune à la marge qui recherche son grand frère à travers tout le pays. Wendy lit beaucoup, découvre Le Journal d’Anne Frank et Frankie Addams, apprend à connaître son père, se lie d’amitié avec sa belle-mère éleveuse de cactus, comprend peu à peu le couple que formaient ses parents – et les raisons de leur séparation. 
Ces semaines californiennes la prépareront-elles à aborder la nouvelle étape de sa vie ? Retournera-t-elle à Brooklyn auprès de ceux qui l’ont vue grandir ? 
Émouvante histoire de reconstruction, Les règles d’usage évoque avec brio la perte d’un être cher, l’adolescence et la complexité des rapports familiaux. Un roman lumineux.

Mon avis
L'histoire d'un deuil. La perte d'une maman à encaisser, à digérer, à 
accepter… Une grande difficulté de la vie pour tout être et encore plus pour une jeune fille à l'aube de l'adolescence. Elle a grandi avec sa mère, son beau-père et un petit frère. Et du jour où sa mère disparaît, elle voit réapparaître dans sa vie, son père qui n'a toujours fait que des apparitions fugaces. Elle doit trouver comment survivre et vivre à ce deuil de sa mère. Apprendre à continuer à vivre sans cette présence; Un chemin initiatique, un chemin à faire. Des choix, des rencontres, une aventure de vie. Un roman fabuleux, plein de vie même si la tristesse l'imprègne à de nombreux moments.

La mémoire des embruns de Karen Viggers

Le résumé
Mary est âgée, sa santé se dégrade. Elle décide de passer ses derniers jours à Bruny, île de Tasmanie balayée par les vents où elle a vécu ses plus belles années auprès de son mari, le gardien du phare. Les retrouvailles avec la terre aimée prennent des allures de pèlerinage. Entre souvenirs et regrets, Mary retourne sur les lieux de son ancienne vie pour tenter de réparer ses erreurs. Entourée de Tom, le seul de ses enfants à comprendre sa démarche, un homme solitaire depuis son retour d'Antarctique et le divorce qui l'a détruit, elle veut trouver la paix avant de mourir. Mais le secret qui l'a hantée durant des décennies menace d'être révélé et de mettre en péril son fragile équilibre.
Une femme au crépuscule de sa vie, un homme incapable de savourer pleinement la sienne, une émouvante histoire d'amour, de perte et de non-dits sur fond de nature sauvage et mystérieuse.

Mon avis
Cette vieille dame est plus qu'attachante. Elle met toute sa volonté et sa ténacité pour parvenir à vivre ses derniers jours comme elle l'entend, là où elle le souhaite. Les portraits de ses enfants et surtout celui de Tom sont autant d'amour qu'elle leur porte. Une histoire et un livre sublimes. Dans un pays méconnu mais avec des paysages et des descriptions qui nous emportent tellement loin. Un livre également sur la fin de vie qu'un être cher peut choisir envers et contre tous. Un roman sur le travail d'acceptation de ce choix, si difficile parfois pour les proches, ceux qui vont rester et devront apprendre à vivre, à continuer à vivre avec cette absence. Une absence abyssale quand il s'agit d'une mère. Bref une grande histoire d'amour, le récit d'une vie. Un livre magnifique !

Face à la mer de Françoise Bourdin

Le résumé
Mathieu tient une librairie indépendante sur la côte normande depuis plus de vingt ans. Il a consacré sa vie à sa librairie et s’est battu tous les jours sans relâche et sans jamais prendre de vacances. Cela lui a valu un divorce et de ne pas voir grandir sa fille, mais sa renommée dépasse sa ville et son personnel l’admire au plus haut point. La réussite a pourtant un prix et un jour, c’est le burn-out : impossible pour Mathieu de passer la porte de sa librairie. Ses proches s’inquiètent de ne plus le reconnaître.
Mathieu décide alors de tout plaquer et de partir se réfugier dans la maison de son vieil ami César, à Sainte-Adresse, achetée en viager à ce dernier, qui ne pouvait vivre avec sa petite retraite. César dont la disparition quelques mois plus tôt semble avoir laissé dans sa vie un vide bien plus grand qu’il ne l’aurait imaginé.
Tous se succèdent auprès de Mathieu dans sa nouvelle maison. Sa compagne impuissante, son ex-femme alertée par leur fille, jusqu’à chacun de ses quatre frères se demandant combien de temps durera encore ce fichu burn-out qui n’arrange personne. Tous, sauf sa propre mère. Comme à son habitude, son dernier fils est le cadet de ses soucis. Il ne sera jamais à la hauteur de ses frères aînés, il n’a jamais su bien faire depuis le jour où il a décidé d’être un garçon au lieu de la fille qu’elle espérait tant – elle lui fera toujours payer cette contrariété originelle.
Aucun des proches de Mathieu ne saura le ramener à la raison. Et c’est encore dans l’adversité qu’il sera le meilleur et trouvera comment redonner un sens à sa vie : lorsque certains remettront en doute son amitié avec César et, surtout, mettront en danger sa librairie…

Mon avis
Ce livre m'a beaucoup plu. Une lecture prenante et qui creuse un peu ce que l'on peut ressentir quand on plonge et que l'on est anesthésié par un burn-out. Cette histoire souligne aussi très bien l'incompréhension de l'entourage, l'impuissance de ceux qui veulent comprendre, aider mais finalement sont un peu rejetés. Une lecture dans laquelle j'ai plongé avec plaisir. Une très belle histoire d'amour aussi. Et puis quoi, le personnage principal est un homme passionné de livres…