De tes nouvelles d’Agnès Ledig

Le résumé
Anna-Nina, pétillante et légère, est une petite fille en forme de trait d’union. Entre Eric, son père, et Valentine, qui les a accueillis quelques mois plus tôt un soir d’orage et de détresse.
Maintenant qu’Eric et Anna-Nina sont revenus chez Valentine, une famille se construit jour après jour, au rythme des saisons. Un grain de sable pourrait cependant enrayer les rouages de cet avenir harmonieux et longtemps désiré.
Depuis "Juste avant le bonheur" son premier succès, Agnès Ledig sait trouver les mots justes pour exprimer les émotions qui bouleversent secrètement nos vies. Son nouveau roman vibre d’énergie et de sensibilité, à l’image de ses personnages, héros du quotidien qui ne demandent qu’à être heureux.

Mon avis
Je suis restée un peu sur ma faim car je trouve que l'on devine un peu trop que la fin est ouverte pour un possible troisième volet. Toutefois, j'ai replongé avec délice dans les tribulations des personnages de ce roman d'Agnès Ledig. Parce qu'après tout, un peu de fraîcheur, de bonheur qui déborde, de sourires à la lecture de ces pages tournées très vite… ça fait beaucoup de bien ! C'est pour moi un message de VIE. Anna-Nina est toujours aussi attachante et les nouveaux personnages créés se fondent bien dans l'histoire. ON s'attache vraiment à Valentine, Eric, Anna-Nina, Gaël et Gustave. Les générations cohabitent vraiment en harmonie, dans la générosité. De la gentillesse, de l'amour, de la bonté, tout y est. Mais là on est quand même éloigné de la vraie vie.
Alors oui c'est un roman facile à lire, peut-être un peu trop gentil, tout est beau, peu de difficultés, un peu éloigné des réalités. Tanpis, ce roman fait rêver, sourire, rire et en fin de compte il met tout simplement du baume au coeur. Donc juste un grand merci pour cette lecture si bienfaisante.

Les règles d’usage de Joyce Maynard

Le résumé
Wendy, treize ans, vit à Brooklyn. Le 11 septembre 2001, son monde est complètement chamboulé : sa mère part travailler et ne revient pas. L’espoir s’amenuise jour après jour et, à mesure que les affichettes DISPARUE se décollent, fait place à la sidération. Le lecteur suit la lente et terrible prise de conscience de Wendy et de sa famille, ainsi que leurs tentatives pour continuer à vivre.
Le chemin de la jeune fille la mène bientôt en Californie chez son père biologique qu’elle connaît à peine – et idéalise. Son beau-père et son petit frère la laissent partir le cœur lourd, mais avec l’espoir que cette expérience lui sera salutaire. Assaillie par les souvenirs, Wendy est tiraillée entre cette vie inédite et son foyer new-yorkais qui lui manque. Elle délaisse les bancs de son nouveau collège et, chaque matin, part à la découverte de ce qui l’entoure, faisant d’étonnantes rencontres : une adolescente tout juste devenue mère, un libraire clairvoyant et son fils autiste, un jeune à la marge qui recherche son grand frère à travers tout le pays. Wendy lit beaucoup, découvre Le Journal d’Anne Frank et Frankie Addams, apprend à connaître son père, se lie d’amitié avec sa belle-mère éleveuse de cactus, comprend peu à peu le couple que formaient ses parents – et les raisons de leur séparation. 
Ces semaines californiennes la prépareront-elles à aborder la nouvelle étape de sa vie ? Retournera-t-elle à Brooklyn auprès de ceux qui l’ont vue grandir ? 
Émouvante histoire de reconstruction, Les règles d’usage évoque avec brio la perte d’un être cher, l’adolescence et la complexité des rapports familiaux. Un roman lumineux.

Mon avis
L'histoire d'un deuil. La perte d'une maman à encaisser, à digérer, à 
accepter… Une grande difficulté de la vie pour tout être et encore plus pour une jeune fille à l'aube de l'adolescence. Elle a grandi avec sa mère, son beau-père et un petit frère. Et du jour où sa mère disparaît, elle voit réapparaître dans sa vie, son père qui n'a toujours fait que des apparitions fugaces. Elle doit trouver comment survivre et vivre à ce deuil de sa mère. Apprendre à continuer à vivre sans cette présence; Un chemin initiatique, un chemin à faire. Des choix, des rencontres, une aventure de vie. Un roman fabuleux, plein de vie même si la tristesse l'imprègne à de nombreux moments.

La mémoire des embruns de Karen Viggers

Le résumé
Mary est âgée, sa santé se dégrade. Elle décide de passer ses derniers jours à Bruny, île de Tasmanie balayée par les vents où elle a vécu ses plus belles années auprès de son mari, le gardien du phare. Les retrouvailles avec la terre aimée prennent des allures de pèlerinage. Entre souvenirs et regrets, Mary retourne sur les lieux de son ancienne vie pour tenter de réparer ses erreurs. Entourée de Tom, le seul de ses enfants à comprendre sa démarche, un homme solitaire depuis son retour d'Antarctique et le divorce qui l'a détruit, elle veut trouver la paix avant de mourir. Mais le secret qui l'a hantée durant des décennies menace d'être révélé et de mettre en péril son fragile équilibre.
Une femme au crépuscule de sa vie, un homme incapable de savourer pleinement la sienne, une émouvante histoire d'amour, de perte et de non-dits sur fond de nature sauvage et mystérieuse.

Mon avis
Cette vieille dame est plus qu'attachante. Elle met toute sa volonté et sa ténacité pour parvenir à vivre ses derniers jours comme elle l'entend, là où elle le souhaite. Les portraits de ses enfants et surtout celui de Tom sont autant d'amour qu'elle leur porte. Une histoire et un livre sublimes. Dans un pays méconnu mais avec des paysages et des descriptions qui nous emportent tellement loin. Un livre également sur la fin de vie qu'un être cher peut choisir envers et contre tous. Un roman sur le travail d'acceptation de ce choix, si difficile parfois pour les proches, ceux qui vont rester et devront apprendre à vivre, à continuer à vivre avec cette absence. Une absence abyssale quand il s'agit d'une mère. Bref une grande histoire d'amour, le récit d'une vie. Un livre magnifique !

Face à la mer de Françoise Bourdin

Le résumé
Mathieu tient une librairie indépendante sur la côte normande depuis plus de vingt ans. Il a consacré sa vie à sa librairie et s’est battu tous les jours sans relâche et sans jamais prendre de vacances. Cela lui a valu un divorce et de ne pas voir grandir sa fille, mais sa renommée dépasse sa ville et son personnel l’admire au plus haut point. La réussite a pourtant un prix et un jour, c’est le burn-out : impossible pour Mathieu de passer la porte de sa librairie. Ses proches s’inquiètent de ne plus le reconnaître.
Mathieu décide alors de tout plaquer et de partir se réfugier dans la maison de son vieil ami César, à Sainte-Adresse, achetée en viager à ce dernier, qui ne pouvait vivre avec sa petite retraite. César dont la disparition quelques mois plus tôt semble avoir laissé dans sa vie un vide bien plus grand qu’il ne l’aurait imaginé.
Tous se succèdent auprès de Mathieu dans sa nouvelle maison. Sa compagne impuissante, son ex-femme alertée par leur fille, jusqu’à chacun de ses quatre frères se demandant combien de temps durera encore ce fichu burn-out qui n’arrange personne. Tous, sauf sa propre mère. Comme à son habitude, son dernier fils est le cadet de ses soucis. Il ne sera jamais à la hauteur de ses frères aînés, il n’a jamais su bien faire depuis le jour où il a décidé d’être un garçon au lieu de la fille qu’elle espérait tant – elle lui fera toujours payer cette contrariété originelle.
Aucun des proches de Mathieu ne saura le ramener à la raison. Et c’est encore dans l’adversité qu’il sera le meilleur et trouvera comment redonner un sens à sa vie : lorsque certains remettront en doute son amitié avec César et, surtout, mettront en danger sa librairie…

Mon avis
Ce livre m'a beaucoup plu. Une lecture prenante et qui creuse un peu ce que l'on peut ressentir quand on plonge et que l'on est anesthésié par un burn-out. Cette histoire souligne aussi très bien l'incompréhension de l'entourage, l'impuissance de ceux qui veulent comprendre, aider mais finalement sont un peu rejetés. Une lecture dans laquelle j'ai plongé avec plaisir. Une très belle histoire d'amour aussi. Et puis quoi, le personnage principal est un homme passionné de livres…

Danser au bord de l’abîme Grégoire Delacourt

Le résumé
Emma, quarante ans, mariée, trois enfants, heureuse, croise le regard d’un homme dans une brasserie.
Aussitôt, elle sait.

Mon avis 
Un résumé court, succinct presque 
tranchant. Un livre avec des phrases courtes, des pensées, des états d'âme… Mais quelle écriture et quel livre ! Plus de 300 pages lues en trois jours car je travaillais sinon je ne l'aurais pas lâché, c'est certain. J'ai lu le matin, au déjeuner, le soir… Bref ce livre m'a harponnée et je ne pouvais plus m'en détacher. Une histoire poignante et humaine, tellement humaine. Des émotions en pagaille. Une histoire sur l'Amour avec un grand A vraiment  J'ai adoré.

Le grand marin Catherine Poulain

Le résumé
Une femme rêvait de partir.
De prendre le large.
Après un long voyage, elle arrive à Kodiak (Alaska). Tout de suite, elle sait : à bord d’un de ces bateaux qui s’en vont pêcher la morue noire, le crabe et le flétan, il y a une place pour elle. Dormir à même le sol, supporter l’humidité permanente et le sel qui ronge la peau, la fatigue, la peur, les blessures…
C’est la découverte d’une existence âpre et rude, un apprentissage effrayant qui se doit de passer par le sang. Et puis, il y a les hommes. À terre, elle partage leur vie, en camarade.
Traîne dans les bars.
En attendant de rembarquer.
C’est alors qu’elle rencontre le Grand Marin.

Mon avis
Ce premier livre est époustouflant. Le sujet est très inhabituel parmi mes lectures mais il m'a transportée vers des horizons inconnus. Le milieu des pêcheurs, où l'alcool semble omniprésent, où une femme a bien du mal à s'intégrer. Kodiak, l'Alaska, la haute mer… L'histoire est fascinante et prenante. Volonté, ténacité, acharnement et caractère de Lili ont raison des réticences de ces mâles qui se pensent tout puissants. Elle s'impose parmi eux, en douceur mais avec fermeté et se mêle à leur camaraderie. Et elle rencontre le Grand Marin… Ah quels personnages ! A découvrir sans hésiter.
Je remercie l'amie qui me l'a offert et grâce à qui j'ai vogué sur des océans de lecture jusqu'alors inconnus.

Grands secrets, petits mensonges Liane Moriarty

Le résumé
Jane, mère célibataire, vient d’emménager à Sydney avec son petit garçon et un secret qui est le sien depuis cinq ans. Le jour de la rentrée scolaire, elle rencontre Madeline, un personnage haut en couleur avec lequel il faut compter – elle se souvient de tout et ne pardonne jamais – et Céleste, une femme à la beauté époustouflante mais qui, paradoxalement, est toujours mal à l’aise. Elles prennent toutes deux Jane sous leur aile, en faisant attention de dissimuler leurs propres secrets. Cependant, quand un simple incident impliquant les enfants de chacune des trois femmes survient à l’école, les choses s’enveniment : les commérages vont bon train, les rumeurs empoisonnées se propagent jusqu’au point où il est impossible de démêler le vrai du faux.

Mon avis
J'ai retrouvé avec plaisir l'univers de Liane Moriarty qui décrit avec précision le monde souvent bien clos d'un quartier. Tous ont leurs habitudes, se connaissent. Un petit battement de cils, une petite nouveauté et l'équilibre si bien établi semble-t-il vacille. Et c'est bien ce qui se déroule ici. Les faux-semblants, les impressions, tout s'en va en quelques pages. Mais on creuse aussi derrière les façades du bonheur si bien exposé. Ce livre est bien et j'ai aimé la manière qu'a Liane Moriarty de décortiquer ces façades justement.

Tout sur mon frère Karine Tuil

Karine TuilLe résumé
Deux frères la trentaine passée, issus d'une même famille de la petite bourgeoisie, père traducteur de l'espagnol, mère enseignante, Arno et Vincent, pareillement élevés dans la religion du Livre, le respect des mots, sans vanité ni ambition : pourtant tout les oppose. Vincent, désormais « trader » indifférent jusqu'au cynisme, amateur de chaussures féminines jusqu'au fétichisme, adore les signes extérieurs de la réussite, les objets onéreux, les amours tarifés. Il se présente ainsi : « j'étais un polygame contrarié, bientôt père ». Arno, le frère aîné, l'autorité de tutelle malgré sa pauvreté, est devenu écrivain, réservant aux lecteurs de ses deux livres (Le Tribunal conjugal et Le Tribunal familial) la primeur de tous les vices de Vincent, ses frasques, ses liaisons, son caractère odieux. Arno est l'espion, le délateur, le juge : les frères ennemis ne se parlent plus que par avocat interposé mais continuent de se détester. « Je ne savais pas rompre avec mon frère » dit Vincent. Jusqu'au jour où la maladie neuronale de leur père, sa réification progressive, ne les incite à renouer l'impossible dialogue au chevet d'un homme jadis voué à la langue qui ne parvient plus à assembler les mots. C'est alors comme s'ils perdaient dans le labyrinthe névrotique de leurs émotions d'enfants, que le financier en apparence insensible découvre bien des choses : la vraie nature de son frère ; le visage inconnu de son père ; de quoi sont capables les femmes quand elles souffrent ; ses propres sentiments pour une brune espagnole surgie du passé. A moins que tout ne soit que littérature ! Alternant le ton d'un comique sans illusions qui montre les humains menés par leurs vices, le sexe et l'argent, avec l'écriture d'une tragédie familiale aux secrets émouvants, détournant pour mieux s'en moquer les codes de l'autofiction, Karine Tuil a composé un fort habile livre-gigogne, tout en dévoilements et en fausses surprises : une sorte de suspense familial, où nul n'est gardien de son frère, et qui puise sa force au plus profond de la haine et de l'amour.

Mon avis
Etonnant ou non de constater combien deux personnes qui ont reçu la même éducation peuvent à ce point être différents. Une histoire prenante mais qui instille aussi un peu de malaise. Qui envie qui ? S'aiment-ils ? Ils semblent plutôt se haïr et vouloir sans cesse se blesser, s'agresser mutuellement. Qui a finalement la vie souhaitée ? Qui est heureux ? Aucun des deux ne semble l'être de prime abord… Je dirais que cette lecture pose question sur les liens familiaux et c'est probablement son objectif. On côtoie ici l'introspection. Je dirais même que cette lecture est dérangeante. J'ai aimé mais pas adoré.

Le Confident Hélène Grémillon

Hélène GrémillonLe résumé
Camille vient de perdre sa mère.
Parmi les lettres de condoléances, elle découvre un étrange courrier, non signé. Elle croit d’abord à une erreur mais les lettres continuent d’arriver, tissant le roman de deux amours impossibles, de quatre destins brisés. Peu à peu, Camille comprend qu’elle n’est pas étrangère au terrible secret que cette correspondance renferme. 

Dans ce premier roman sur fond de Seconde Guerre mondiale, Hélène Grémillon mêle de main de maître récit historique et suspens psychologique. 


Le confident a obtenu cinq prix littéraires et été traduit en dix-huit langues.

Mon avis

Il était dans ma PAL de livres recommandés ou prêtés… Je l'ai lu et quelle lecture ! 
Les secrets de famille, l'envie par-dessus tout d'être mère, tout est dans ce livre.
Une belle écriture, de la sensibilité et une manière originale de lever le voile progressivement sur la vérité. On devine au fil des pages où l'on arrivera en fin de compte mais l'auteur réussit avec beaucoup de finesse à tisser son histoire et à nous faire tourner les pages toujours plus vite.

 

L’insouciance de Karine Tuil

Karine TuilLe résumé