Mortels trafics de Pierre Pouchairet

Le résumé
À croire qu’il est plus important d’intercepter des « go fast » de cannabis que d’arrêter des tueurs…
Si la marchandise est perdue, rien ne vous protègera plus, même pas les barreaux d’une prison…
Une rumeur assassine s’en prend à l’innocence d’une famille.
La violence des trafics mobilise Stups et Crim’ au-delà des frontières, dans le secret d’enquêtes mettant à l’honneur des tempéraments policiers percutants, parfois rebelles, toujours passionnés.

Mon avis
Avec ce polar, j'ai plongé directement dans l'intrigue comme si j'étais devant un écran de cinéma. Je ne suis pas surprise qu'il ait obtenu le Prix du Quai des Orfèvres 2017, c'est tout simplement une plongée, presque en apnée dans l'univers des trafics de drogue, dans les différentes unités de la police et dans la manière dont elle peuvent travailler ensemble quand une affaire le requiert. Rivalités, fierté, professionnalisme, flics un peu cabossés, usés parfois mais toujours passionnés et à fond… tout y est. Une petite touche de soupçon terroriste et l'intrigue est au coeur de l'actualité. L'histoire nous trimbale entre Paris, Nice, le Maroc et l'Espagne. Et j'ai envie de dire, tambour battant ou plutôt à la vitesse d'un Go fast même si ici, on parle de Go slow. Une description des trafiquants de drogue qui fait frémir et qui semble pourtant bien réaliste. Rien ne les arrête. J'ai aimé ce polar rythmé et cette intrigue qui reste les pieds ancrés dans la réalité, même si c'est parfois violent.
 

Entre deux mondes d’Olivier Norek

Le résumé
Fuyant un régime sanguinaire et un pays en guerre, Adam a envoyé sa femme Nora et sa fille Maya à six mille kilomètres de là, dans un endroit où elles devraient l’attendre en sécurité. Il les rejoindra bientôt, et ils organiseront leur avenir. 
Mais arrivé là-bas, il ne les trouve pas. Ce qu’il découvre, en revanche, c’est un monde entre deux mondes pour damnés de la Terre entre deux vies. Dans cet univers sans loi, aucune police n’ose mettre les pieds. 
Un assassin va profiter de cette situation. 
Dès le premier crime, Adam décide d’intervenir. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il est flic, et que face à l’espoir qui s’amenuise de revoir un jour Nora et Maya, cette enquête est le seul moyen pour lui de ne pas devenir fou. 
Bastien est un policier français. Il connaît cette zone de non-droit et les terreurs qu’elle engendre. Mais lorsque Adam, ce flic étranger, lui demande son aide, le temps est venu pour lui d’ouvrir les yeux sur la réalité et de faire un choix, quitte à se mettre en danger.

Mon avis
« Adam a découvert en France un endroit où l’on peut tuer sans conséquences ». Voilà le résumé au dos du livre. Il attise la curiosité, cela va sans dire. Comme je suis une adepte d’Olivier Norek, peu importe pour moi, j’attendais juste la sortie de son nouveau bouquin. Je savais qu’il n’a’avait rien à voir avec les précédents… Un roman magistral. Un énorme coup de coeur. J’aimais déjà son écriture incisive de flic. Direct sans vraiment de fioritures. Je dirais à vif. Mais là, il passe dans un autre registre et son histoire et ses personnages vous prennent aux tripes. Il est au coeur de l’humain avec une écriture qui transpire l’humanité. Le style, les personnages, l’histoire, rien ne peut vous laisser de marbre. Il vous plonge au coeur de la Jungle de Calais. C’est un polar mais pas seulement… Adam et Bastien, deux nationalités différentes mais finalement avec la même âme de flic. Et que dire de Kilani, ce gamin écorché vif ? Bref, ce roman vous happe, vous emporte et vous ressortez de cette lecture avec juste envie de dire « Ouahhhh quelle claque ! » Donc un roman époustouflant, de qualité, à lire absolument !

Lynwood Miller / Pas de printemps pour Eli de Sandrine Roy

Le résumé
Lynwood Miller, le retour !
Le beau mais ténébreux ex-GI coule le parfait amour avec la jeune, belle mais très curieuse Éli. Tous deux profitent béatement des douceurs de l’été pyrénéen lorsqu’un coup de téléphone vient rompre cette quiétude : le père de Lynwood est décédé. L’ancien membre des forces spéciales américaines va devoir retourner au Texas pour l’enterrement. Il va lui falloir aussi révéler à ce qui reste de sa famillle qu’il n’est pas mort depuis vingt ans ! Sa fiancée est, bien sûr, du voyage. Tout juste arrivé dans le ranch familial pour les obsèques, le couple découvre que des truands font pression sur James, le frère de Lynwood, qui doit juger – et condamner ? – un redoutable trafiquant…
Drogue, assassinat, enlèvement, poursuites, massacre, rien ne manque à cette nouvelle aventure de Lynwood Miller au pays des cow-boys et… du gaz de schiste. Il faudra toute la détermination et les compétences particulières de l’ancien soldat et les pouvoirs quelque peu stupéfiants d’Éli pour sauver leurs proches des agissements de la pègre.

Mon avis
J’avais découvert Lynwood Miller en septembre 2016 et et depuis j’ai attendu de pouvoir lire la suite avec beaucoup d’impatience. Quel bonheur d’avoir pu replongé dans cette histoire qui évolue au coeur des Pyrénées, sur la côte puis aux Etats-Unis. Les personnages créés par Sandrine Roy sont hors du commun, vraiment atypiques et tellement passionnants. Eli, cette jeune femme que l’on découvre encore davantage dans ce second opus a tout pour que l’on ait envie de rester avec elle et de la découvrir encore plus. Quant à Lynwood, cet ex-GI des forces spéciales américaines se consume d’amour pour elle, envers et contre tous. Il n’a plus rien de l’homme que rien n’arrête quand Eli est à ses côtés. On le sent devenir vulnérable. Cette fois-ci, on les suit dans une aventure aux Etats-Unis mais ce pourrait être encore une fois n’importe où, tant l’on s’attache aux personnages de cette suite. Sensibilité à fleur de peau, intuition, amour, crime, enlèvement, tout y est pour harponner le lecteur et ne plus le lâcher. Encore une fois, j’ai adoré mais je suis tellement déçue de laisser ces personnages. Je me réjouis de lire dans quelques temps le tome 3 mais l’attente va être longue…

L’instinct maternel de Barbara Abel

Le résumé
Richard et Jeanne Tavier jouent, depuis de nombreuses années, la comédie du bonheur parfait dans le milieu huppé qu’ils fréquentent. Leur agressivité et leur mépris sont renforcés par le fait qu’ils n’ont jamais pu avoir d’enfant. Edwige, la confidente de Jeanne, l’aide de son mieux en lui procurant conseils et tendresse. Un soir, celle-ci débarque chez elle et lui annonce que Richard s’est rompu le cou en tombant dans l’escalier. Edwige n’est pas dupe mais couvre son amie en l’assurant de son silence. À l’ouverture du testament, le notaire annonce à la veuve que Richard lègue sa fortune à une inconnue, Suzanna Da Costa. Il reste bien une moitié de l’héritage du père de Richard qui aurait dû lui revenir ! Si seulement elle avait eu un descendant mâle comme le spécifiait le testament de M. Tavier senior ! Dépit, colère, haine, Jeanne transforme son ressentiment en une boule de fiel qui lui fait perdre la raison. Décidée à retrouver la femme qui a hérité à sa place, elle a bien l’intention de la supprimer. 

Mon avis
C’est le premier thriller que Barbara Abel ait écrit et l’on y découvre des thèmes qui lui semblent chers : désir d’enfant inassouvi, jalousie, folie… Son personnage principal, Jeanne, fait tout simplement froid dans le dos. Elle bascule dans la folie meurtrière en un rien de temps et semble ne plus pouvoir s’arrêter tant qu’elle n’aura pas accompli son dessein, être mère. Cette jeune femme qui finalement s’est effacée tant d’années dans l’ombre d’un mari pour lequel les apparences comptaient plus que tout, révèle sa part d’ombre. Plus rien ne peut canaliser sa folie.
Dès la lecture du testament, Jeanne sent qu’elle est déchue. Elle ne pourra plus vivre dans ce milieu dans lequel elle évolue depuis si longtemps grâce à son mariage, et ça c’est inacceptable pour elle. Alors elle bascule irrémédiablement dans la folie. Désir d’enfant, jalousie, folie destructrice, situations cauchemardesques s’entremêlent et le lecteur se demande juste jusqu’où cette échappée dans la folie va la conduire. 
 

Ne regarde pas l’ombre de Laurent Philipparie

Le résumé
À deux pas des Invalides, lors d’un banal contrôle routier, Grégoire Janot, l’ennemi public numéro un, est interpellé. Antoine Desade, le célèbre acteur, l’ami du ministre de l’Intérieur, se fait agresser…
Réputé le plus calme de Paris, le commissariat du 7e arrondissement voit les missions urgentes s’enchaîner. La situation vire au cauchemar lorsque Janot et ses complices prennent le commissariat en otage. L’intervention de Germain, un flic sorti de nulle part, bouleverse le cours des événements. Le commissaire Nicolas Valmer, « patron » de permanence, confronté à une situation inédite, va être amené à explorer coulisses policières aussi terribles qu’insoupçonnables…

 

Mon avis
J’ai rencontré Laurent Philipparie au salon du polar de l’Entre Deux Mers, organisé en mai 2017 par les Psychopathes du polar à Fargues Saint-Hilaire (Gironde). Une rencontre fort sympathique qui m’a donné envie de découvrir l’univers romanesque de ce capitaine de police. 

On retrouve une écriture de flic, un peu nerveuse, un peu trash dans les détails sanglants parfois. Et on découvre aussi un univers faits de non-dits, de dissimulation, de personnages un peu borderline. J’ai bien aimé même si je trouvais le début un peu trop facile. C’était en fait une jolie manière d’harponner le lecteur et de le conduire dans cet univers policier où on le comprend bien la solidarité, la loyauté entre collègues, la protection entre eux prédominent. On comprend aussi qu’il doit être bien difficile d’être un peu à part, de se désolidariser si cela devient nécessaire. La force de cette unité décrite réside dans sa solidarité, son soutien envers les autres et surtout le silence parfois aussi. Un monde où l’on est semble-t-il bien avisé d’avoir et de garder des soutiens. Une découverte intéressante donc, ce polar.

 

Fais-le pour maman de François-Xavier Dillard

Le résumé
Au début des années 70, Sébastien, 7 ans, vit seul avec sa soeur adolescente, Valérie, et leur mère. Cette dernière arrive tant bien que mal à joindre les deux bouts, occupant un job ingrat qui lui prend tout son temps et toute son énergie. Une dispute de trop avec sa fille, et c’est le drame familial. Valérie survivra à ses blessures mais la police ne croit pas à la version de la mère : elle accuse son petit garçon d’avoir blessé sa soeur. Elle sera condamnée à cinq de prison.
Des années plus tard, alors que sa soeur vit dans un institut spécialisé et que sa mère n’est jamais reparue, Sébastien est devenu un père et un médecin exemplaires… Mais de mystérieux décès d’enfants parmi ses patients annoncent le retour funeste des voix du passé…

Mon avis
François-Xavier Dillard plante le décor dès les premières pages et l’on mesure combien la tension psychologique va être forte dans ce livre. Pour autant, j’avais deviné très vite où l’histoire mènerait et j’en ai donc été un peu déçue. Ce polar ne m’a pas autant plu que le dernier paru de cet auteur « Ne dis rien à papa« . Mais faire se rencontrer des personnages à l’histoire personnelle déjà si tourmentée était intéressant.

L’enfant est également omniprésent dans ce thriller, l’enfant qui souffre, qui a souffert et dont la vie reste à jamais marquée par ces souffrances. L’enfant qui a besoin de repères, de parents… Comment un enfant peut-il se construire de manière équilibrée quand de telles failles ont marqué sa jeunesse ?

Originalité avec les chapitres où l’histoire est vue, vécue, décrite par la fille de Sébastien. A tout juste 12 ans, elle est clairvoyante, lucide et semble quand même très mature pour son âge. 

J’ai quand même aimé la manière de raconter avec des chapitres où l’histoire se déroule au travers de chaque personnage. Le doute reste quand même omniprésent dans toute l’histoire. Qui a blessé Valérie ? Sébastien ? La mère ? Il faut arriver vraiment dans les dernières pages pour vérifier ses certitudes de lecteur ou revoir complètement son avis. Un thriller aux esprits torturés qui tient quand même bien en haleine son lecteur.

L’invité sans visage de Tana French

Le résumé
Une superbe jeune femme est retrouvée assassinée chez elle, au pied de sa table dressée pour un dîner romantique. L'inspecteur Antoinette Conway, de la brigade criminelle de Dublin, est chargée de l'enquête avec Stephan Moran. Il est son seul allié dans un quotidien fait de mesquineries et d'humiliations – pas facile d'être une femme flic en Irlande.
Tout condamne a priori le nouveau petit ami de la victime, et les autres inspecteurs font pression sur Antoinette pour qu'elle le mette derrière les barreaux, or elle résiste, persuadée que l'affaire n'est pas si évidente que le laissent présager les apparences. C'est alors que le crime prend une tournure bien moins banale…

Mon avis
J'ai reçu ce polar début avril juste après sa sortie, de la part de Calmann-Lévy que je remercie. J'en ai alors lu 140 pages sur ses 550. Et je me suis arrêtée car je n'étais peut-être pas dans la bonne période pour l'aborder. Profitant de mes congés d'été, j'ai donc repris ce polar laissé de côté car je voulais me faire un avis plus précis sur cette lecture et surtout je voulais aller au bout. L'occasion aussi pour moi de découvrir cet auteur. Je n'ai pas été déçue même si je dois avouer que je crois que j'aurai préféré qu'il soit moins long. Tana French oriente son histoire surtout sur les flics de ce polar et sur leurs relations, plutôt que simplement sur la résolution du meurtre. Elle décrit les vieux briscards à l'expérience éprouvée et les deux jeunes inspecteurs de la brigade criminelle que sont Antoinette et Steve. Leur jeunesse leur est parfois reprochée. Ce polar décortique toute l'enquête, pas à pas. C'est peut-être un peu long parfois mais en fait, tout compte et tous les détails sont importants car Tana French pose progressivement toutes les pièces d'un puzzle franchement bien mené. On découvre les personnages, ces flics et les autres tour à tour et surtout elle met en exergue la manipulation des uns, les doutes des autres. Son personnage principal Antoinette semble armée et rompue à toutes les critiques qui pleuvent sur elle, mais elle doute aussi à un moment, ne pensant ne plus avoir aucun allié tant les rumeurs et les commentaires désagréables sont fréquents à son égard. Peut-elle compter sur son co-équipier Steve ? Pas si sûr… Bref ce polar nous tient en haleine jusqu'au bout et franchement j'ai bien aimé la manière dont il est écrit et l'intrigue telle qu'elle est tissée. Les rebondissements sont malins et la manière de conduire le lecteur à découvrir la résolution du meurtre est vraiment bien construite. Et surtout Antoinette est un personnage fort, au caractère bien trempé qui évolue dans un milieu d'hommes. Ils aimeraient bien pour la plupart la pousser dehors, ne plus se laisser commander par elle. Un personnage vraiment intéressant. Je recommande donc sans hésiter.

Le couple d’à côté de Shari Lapena

Le résumé
Anne et Marco sont invités à dîner chez leurs voisins. Au dernier moment, la baby-sitter leur fait faux bond. Qu'à cela ne tienne : ils emportent avec eux le babyphone et passeront toutes les demi-heures surveiller le bébé. La soirée s'étire. La dernière fois qu'ils sont allés la voir, Cora dormait à poings fermés. Mais de retour tard dans la nuit, l'impensable s'est produit : le berceau est vide.
Pour la première fois, ce couple apparemment sans histoire voit débarquer la police chez lui. Or, la police ne s'arrête pas aux apparences… Qu'est-ce que l'enquête va bien pouvoir mettre au jour ?

Mon avis
D'abord merci à Babelio et aux éditions Presses de la Cité de m'avoir permis de découvrir ce thriller en avant-première. 

Je crois que Shari Lapena s'annonce comme un auteur très prometteur en matière de thriller psychologique. La tension est permanente dans ce premier ouvrage. Les personnages sont sur le fil du début à la fin et la tension va crescendo. Le début est certes un peu déjà vu et convenu mais la complexité de ses personnages s'installe progressivement et c'est ce qui fait tout l'intérêt de ce livre. Duplicité, mensonges, omissions… Anne cette jeune femme en proie à sa dépression post partum est-elle si fragile ? Marco est-il si attaché que cela à sa petite famille ? Que dire des parents riches qui n'ont jamais accepté et aimé leur gendre mais qui accourent au secours de leur fille ? Sous des apparences bien lisses et convenues, les remous ne sont pas loin. On doute, on se questionne, on hésite et les pages s'enchaînent. Les rebondissements sont savamment dosés et essaimés au fil des pages. 

Un véritable page turner sans nul doute que ce premier thriller de Shari Lapena. J'ai eu l'impression parfois d'être dans un huis clos et que l'air manquait tant on sent la pression s'accentuer sur les personnages. Les façades se craquellent pour laisser apparaître ce qu'ils sont peut-être vraiment. Un peu déçue par la fin ouverte mais après tout c'est un énième rebondissement.

L’innocence des bourreaux de Barbara Abel

Barbara Abel L'innocence des bourreaux

Le résumé 
Dans une supérette de quartier, quelques clients font leurs courses, un jour comme tant d’autres. Parmi eux une jeune mère qui a laissé son fils de 3 ans seul à la maison devant un dessin animé, un couple adultère, une vieille dame et son aide familiale, un caissier qui attend de savoir s’il va être papa, une mère en conflit avec son adolescent… Des gens normaux, sans histoire, ou presque. Et puis un junkie qui, en manque, pousse la porte du magasin, armé et cagoulé pour voler quelques dizaines d’euros. Mais quand le braquage tourne mal, la vie de ces hommes et femmes sans histoire bascule dans l’horreur.
Dès lors, entre victimes et bourreaux, la frontière devient mince. Si mince…

Mon avis
J’ai découvert et rencontré Barbara Abel en mai dernier au salon de Fargues Saint-Hilaire (Gironde) et depuis, je rattrape mon retard dans la bibliographie. J’adore le suspense qu’elle instaure au fil des pages de ses polars. La tension grimpe et l’histoire prend un tour que l’on n’attendait pas. Pas vraiment de sang ou du gore mais ça me va très bien. J’aime la dimension psychologique des personnages et le fait que Barbara Abel les explore sous toutes leurs facettes avec leurs forces et leurs défaillances. Dans « L’innocence des bourreaux » quel tour de force ! J’ai franchement été bluffée par cette histoire, somme toute qui semble simple aux premières pages. mais que de rebondissements ! Bref chacun est scruté au fil des pages et j’ai aimé cette façon d’écrire avec des chapitres consacrés successivement aux différents protagonistes. Un huis clos progressif s’installe et la tension monte, monte, monte. Je n’ai pas lâché ce polar une fois entamé. Donc lu en une journée ! Je recommande plus que vivement pour ceux qui affectionnent les thrillers psychologiques. 

Ne dis rien à papa de François-Xavier Dillard

Le résumé
Quatre jours et quatre nuits se sont écoulés avant que la police ne retrouve la victime dans cette ferme isolée. Quatre jours et quatre nuits de cauchemars, de douleurs et de souffrances, peuplés de cris et de visons imaginaires en face de ce jardin dans lequel elle a été enterrée vivante.
Sur un autre continent, loin de cet enfer, Fanny vit avec son mari et leurs jumeaux Victor et Arno. Leur existence bien réglée serait parfaite si elle ne percevait pas, au travers des affrontements qui éclatent sans cesse entre ses enfants, chez l’un, une propension à la mélancolie et, chez l’autre un véritable penchant pour le mal. Chaque jour elle se dit qu’elle ne pourra plus supporter une nouvelle crise de violence, ces cris qui la replongent au cœur d’images qu’elle voudrait tant oublier… À n’importe quel prix…
Et lorsqu’un nouveau voisin s’installe dans la grande maison, elle souhaite offrir le portrait d’une famille parfaite. Mais chaque famille a son secret et le sien est le plus terrible qui puisse exister.

Mon avis
Des personnages bien construits, une histoire qui se met en place très progressivement et qui permet au lecteur de mieux comprendre vers quoi il va. Il s’agit de famille, de secrets, et de meurtres… François-Xavier Dillard tisse la toile de son histoire au fil des chapitres. Le lecteur est complètement happé et découvre un personnage torturé qui fait et refait sa vie d’un pays à l’autre. Mais la passé ne reste à jamais enfoui et quand il ressurgit, je dirai tout simplement ouahhh. J’ai aimé ce suspense et cette tension qui monte de manière omniprésente. J’ai aimé la manière d’appréhender les personnages et leur histoire. J’ai aussi aimé cette écriture. Je recommande.