Fais-le pour maman de François-Xavier Dillard

Le résumé
Au début des années 70, Sébastien, 7 ans, vit seul avec sa soeur adolescente, Valérie, et leur mère. Cette dernière arrive tant bien que mal à joindre les deux bouts, occupant un job ingrat qui lui prend tout son temps et toute son énergie. Une dispute de trop avec sa fille, et c’est le drame familial. Valérie survivra à ses blessures mais la police ne croit pas à la version de la mère : elle accuse son petit garçon d’avoir blessé sa soeur. Elle sera condamnée à cinq de prison.
Des années plus tard, alors que sa soeur vit dans un institut spécialisé et que sa mère n’est jamais reparue, Sébastien est devenu un père et un médecin exemplaires… Mais de mystérieux décès d’enfants parmi ses patients annoncent le retour funeste des voix du passé…

Mon avis
François-Xavier Dillard plante le décor dès les premières pages et l’on mesure combien la tension psychologique va être forte dans ce livre. Pour autant, j’avais deviné très vite où l’histoire mènerait et j’en ai donc été un peu déçue. Ce polar ne m’a pas autant plu que le dernier paru de cet auteur « Ne dis rien à papa« . Mais faire se rencontrer des personnages à l’histoire personnelle déjà si tourmentée était intéressant.

L’enfant est également omniprésent dans ce thriller, l’enfant qui souffre, qui a souffert et dont la vie reste à jamais marquée par ces souffrances. L’enfant qui a besoin de repères, de parents… Comment un enfant peut-il se construire de manière équilibrée quand de telles failles ont marqué sa jeunesse ?

Originalité avec les chapitres où l’histoire est vue, vécue, décrite par la fille de Sébastien. A tout juste 12 ans, elle est clairvoyante, lucide et semble quand même très mature pour son âge. 

J’ai quand même aimé la manière de raconter avec des chapitres où l’histoire se déroule au travers de chaque personnage. Le doute reste quand même omniprésent dans toute l’histoire. Qui a blessé Valérie ? Sébastien ? La mère ? Il faut arriver vraiment dans les dernières pages pour vérifier ses certitudes de lecteur ou revoir complètement son avis. Un thriller aux esprits torturés qui tient quand même bien en haleine son lecteur.

L’invité sans visage de Tana French

Le résumé
Une superbe jeune femme est retrouvée assassinée chez elle, au pied de sa table dressée pour un dîner romantique. L'inspecteur Antoinette Conway, de la brigade criminelle de Dublin, est chargée de l'enquête avec Stephan Moran. Il est son seul allié dans un quotidien fait de mesquineries et d'humiliations – pas facile d'être une femme flic en Irlande.
Tout condamne a priori le nouveau petit ami de la victime, et les autres inspecteurs font pression sur Antoinette pour qu'elle le mette derrière les barreaux, or elle résiste, persuadée que l'affaire n'est pas si évidente que le laissent présager les apparences. C'est alors que le crime prend une tournure bien moins banale…

Mon avis
J'ai reçu ce polar début avril juste après sa sortie, de la part de Calmann-Lévy que je remercie. J'en ai alors lu 140 pages sur ses 550. Et je me suis arrêtée car je n'étais peut-être pas dans la bonne période pour l'aborder. Profitant de mes congés d'été, j'ai donc repris ce polar laissé de côté car je voulais me faire un avis plus précis sur cette lecture et surtout je voulais aller au bout. L'occasion aussi pour moi de découvrir cet auteur. Je n'ai pas été déçue même si je dois avouer que je crois que j'aurai préféré qu'il soit moins long. Tana French oriente son histoire surtout sur les flics de ce polar et sur leurs relations, plutôt que simplement sur la résolution du meurtre. Elle décrit les vieux briscards à l'expérience éprouvée et les deux jeunes inspecteurs de la brigade criminelle que sont Antoinette et Steve. Leur jeunesse leur est parfois reprochée. Ce polar décortique toute l'enquête, pas à pas. C'est peut-être un peu long parfois mais en fait, tout compte et tous les détails sont importants car Tana French pose progressivement toutes les pièces d'un puzzle franchement bien mené. On découvre les personnages, ces flics et les autres tour à tour et surtout elle met en exergue la manipulation des uns, les doutes des autres. Son personnage principal Antoinette semble armée et rompue à toutes les critiques qui pleuvent sur elle, mais elle doute aussi à un moment, ne pensant ne plus avoir aucun allié tant les rumeurs et les commentaires désagréables sont fréquents à son égard. Peut-elle compter sur son co-équipier Steve ? Pas si sûr… Bref ce polar nous tient en haleine jusqu'au bout et franchement j'ai bien aimé la manière dont il est écrit et l'intrigue telle qu'elle est tissée. Les rebondissements sont malins et la manière de conduire le lecteur à découvrir la résolution du meurtre est vraiment bien construite. Et surtout Antoinette est un personnage fort, au caractère bien trempé qui évolue dans un milieu d'hommes. Ils aimeraient bien pour la plupart la pousser dehors, ne plus se laisser commander par elle. Un personnage vraiment intéressant. Je recommande donc sans hésiter.

Le couple d’à côté de Shari Lapena

Le résumé
Anne et Marco sont invités à dîner chez leurs voisins. Au dernier moment, la baby-sitter leur fait faux bond. Qu'à cela ne tienne : ils emportent avec eux le babyphone et passeront toutes les demi-heures surveiller le bébé. La soirée s'étire. La dernière fois qu'ils sont allés la voir, Cora dormait à poings fermés. Mais de retour tard dans la nuit, l'impensable s'est produit : le berceau est vide.
Pour la première fois, ce couple apparemment sans histoire voit débarquer la police chez lui. Or, la police ne s'arrête pas aux apparences… Qu'est-ce que l'enquête va bien pouvoir mettre au jour ?

Mon avis
D'abord merci à Babelio et aux éditions Presses de la Cité de m'avoir permis de découvrir ce thriller en avant-première. 

Je crois que Shari Lapena s'annonce comme un auteur très prometteur en matière de thriller psychologique. La tension est permanente dans ce premier ouvrage. Les personnages sont sur le fil du début à la fin et la tension va crescendo. Le début est certes un peu déjà vu et convenu mais la complexité de ses personnages s'installe progressivement et c'est ce qui fait tout l'intérêt de ce livre. Duplicité, mensonges, omissions… Anne cette jeune femme en proie à sa dépression post partum est-elle si fragile ? Marco est-il si attaché que cela à sa petite famille ? Que dire des parents riches qui n'ont jamais accepté et aimé leur gendre mais qui accourent au secours de leur fille ? Sous des apparences bien lisses et convenues, les remous ne sont pas loin. On doute, on se questionne, on hésite et les pages s'enchaînent. Les rebondissements sont savamment dosés et essaimés au fil des pages. 

Un véritable page turner sans nul doute que ce premier thriller de Shari Lapena. J'ai eu l'impression parfois d'être dans un huis clos et que l'air manquait tant on sent la pression s'accentuer sur les personnages. Les façades se craquellent pour laisser apparaître ce qu'ils sont peut-être vraiment. Un peu déçue par la fin ouverte mais après tout c'est un énième rebondissement.

L’innocence des bourreaux de Barbara Abel

Barbara Abel L'innocence des bourreaux

Le résumé 
Dans une supérette de quartier, quelques clients font leurs courses, un jour comme tant d’autres. Parmi eux une jeune mère qui a laissé son fils de 3 ans seul à la maison devant un dessin animé, un couple adultère, une vieille dame et son aide familiale, un caissier qui attend de savoir s’il va être papa, une mère en conflit avec son adolescent… Des gens normaux, sans histoire, ou presque. Et puis un junkie qui, en manque, pousse la porte du magasin, armé et cagoulé pour voler quelques dizaines d’euros. Mais quand le braquage tourne mal, la vie de ces hommes et femmes sans histoire bascule dans l’horreur.
Dès lors, entre victimes et bourreaux, la frontière devient mince. Si mince…

Mon avis
J’ai découvert et rencontré Barbara Abel en mai dernier au salon de Fargues Saint-Hilaire (Gironde) et depuis, je rattrape mon retard dans la bibliographie. J’adore le suspense qu’elle instaure au fil des pages de ses polars. La tension grimpe et l’histoire prend un tour que l’on n’attendait pas. Pas vraiment de sang ou du gore mais ça me va très bien. J’aime la dimension psychologique des personnages et le fait que Barbara Abel les explore sous toutes leurs facettes avec leurs forces et leurs défaillances. Dans « L’innocence des bourreaux » quel tour de force ! J’ai franchement été bluffée par cette histoire, somme toute qui semble simple aux premières pages. mais que de rebondissements ! Bref chacun est scruté au fil des pages et j’ai aimé cette façon d’écrire avec des chapitres consacrés successivement aux différents protagonistes. Un huis clos progressif s’installe et la tension monte, monte, monte. Je n’ai pas lâché ce polar une fois entamé. Donc lu en une journée ! Je recommande plus que vivement pour ceux qui affectionnent les thrillers psychologiques. 

Ne dis rien à papa de François-Xavier Dillard

Le résumé
Quatre jours et quatre nuits se sont écoulés avant que la police ne retrouve la victime dans cette ferme isolée. Quatre jours et quatre nuits de cauchemars, de douleurs et de souffrances, peuplés de cris et de visons imaginaires en face de ce jardin dans lequel elle a été enterrée vivante.
Sur un autre continent, loin de cet enfer, Fanny vit avec son mari et leurs jumeaux Victor et Arno. Leur existence bien réglée serait parfaite si elle ne percevait pas, au travers des affrontements qui éclatent sans cesse entre ses enfants, chez l’un, une propension à la mélancolie et, chez l’autre un véritable penchant pour le mal. Chaque jour elle se dit qu’elle ne pourra plus supporter une nouvelle crise de violence, ces cris qui la replongent au cœur d’images qu’elle voudrait tant oublier… À n’importe quel prix…
Et lorsqu’un nouveau voisin s’installe dans la grande maison, elle souhaite offrir le portrait d’une famille parfaite. Mais chaque famille a son secret et le sien est le plus terrible qui puisse exister.

Mon avis
Des personnages bien construits, une histoire qui se met en place très progressivement et qui permet au lecteur de mieux comprendre vers quoi il va. Il s’agit de famille, de secrets, et de meurtres… François-Xavier Dillard tisse la toile de son histoire au fil des chapitres. Le lecteur est complètement happé et découvre un personnage torturé qui fait et refait sa vie d’un pays à l’autre. Mais la passé ne reste à jamais enfoui et quand il ressurgit, je dirai tout simplement ouahhh. J’ai aimé ce suspense et cette tension qui monte de manière omniprésente. J’ai aimé la manière d’appréhender les personnages et leur histoire. J’ai aussi aimé cette écriture. Je recommande.

Duelle de Barbara Abel

Le résumé
Abandonnée par sa mère à la naissance, Lucy a néanmoins vécu une enfance heureuse au sein d'une famille d'adoption aimante. Aujourd'hui, elle mène une existence sans histoire entre son mari et leurs deux enfants. Mais le jour où l'équipe de Devine qui est là ? frappe à sa porte, son destin bascule.
C'est pour une émission de télé-réalité qui se propose de réunir ceux que la vie a séparés. Comprenant que quelqu'un cherche à la retrouver, Lucy n'a aucun doute : il s'agit de sa mère biologique. Elle a quinze jours pour se préparer à cette rencontre. Quinze jours d'excitation, d'angoisse et d'appréhension. Mais au fil du temps, la jeune femme n'est plus sûre de rien… Et s'il s'agissait de quelqu'un d'autre ? La rencontre aura bien lieu, surprenante, inattendue, qui fera éclater un bouleversant secret, conduisant Lucy aux confins de l'enfer, là où le rêve devient cauchemar.

Mon avis
Un polar encore une fois rondement mené. La dimension et même je dirais la tension psychologique est bien présente au fil des pages. J'ai beaucoup aimé ce jeu entre les deux principaux personnages, Lucy et Angèle. Mais on se laisse surprendre car qui manipule qui finalement ? Cette quête de lien familial est intéressante mais alors ce qui se révèle passionnant c'est l'histoire de chacune et encore mieux quand elles se révèlent enfin sous leur vrai jour. Le suspense est là, qui trompe qui, qui est qui ? Bref un super polar à lire sans modération.

 

Au coeur de l’été de Viveca Sten

Viveca StenLe résumé
Week-end de la Saint-Jean sur l’île de Sandhamn. Les jeunes fêtards ont envahi les pontons, le port grouille de bateaux blancs. Musique à fond et alcool à flots. Dans la foule, une jeune fille avance en titubant avant de s’effondrer sous les yeux de la police.
Pendant ce temps, Nora Linde s’apprête à célébrer la Saint-Jean avec son nouveau compagnon Jonas et sa fille Wilma. Mais la fête tourne au cauchemar lorsque, dans la nuit, Wilma disparaît. Le lendemain matin, le cadavre d’un garçon de seize ans est retrouvé sur la plage.
L’inspecteur Thomas Andreasson, l’ami d’enfance de Nora, est dépêché sur les lieux. Les premiers éléments de l’enquête lui en révèlent toute la difficulté, chacun ayant sa propre version des faits. Qui est la victime et qui le meurtrier de cette nuit d’été ?

Mon avis
J'ai retrouvé avec plaisir les personnages récurrents de Viveca Sten, même si cette fois-ci, on n'entre moins dans leur vie. Un peu dans celle de Nora mais vraiment peu. C'est une histoire bien menée mais jusqu'à la fin, malgré quelques doutes, je n'avais pas résolu l'intrigue. J'avais des soupçons mais pas à ce point-là. Bref un polar bien construit même s'il n'est pas haletant. Tel n'est pas le rythme que Viveca Sten insuffle à ses livres. Je dirais plutôt que l'on se plonge dans ses polars pour se changer les idées. Ils sont dépaysants d'abord et ensuite, Viveca Sten sait ajouter une touche de ci de là pour donner envie de tourner les pages. Une lecture agréable. 
 

Sharko de Franck Thilliez

Franck ThilliezLe résumé
" Sharko comparait toujours les premiers jours d'une enquête à une partie de chasse.
Ils étaient la meute de chiens stimulés par les cors, qui s'élancent à la poursuite du gibier.
À la différence près que, cette fois, le gibier, c'était eux."
Eux, c'est Lucie Henebelle et Franck Sharko, flics aux 36 quai des Orfèvres, unis à la ville comme à la scène, parents de deux petits garçons.
Lucie n'a pas eu le choix : en dehors de toute procédure légale, dans une cave perdue en banlieue sud de Paris, elle a tué un homme. Que Franck ignore pourquoi elle se trouvait là à ce moment précis importe peu : pour protéger Lucie, il a maquillé la scène de crime. Une scène désormais digne d'être confiée au 36, car l'homme abattu n'avait semble-t-il rien d'un citoyen ordinaire et il a fallu lui inventer une mort à sa mesure.
Lucie, Franck et leur équipe vont donc récupérer l'enquête et s'enfoncer dans les brumes de plus en plus épaisses de la noirceur humaine. Cette enquête autour du meurtre qu'à deux ils ont commis pourrait bien sonner le glas de leur intégrité, de leur équilibre, et souffler comme un château de cartes le fragile édifice qu'ils s'étaient efforcés de bâtir. 

Mon avis
Franck Thilliez a écrit "Sharko dans la tourmente" dans la dédicace qu'il m'a signée… Eh bien c'était rien de le dire. J'ai retrouvé son couple d'enquêteurs vedettes, alias Lucie Hennebelle et Franck Sharko avec grand plaisir. Sharko est plus borderline que jamais, tout comme Nicolas Bellanger. Mais après tout ce sont des flics, hantés, blessés et tellement humains. Pourtant, ce thriller car c'en est bien un, est dur, vraiment très dur tant il plonge le lecteur dans la noirceur de l'être humain. J'ai trouvé certains passages vraiment difficiles et "gores" dirais-je même. Mais comme d'habitude, toute l'histoire est bien ficelée. On retrouve le goût de Franck Thilliez pour le sujet scientifique, précis presque taillé au scalpel. Ce thriller m'a remuée et je ne crois pas qu'il restera l'un de mes préférés même s'il est bien construit, bien écrit, bref du Thilliez. Mais la noirceur est trop omniprésente pour moi au fil de ces 570 pages. J'ai aimé retrouver les personnages récurrents de Franck Thilliez qui gravitent autour de Lucie et Franck mais j'ai moins aimé le côté "gore" et dérangeant. 
 

Femme sur écoute d’Hervé Jourdain

Hervé JourdainLe résumé
Manon est strip-teaseuse et escort girl dans le quartier du Triangle d’or à Paris. Elle vit avec sa soeur, étudiante en philo, et le bébé qu’elle a eu avec Bison, incarcéré en préventive pour un braquage raté. Manon ne mène qu’une bataille, celle de son avenir. Le plan : racheter une boutique sur les Champs-Élysées et par la même occasion, sa respectabilité. Mais ça, c’était avant qu’on pirate sa vie.
Pôle judiciaire des Batignolles. Les enquêteurs de la brigade criminelle, tout juste délogés du légendaire 36 quai des Orfèvres pour un nouveau cadre aseptisé, s’escriment à comprendre pourquoi chacune des enquêtes en cours fuite dans la presse. Compostel et Kaminski sont à la tête d’une jeune garde, qu’a récemment rejointe Lola Rivière. Absences répétées, justifications aux motifs évasifs… La réputation de l’experte en cybercriminalité n’est pas brillante. Compostel a malgré tout décidé de lui accorder sa confiance en lui remettant pour dissection l’ordinateur de son fils, suicidé trois ans plus tôt.
Sexe, politique, sécurité… Et des morts sans connexions apparentes. Au plus près du réel, en s’appuyant sur le système des écoutes téléphoniques, Hervé Jourdain bâtit une intrigue à l’architecture saisissante, doublée d’un portrait (à l’acide) de son époque.

Mon avis
J'ai aimé cette galerie de personnages et ces histoires qui finissent par s'entremêler. Des histoires de flics oui mais c'est bien écrit. J'ai replongé avec grand plaisir dans l'univers d'Hervé Jourdain qui écrit sur le fameux et si célèbre 36, désormais installé dans de nouveaux locaux. Avec "Femme sur écoute", on navigue entre deux eaux. Les prostituées, la volonté de s'en sortir ou pas et les méandres de la politique avec ses magouilles car c'est bien de cela qu'il s'agit. Bref un bon polar comme je les aime car même si j'apprécie d'être transportée dans des univers inconnus au fil de mes lectures, j'aime aussi le réalisme. J'ai beaucoup aimé donc ce polar bien dans la réalité contemporaine.

Jusqu’à l’impensable de Mickael Connelly

Mickael Connelly "Jusqu'à l'impensable"Le résumé
New York Times Harry Bosch, retraité du LAPD malgré lui, tente de tuer le temps en remontant une vieille Harley lorsque Mickey Haller, son demi-frère avocat de la défense, lui demande de travailler pour lui comme enquêteur. Cisco, qui occupe ce poste habituellement, vient d'être victime d'un accident de moto aux circonstances plus qu'étranges, et Haller est persuadé que seul Bosch pourra l'aider à innocenter Da Quan Foster, un ex-membre de gang accusé d'avoir battu à mort Lexi Parks, la directrice adjointe des services municipaux de West Hollywood. Si les obstacles sont de taille – la preuve accusant Foster est accablante et il ne reste plus que six semaines aux deux frères avant le procès -, Haller en est sûr, Foster est innocent. Dilemme pour Harry ! "Passer de l'autre côté" ? Tout simplement impensable. Comment défendre un assassin quand on a passé sa vie à en expédier le maximum en prison ?

Mon avis
Je suis une inconditionnelle de Mickael Connelly. Donc vous l'aurez compris, dès qu'il sort un livre, je me précipite en librairie pour l'acheter. Je trouve qu'il a réussi le tour de force au fil des ans de rester fidèles à ses personnages, à les faire évoluer, grandir, mûrir… Qui ne s'est pas attaché au grand Harry Bosch. Personnellement quand je lis les aventures et turpitudes d'Harry Bosch, je me projette très bien sur un grand écran au cinéma. Chapeau car tous les auteurs n'ont pas cette habileté à transporter leurs lecteurs.
​​​​​​​Pour en revenir à "Jusqu'à l'impensable", j'ai beaucoup aimé le tiraillement que pose le sujet à la conscience d'Harry Bosch. Passer d'un comportement de flic, et oui mais il est à la retraite à détective privé pour la défense. Quel dilemne pour lui ! En fin de compte, il ne trouve plus sa place parmi les flics qui le trouve limite d'avoir franchi une ligne. Tabou d'aider le camp de la défense quand on a consacré sa vie à la police… Mais finalement il ne renie rien de son passé et avance à pas mesurés et efficaces dans le fil de cette nouvelle aventure. J'ai encore une fois adoré ! Un polar très efficace même si évidemment on devine la fin avant les dernières pages. Mais avec Connelly ce n'est pas tant le suspense qui me plaît que les personnages fouillés, perturbés… A lire ! Mickael Connelly reste quand même un maître du polar.