Mes lectures de juillet

Alors le mois de juillet aura été un mois très chargé côté boulot, aussi, je n'ai pas pu lire autant que d'habitude. J'étais préoccupée et mon temps a été réduit pour m'adonner à ma passion, la lecture. A mon grand dam évidemment ! Ouf les vacances sont là et je vais pouvoir me plonger dans des pages, des livres et des livres pour me ressourcer. C'est un vrai bonheur ! Voici donc en résumé ce que furent mes lectures en juillet : 

J'ai découvert Sophie Tal Men et je me suis précipitée sur la suite des "Yeux couleur de pluie". Une lecture simple, bienveillante et toute douce. J'ai beaucoup apprécié d'entrer un petit peu dans le quotidien de ces internes en médecine. 

Charlotte Pons avec "Parmi les miens", je vous en reparle à la mi-août car ce livre m'a été envoyé par Babelio et je suis engagée à n'en rien dévoiler avant le 16 août.

"Le choix d'une femme livre". Pour moi, Françoise reste une valeur sûre et je ne suis jamais déçue par ses romans. Du coup, j'en ai toujours un ou deux sous le coude car les lire me redonne du peps.

"Pourvu que la nuit s'achève". J'ai découvert Nadia Hashimi l'été dernier avec "La perle et la coquille" et je dois avouer qu'elle rejoint le club des auteurs dont je guette la sortie des nouveaux livres. J'aime son écriture fine, sa douceur même si les sujets sont difficiles.

"Duelle" de Barbara Abel est un très bon polar et l'on doute tellement pour savoir qui est qui que c'en est glaçant. Qui manipule qui ? Un très très bon polar.

"Entre ciel et Lou" de Lorraine Fouchet, un très beau roman sur les liens familiaux. 

 

 

 

Eh bien dansons maintenant de Karine Lambert

Le résumé
Elle aime Françoise Sagan, les éclairs au chocolat, écouter Radio Bonheur et fleurir les tombes. Il aime la musique chaâbi, les étoiles, les cabanes perchées et un vieux rhinocéros solitaire. Marguerite a toujours vécu dans l’ombre de son mari. Marcel a perdu celle qui était tout pour lui. Leurs routes se croisent, leurs coeurs se réveillent. Oseront-ils l’insouciance, le désir et la joie ?
Karine Lambert signe un roman lumineux sur la fragilité et l’ivresse d’une histoire d’amour à l’heure où l’on ne s’y attend plus.

Mon avis
Une histoire toute douce et une lecture qui fait du bien. J'ai aimé l'univers de Karine Lambert avec ses deux personnages qui sont des personnes âgées. Leur entourage a décidé bien malgré eux de les mettre en quelque sorte dans des cases qui correspondent à leur âge. Mais après tout, est-ce que la vie est toute programmée, est-ce qu'un peu de fantaisie peut finalement nous emmener en dehors des sentiers qui nous semblaient prédestinés ? Ce roman fait bouger les lignes et surtout il est touchant, tout en pudeur et plein d'amour. Marcel et Marguerite sont touchants, tellement humains, ils sont réveillés par un nouvel amour naissant qui les secoue un peu aussi. L'amour peut exister à tout âge. Une bien jolie histoire.

Les yeux couleur de pluie et Entre mes doigts coule le sable de Sophie Tal Men

Une fois n’est pas coutume. Je choisis de vous parler des deux livres de Sophie Tal Men dans une seule chronique. Et pour cause, j’ai lu ces deux romans coup sur coup en très peu de temps. Donc une chronique me permet de réunir ces deux lectures que j’ai trouvées plaisantes et rafraîchissantes. Bref des livres qui font du bien !

« Les yeux couleur de pluie » 

En résumé
Étudiante en médecine, Marie-Lou est, du jour au lendemain, affectée à Brest. Autant dire le bout du monde pour celle qui n’a jamais quitté sa Grenoble natale. Une nouvelle existence commence alors pour elle, loin des siens, de ses montagnes  : il va falloir s’habituer au climat, à la région, à la collocation, aux collègues… Surtout, c’est l’insouciance et la légèreté de ses vingt-cinq ans qui vont être confrontées à la dure réalité du monde hospitalier. Une nuit, elle croisera Matthieu, interne en ORL. Ce loup solitaire, mystérieux et poétique, arrivera-t-il à lui faire une place dans sa vie  ? Rencontres, passions, non-dits, péripéties drôles ou dramatiques… un plaisir de lecture, un roman sensible et plein de fraîcheur qu’on ne lâche pas.

Mon avis
J’ai beaucoup aimé suivre les tribulations de Marie-Lou, Anna et plonger dans la vie de ces internes en médecine. Passer des Alpes à la Bretagne quel changement pour Marie-Lou mais finalement sa nouvelle existence semble bien lui plaire. Et plonger au coeur de son petit monde m’a ravie. Une lecture pleine de vie, de fraîcheur, d’humanité dans un quotidien qui est bien loin d’être doux pour ceux qui y travaillent. J’ai bien aimé aussi la relation naissante, balbutiante entre Marie-Lou et Mathieu. Bref une belle lecture et un livre idéal à mettre dans sa valise pour les vacances. Lu en une journée  !

… »Entre mes doigts coule le sable »

En résumé
Pas facile de concilier médecine et vie privée quand on est internes à l’hôpital ! Marie-Lou, qui a quitté sa Savoie natale pour Brest, et Matthieu, le ténébreux surfeur, sont tombés amoureux au premier regard. Mais entre leurs stages en psychiatrie et en neurochirurgie, les nombreuses gardes à effectuer, les apéros au « Gobe-mouches » et les fêtes carabines, leur histoire d’amour n’est pas un long fleuve tranquille. C’est plutôt la valse des sentiments… Surtout quand leurs proches deviennent leurs patients.
Matthieu parviendra-t-il à vaincre ses peurs et à laisser Marie-Lou entrer dans sa vie ? Marie-Lou apprendra-t-elle à laisser glisser le sable entre ses doigts ?

Mon avis
Sophie Tal Men poursuit sa chronique tendre de la vie à l’hôpital à travers des personnages attachants. Il y a des patients évidemment mais on retrouve aussi Mathieu, Anna et les autres. Une tribu bien rigolote dont j’ai apprécié les péripéties. Et puis évidemment, il y a Marie-Lou éprise de Mathieu et cette histoire d’amour qui semble hésiter. Réussira-t-elle à amadouer cet homme ? On suit Marie-Lou dans son nouvel apprentissage de la médecine et le lien qui peut se tisser entre les « mentors » et les étudiants. Décidément, j’aime bien la façon simple, attachante, pleine d’humour parfois mais surtout d’humanité qu’a Sophie Tal Men de raconter le quotidien de ces jeunes médecins.

Derrière la haine et Après la fin de Barbara Abel

Le résumé
D'un côté, il y a Tiphaine et Sylvain, de l'autre il y a Laetitia et David. Deux couples, voisins et amis, fusionnels et solidaires, partageant le bonheur d'avoir chacun un petit garçon du même âge. Maxime et Milo grandissent ensemble, comme des jumeaux. Jusqu'au drame. Désormais, seule une haie sépare la culpabilité de la vengeance, la paranoïa de la haine… 

 

 

 

 

Le résumé
Une banlieue calme, aux maisons mitoyennes entourées de jardins bien entretenus.
Des voisins modèles : Tiphaine et Sylvain, couple soudé aux prises avec un ado un peu rebelle, Milo. C’est le cadre idéal dans lequel Nora, récemment divorcée, vient d’emménager avec ses deux enfants. Mais Nora ne sait pas encore que les anciens propriétaires de sa jolie maison se sont suicidés, qu’ils étaient les parents naturels de Milo, que Tiphaine vit dans une prison de mensonges et de culpabilité. Et dans l’ignorance, Nora donne sa confiance…

 

 

 

 

Mon avis
Si vous vous lancez dans la lecture de "Derrière la haine", prévoyez d'avoir la suite rapidement sous la main. Alors j'ai découvert enfin l'écriture de Barbara Abel que je ne connaissais pas encore. J'ai vraiment beaucoup aimé. C'est fluide, bien construit, les personnages sont fouillés. La dimension psychologique est également l'un des traits de ces livres qui m'a plu. J'ai commencé par ces ouvrages sur le conseil de l'auteur elle-même, lors du Salon du polar de l'Entre Deux Mers, organisé le 13 mai dernier en Gironde. Sylvain, Tiphaine, Laetitia et David puis dans le second opus arrivent Nora et Alexis.

Des personnages complexes, déterminés pour certains, effacés ou résignés pour d'autres ? Bref une jolie palette de caractères à découvrir. Je recommande !

La ballade de l’enfant gris de Baptiste Beaulieu

Baptiste BeaulieuLe résumé
C’est l’histoire de Jo’, jeune interne en pédiatrie à la personnalité fantasque, à qui tout sourit.
C’est l’histoire de No’, un petit garçon de sept ans attachant et joueur, qui est atteint d’un mal incurable et ne comprend pas pourquoi sa maman ne vient pas plus souvent le voir à l’hôpital.
C’est l’histoire de Maria, une mère secrète, qui disparaît à l’autre bout du monde au lieu de rester au chevet de son fils.
Un matin, dans la chambre de l’enfant, survient un drame qui lie à jamais le destin de ces trois êtres.
Jo’ devra tout quitter pour partir sur les traces de Maria et percer ses mystères.
 
Inspiré par le choc ressenti lors de la disparition de l’un de ses jeunes patients, l’auteur livre une quête initiatique et poétique, semée de recoins obscurs qui s’illuminent. Un magnifique troisième roman, porté par des personnages profondément humains.

Mon avis
Second livre que je découvre de Baptiste Beaulieu. Et décidément, ce médecin a un vrai talent de conteur. IL sait emporter son lecteur dans son univers. "La ballade de l'enfant gris" vous prend aux tripes si je peux me permettre l'expression. Le sujet est super délicat et la manière de raconter plutôt originale.  

La mère coupable de Caroline Fourment

Le résuméCaroline Fourment

La Mère coupable, c’est cet individu qui peut dans le même temps râler et faire des bisous, crier « Va dans ta chambre ! » et susurrer « Viens faire un câlin à Maman », qui hurle à mort quand l’ado fait couler l’eau trop longtemps, mais qui laisse la petite lumière allumée toute la nuit pour rassurer le petit dernier…
La Mère coupable, c’est vous, cette maman pleine de paradoxes inexplicables, qui tente de mener sa vie comme elle l’entend pour tordre le cou à la mère parfaite. Ajoutez-y un soupçon de crise de la quarantaine, quelques kilos en trop, un mari aimant mais souvent absent, un ex-petit ami qui refait surface, et une chanson d’amour des années 1980 qui vient interrompre la bande-son du quotidien de cette mère de famille perdue dans sa routine.
Sans jamais donner de leçon, l’auteure qui se cache derrière ce pseudo depuis la création de son blog croque avec humour et bienveillance la vie de famille #ensirotantunverredemojitopardi 

Mon avis
"Maman : individu insaisissable qui peut dans le même temps râler et faire des bisous. #situvoiscequejeveuxdire#tapedanstesmains" ou "Maman : individu défaillant qui peut passer du NON au PEUT-ETRE et fin
ir par OUI le tout en moins de cinq minutes.#achevezmoi!!!". Voilà deux extraits qui parlent sans aucun doute à toute maman.

Qui n'a pas eu le sentiment que ses enfants le menaient parfois par le bout du nez ? Et puis c'est vrai, quand on rentre bien fatiguée du travail et que la marmaille a encore plein de ressources pour nous faire ployer, parfois cela soulage de céder. 

Quand on est maman, on se revoit forcément dans certaines situations décrites par Caroline Fourment. Des sourires souvent à la lecture de ce livre. On sent bien la maman au bord de la crise de nerfs et très franchement, je me suis sentie concernée et cette lecture m'a ramenée à certains moments déjà vécus. Un livre émaillé d'humour et qui est plutôt très agréable à lire, même s'il n'y a pas évidemment de surprises puisque toute maman peut se reconnaître. Alors oui le trait est peut-être parfois poussé un peu à l'extrême mais c'est aussi ce qui rend cette lecture sympa et qui m'a fait me dire en lisant "ah non quand même pas à ce point-là". Une lecture feel-good en quelque sorte qui rassure sur le fait que toutes les mamans vivent la même chose.

Coeur-Naufrage de Delphine Bertholon

Delphine BertholonLe résumé
« Certains jours, je m’attends des heures et ne me rejoins jamais ». À bientôt trente-quatre ans, Lyla est tenaillée par le sentiment de passer à côté de l’existence. Elle enchaîne les fiascos amoureux, accumule les névroses et attend, sans trop savoir quoi. Jusqu’au jour où un étrange message la ramène dix-sept ans en arrière. Cet été-là, sur la côte basque, tout allait basculer…

Mon avis
Une partie du roman se déroule dans les Landes alors forcément, cela m'a interpelée. Ce roman est particulier car il fait vraiment ressortir les questionnements d'une jeune femme. Et l'on comprend au fil des pages combien l'été de ses 17 ans a conditionné toute sa vie ensuite. Mais cette fameuse lettre va lui donner quelque part du courage et elle reprend son existence en main. Elle repart vers ce passé qu'elle avait enfoui et qu'elle ne laissait plus jamais affleurer. Les sentiments reprennent le dessus et on découvre une Lyla bien différente. Passé et présent s'entremêlent. Cette lecture n'est pas un coup de coeur mais il est agréable à lire.
 

Au coeur de l’été de Viveca Sten

Viveca StenLe résumé
Week-end de la Saint-Jean sur l’île de Sandhamn. Les jeunes fêtards ont envahi les pontons, le port grouille de bateaux blancs. Musique à fond et alcool à flots. Dans la foule, une jeune fille avance en titubant avant de s’effondrer sous les yeux de la police.
Pendant ce temps, Nora Linde s’apprête à célébrer la Saint-Jean avec son nouveau compagnon Jonas et sa fille Wilma. Mais la fête tourne au cauchemar lorsque, dans la nuit, Wilma disparaît. Le lendemain matin, le cadavre d’un garçon de seize ans est retrouvé sur la plage.
L’inspecteur Thomas Andreasson, l’ami d’enfance de Nora, est dépêché sur les lieux. Les premiers éléments de l’enquête lui en révèlent toute la difficulté, chacun ayant sa propre version des faits. Qui est la victime et qui le meurtrier de cette nuit d’été ?

Mon avis
J'ai retrouvé avec plaisir les personnages récurrents de Viveca Sten, même si cette fois-ci, on n'entre moins dans leur vie. Un peu dans celle de Nora mais vraiment peu. C'est une histoire bien menée mais jusqu'à la fin, malgré quelques doutes, je n'avais pas résolu l'intrigue. J'avais des soupçons mais pas à ce point-là. Bref un polar bien construit même s'il n'est pas haletant. Tel n'est pas le rythme que Viveca Sten insuffle à ses livres. Je dirais plutôt que l'on se plonge dans ses polars pour se changer les idées. Ils sont dépaysants d'abord et ensuite, Viveca Sten sait ajouter une touche de ci de là pour donner envie de tourner les pages. Une lecture agréable. 
 

Mes lectures de juin

J'ai beaucoup hésité avant de me lancer dans la lecture en juin. Je cherchais des livres qui allaient me sortir des préoccupations liées au travail. Je voulais donc des histoires qui m'emportent loin de mon quotidien. Je feuilletais, je regardais les résumés des différents et nombreux livres qui composent ma PAL. Je ne savais pas vers lesquels me diriger. Heureusement que j'ai toujours le choix car là je me trouvais bien indécise.
Et puis j'ai franchi le pas et je suis allée vers Françoise Bourdin, un auteur que j'aime bien. Je ne me suis pas trompée. Et c'était reparti. J'ai poursuivi avec la découverte de Baptiste Beaulieu dont on m'avait dit beaucoup de bien. Une très belle découverte, avec des récits pleins de sensibilité. J'ai beaucoup aimé son écriture toute en finesse et quelle humanité dans ses livres !

Je suis ensuite revenue vers du polar nordique avec Viveca Sten. Nouvelle découverte ensuite avec Delphine Bertholon. Ensuite, envie de légèreté et j'ai donc lu "La Mère coupable". Retour à Baptiste Beaulieu puis nouvelle découverte avec Barbara Abel. Là j'ai dévoré les deux livres en deux jours. J'ai eu l'occasion de la rencontrer récemment, je lui avais demandé conseil pour commencer à lire ses polars. Elle m'a orientée vers ces deux-là et je ne suis pas déçue.

Ai-je eu un coup de coeur ce mois-ci ? Je reste nuancée mais je m'aperçois que mes lectures de juin ont été émaillées de pas mal de découvertes d'auteurs. Alors je dirais plutôt qu'un coup de coeur pour un livre… deux coups de coeur pour des auteurs que je viens de lire pour la première fois. Et donc mes découvertes coups de coeur iront à Baptiste Beaulieu et Barbara Abel dans deux styles bien différents.

Voici dans l'ordre la liste de mes lectures en juin (quand même 10 livres dévorés ce mois-ci !!!) : 

Alors voilà – les 1001 vies des urgences de Baptiste Beaulieu

Le résumé
Des Urgences au rez-de-chaussée aux soins palliatifs du cinquième étage, voilà la vie d’un jeune interne, qui déteste commencer sa journée par une tentative de suicide. Une patiente en stade terminal s’impatiente : son fils est bloqué à Reykjavik à cause d’un volcan en éruption. Pour lui laisser le temps d’arriver, l’apprenti médecin se fait conteur. Se nourrissant de situations bien réelles, Baptiste Beaulieu passe l'hôpital au scanner. Il peint avec légèreté et humour les chefs autoritaires, les infirmières au grand cœur, les internes gaffeurs, les consultations qui s'enchaînent, les incroyables rencontres avec les patients… Par ses histoires d'une sensibilité folle, touchantes et drôles, il restitue tout le petit théâtre de la comédie humaine. Un bloc d'humanité.

Mon avis
Ce jeune médecin a décrit le coeur des urgences avec une réelle humanité. Point de descriptions médicales à outrance dans ce livre. Baptitse Beaulieu s'attache à raconter les urgences et son métier de jeune interne en médecine par l'humain avant tout. Il décrit les relations qu'il tisse ou pas avec les patients. Il décrit également ses émotions, sa vie aux urgences auprès de ses collègues et la manière d'être des uns et des autres. C'est donc avant toute chose un livre sur les relations humaines quand certains sont au plus bas côté santé et côté moral. Un livre très touchant au final.