Le grand marin Catherine Poulain

Le résumé
Une femme rêvait de partir.
De prendre le large.
Après un long voyage, elle arrive à Kodiak (Alaska). Tout de suite, elle sait : à bord d’un de ces bateaux qui s’en vont pêcher la morue noire, le crabe et le flétan, il y a une place pour elle. Dormir à même le sol, supporter l’humidité permanente et le sel qui ronge la peau, la fatigue, la peur, les blessures…
C’est la découverte d’une existence âpre et rude, un apprentissage effrayant qui se doit de passer par le sang. Et puis, il y a les hommes. À terre, elle partage leur vie, en camarade.
Traîne dans les bars.
En attendant de rembarquer.
C’est alors qu’elle rencontre le Grand Marin.

Mon avis
Ce premier livre est époustouflant. Le sujet est très inhabituel parmi mes lectures mais il m'a transportée vers des horizons inconnus. Le milieu des pêcheurs, où l'alcool semble omniprésent, où une femme a bien du mal à s'intégrer. Kodiak, l'Alaska, la haute mer… L'histoire est fascinante et prenante. Volonté, ténacité, acharnement et caractère de Lili ont raison des réticences de ces mâles qui se pensent tout puissants. Elle s'impose parmi eux, en douceur mais avec fermeté et se mêle à leur camaraderie. Et elle rencontre le Grand Marin… Ah quels personnages ! A découvrir sans hésiter.
Je remercie l'amie qui me l'a offert et grâce à qui j'ai vogué sur des océans de lecture jusqu'alors inconnus.

Grands secrets, petits mensonges Liane Moriarty

Le résumé
Jane, mère célibataire, vient d’emménager à Sydney avec son petit garçon et un secret qui est le sien depuis cinq ans. Le jour de la rentrée scolaire, elle rencontre Madeline, un personnage haut en couleur avec lequel il faut compter – elle se souvient de tout et ne pardonne jamais – et Céleste, une femme à la beauté époustouflante mais qui, paradoxalement, est toujours mal à l’aise. Elles prennent toutes deux Jane sous leur aile, en faisant attention de dissimuler leurs propres secrets. Cependant, quand un simple incident impliquant les enfants de chacune des trois femmes survient à l’école, les choses s’enveniment : les commérages vont bon train, les rumeurs empoisonnées se propagent jusqu’au point où il est impossible de démêler le vrai du faux.

Mon avis
J'ai retrouvé avec plaisir l'univers de Liane Moriarty qui décrit avec précision le monde souvent bien clos d'un quartier. Tous ont leurs habitudes, se connaissent. Un petit battement de cils, une petite nouveauté et l'équilibre si bien établi semble-t-il vacille. Et c'est bien ce qui se déroule ici. Les faux-semblants, les impressions, tout s'en va en quelques pages. Mais on creuse aussi derrière les façades du bonheur si bien exposé. Ce livre est bien et j'ai aimé la manière qu'a Liane Moriarty de décortiquer ces façades justement.

Où en est ma PAL ?

Oh la la deux semaines que je n'avais pas acheté un seul livre ! Comment ai-je fait ? Je ne suis pas allée dans ma librairie préférée, tout simplement. J'ai même évité d'y mettre les pieds serait plus exact.
Et paf samedi, pas le choix, je devais y aller pour quelques emplettes familiales autres que des livres. Et comme d'habitude je n'ai pas su résister !

J'ai craqué raisonnablement car je n'ai pris qu'un seul livre. J'ai donc acheté "Le Cri" de Nicolas Beuglet dont tant de lecteurs et lectrices parlent. Ils semblent tous unanimes quant au suspense et à la qualité de ce livre. 

Et je continue de noter scrupuleusement toutes mes envies de lecture. Ma liste s'allonge car il  sort tous les jours des bouquins et des auteurs que j'affectionne vraiment publient leurs livres prochainement : 

  • "De tes nouvelles" d'Agnès Ledig le 1er mars
  • "J'ai toujours cette musique dans la tête" d'Agnès Martin-Lugand
  • La suite de Lynwood Miller "Pas de printemps pour Eli" de Sandrine Roy le 17 mars
  • "Un appartement à Paris" de Guillaume Musso en avril
  • "Jusqu'à l'impensable" de Mickael Connelly le 5 avril
  • "Minute papillon" d'Aurélie Valognes
  • Le prochain Frank Thilliez pour avril aussi

Ces trois-là dès qu'ils sortent je les achète ! Voilà quelques nouvelles donc de ma PAL et de la lectrice acheteuse compulsive de livres que je suis. 

Les devoirs de vacances Adèle Bréau

Adèle BréauLe résumé
Mathilde, Alice, Lucie et Eva ont traversé les tempêtes de l'année scolaire écoulée avec courage et passion. De leur côté, Christophe, Max, Jacques, Fred, Vincent et Adrien ont fait leur mue, subi ou décidé de grands changements qui ont bouleversé leur vie. Finalement, tous semblent avoir recouvré un équilibre professionnel et amoureux. Les vacances tombent à point, elles viendront fermer la parenthèse de la crise que notre petite bande de pré-quarantenaires a dû affronter. Et pourtant… Alors que tous se réjouissent de ces congés ensoleillés partagés dans une immense bâtisse bretonne, ponctués de joyeuses parties de pêche, d'après-midis à somnoler sur les plages de sable fin pendant que les enfants s'amusent, de soirées à refaire le monde sous le ciel étoilé de cet été tant attendu, la mort subite de l'un d'entre eux va venir bouleverser ce bel équilibre retrouvé. 

Entre disputes et remises en question, crises identitaires et secrets déterrés, idylles inattendues et ruptures douloureuses, ces Devoirs de vacances vont se révéler aussi mouvementés que les deux premiers volets de la trilogie initiée avec La Cour des grandes (12 000 exemplaires vendus), suivie de leur équivalent masculin Les Jeux de garçons

Mon avis
J'ai lu avec plaisir le troisième volet des tribulations de cette joyeuse troupe, enfin pas si joyeuse dans ce roman. Mais l'on retrouve les travers des uns et des autres avec grand plaisir, ils ont mûri peut-être pour certains. En tout cas, ces "devoirs de vacances" restent une suite de pages bien divertissantes et fort agréables à lire. On ne se prend pas la tête, bien au contraire on rit, sourit et on peut sans souci se fondre à la place des personnages. Réaliste donc, lecture et très plaisante.

Tout sur mon frère Karine Tuil

Karine TuilLe résumé
Deux frères la trentaine passée, issus d'une même famille de la petite bourgeoisie, père traducteur de l'espagnol, mère enseignante, Arno et Vincent, pareillement élevés dans la religion du Livre, le respect des mots, sans vanité ni ambition : pourtant tout les oppose. Vincent, désormais « trader » indifférent jusqu'au cynisme, amateur de chaussures féminines jusqu'au fétichisme, adore les signes extérieurs de la réussite, les objets onéreux, les amours tarifés. Il se présente ainsi : « j'étais un polygame contrarié, bientôt père ». Arno, le frère aîné, l'autorité de tutelle malgré sa pauvreté, est devenu écrivain, réservant aux lecteurs de ses deux livres (Le Tribunal conjugal et Le Tribunal familial) la primeur de tous les vices de Vincent, ses frasques, ses liaisons, son caractère odieux. Arno est l'espion, le délateur, le juge : les frères ennemis ne se parlent plus que par avocat interposé mais continuent de se détester. « Je ne savais pas rompre avec mon frère » dit Vincent. Jusqu'au jour où la maladie neuronale de leur père, sa réification progressive, ne les incite à renouer l'impossible dialogue au chevet d'un homme jadis voué à la langue qui ne parvient plus à assembler les mots. C'est alors comme s'ils perdaient dans le labyrinthe névrotique de leurs émotions d'enfants, que le financier en apparence insensible découvre bien des choses : la vraie nature de son frère ; le visage inconnu de son père ; de quoi sont capables les femmes quand elles souffrent ; ses propres sentiments pour une brune espagnole surgie du passé. A moins que tout ne soit que littérature ! Alternant le ton d'un comique sans illusions qui montre les humains menés par leurs vices, le sexe et l'argent, avec l'écriture d'une tragédie familiale aux secrets émouvants, détournant pour mieux s'en moquer les codes de l'autofiction, Karine Tuil a composé un fort habile livre-gigogne, tout en dévoilements et en fausses surprises : une sorte de suspense familial, où nul n'est gardien de son frère, et qui puise sa force au plus profond de la haine et de l'amour.

Mon avis
Etonnant ou non de constater combien deux personnes qui ont reçu la même éducation peuvent à ce point être différents. Une histoire prenante mais qui instille aussi un peu de malaise. Qui envie qui ? S'aiment-ils ? Ils semblent plutôt se haïr et vouloir sans cesse se blesser, s'agresser mutuellement. Qui a finalement la vie souhaitée ? Qui est heureux ? Aucun des deux ne semble l'être de prime abord… Je dirais que cette lecture pose question sur les liens familiaux et c'est probablement son objectif. On côtoie ici l'introspection. Je dirais même que cette lecture est dérangeante. J'ai aimé mais pas adoré.

Les fauves Ingrid Desjours

Librairie Lacoste Mont-de-MarsanLe résumé
« Torturez-la ! Violez-la ! Tuez-la ! » À la tête d’une ONG luttant contre le recrutement de jeunes par l’État Islamique, l’ambitieuse Haiko est devenue la cible d’une terrible fatwa.
Lorsqu’elle engage Lars comme garde du corps, l’ancien militaire a un mauvais pressentiment. Sa cliente lui a-t-elle dit toute la vérité sur ses activités ? Et pourra-t-il vraiment la protéger contre des tueurs fanatiques, quand lui-même porte les séquelles d’une détention qui l’a traumatisé ?
Dans cet univers où règnent paranoïa et faux-semblants, Haiko et Lars se fascinent et se défient tels deux fauves prêts à se sauter à la gorge, sans jamais baisser leur garde.

Mon avis
Un livre génial. Une intrigue au coeur de l'actualité (ONG, Etat isalmique, traumatisme après une mission en Afghanistan) mais des personnages complexes, torturés chez lesquels on devine les failles. Manipulation, mensonge, dissimulation, bonne action… Je n'ai pas lâché ce livre d'Ingrid Desjours. Je suis très contente de l'avoir acheté lors de mon cadeau avant Noël.
Bref une histoire passionnante. A lire ! Décidément je remercie encore une fois Pépita de la librairie Lacoste de m'avoir conseillé cet auteur.

 

Mon bilan lecture de décembre

 

La fin de l'année 2016 a sonné. C'est l'heure du bilan lecture de décembre. Parmi ces lectures, j'ai dévoré 6 livres sur les 10 que je m'étais achetés comme cadeau de Noël perso… Mais il y en a un que j'ai commencé et que je ne terminerai pas ("Désorientale" de Négar Djavadi).
Et comme j'ai pu lire à volonté grâce aux vacances, il y en a davantage. J'ai donc terminé : 

 

Ma préférence va à Hélène Grémillon pour "Le Confident", Ingrid Desjours pour "Les fauves" et "L'invention de nos vies" de Karine Tuil. C'est bien difficile de départager toutes ces lectures.

Espionnes Dalila Kerchouche

Dalila KerchoucheLe résumé
Espionnes ! Le mot affole l'imagination. Au-delà du mythe féminin qui fascine le cinéma et les séries télé, j'ai infiltré les services secrets français pour découvrir le vrai visage des femmes engagées dans la sûreté nationale. Pour la première fois, une cinquantaine d'entre elles, officiers traitants à la DGSE, agents de la DGSI et des nouveaux RG, contre-espionnes militaires ou superdouanières, ont accepté de se confier. Pendant un an, alors que les attentats de Charlie Hebdo et ceux du 13 novembre endeuillaient la France, j'ai rencontré les femmes les plus secrètes de la République. Elles m'ont révélé ce qu'elles ne livrent ni à leurs maris, ni à leurs collègues. Leurs doubles vies sous haute tension, la traque des terroristes, le poids du secret dans le couple, le machisme des espions et leur combat pour s'imposer dans ce monde d'ombre et de pouvoir. Sans rien occulter des failles et des succès des services secrets dans la lutte contre le terrorisme. Pour la journaliste que je suis, ce fut un vrai défi : interviewer des expertes du mensonge et de la dissimulation, dont le métier consiste à tout savoir des autres mais à ne rien montrer d'elles-mêmes. J'ai cherché précisément ce qu'elles voulaient masquer, j'ai traqué l'instant où le regard vrille sous le coup d'une émotion incontrôlée, j'ai tenté d'arracher une part de vérité dans ce monde de faux-semblants et de manipulation. Voilà comment j'ai espionné les espionnes.

Mon avis
Dalila Kerchouche dit tout ou presque de la manière dont elle a conduit son enquête pour parvenir à écrire ce livre. Le monde du secret et de l'espionnage fascine, on ne peut le nier. J'ai été très attirée par ce livre et j'y ai plongé bien volontiers d'autant plus qu'il lève un tout petit peu le voile sur e monde si mystérieux qui englobe l'espionnage, le contre-espionnage, les différentes organisations de l'Etat… L'enquête a été difficile et on le perçoit bien au fil des pages, c'est ce qui fait que 'on s'accroche. Devoir, discipline, manipulation… tout y est ! Ces femmes de l'ombre sont fascinantes et leurs portraits très divers, entre celles qui semblent accepter de se livrer et celles sui restent sur leurs gardes. Je reste quand même sur ma faim car j'aurais aimé en découvrir plus, mais était-ce possible: probablement pas.

Et un de moins dans ma PAL avec mes récents achats !

 

Article 01-01-2017

Un court article pour vous souhaiter à toutes et à tous une très belle année 2017.
Qu'elle soit (évidemment) emplie de nouvelles lectures fabuleuses et d'échanges sur nos livres lus respectifs.

A bientôt pour de nouveaux articles et mes avis sur mes lectures !

L’invention de nos vies Karine Tuil

Karine TuilLe résumé
Sam Tahar, brillant avocat au barreau de New York, semble tout avoir : la célébrité, la fortune, un beau mariage… Mais sa réussite repose sur une imposture. Pour se fabriquer une autre identité en Amérique, il a emprunté les origines juives de son ami Samuel, écrivain raté qui s’enlise dans une banlieue française sous tension. Vingt ans plus tôt, la belle Nina était restée – par pitié –, aux côtés du plus faible. À mi-vie, ces trois comètes se rencontrent à nouveau, et c’est la déflagration… L’histoire d’un triangle amoureux qui percute avec violence la grande Histoire de notre début de siècle.

Mon avis
Un grand roman. J'ai lu ces presque 500 pages vraiment très vite. Qui est qui ? Qui trompe qui sur son identité ? Qui veut être avec qui ? Le triangle amoureux perdure par-delà les années qui passent. Qui a manipulé qui ? Question identitaire. Imposture. Qu'est-on prêt à faire pour réussir ? Samir, Samuel, Nina emportent tout sur leur passage. Samir a bâti sa vie entière sur un mensonge. Après tout, peut-il être ou est-il ce terroriste ? J'avoue, on peut douter. Et si toute cette histoire était un jeu de dupes… Leur histoire est rattrapée par l'Histoire et la religion. Passionnant tout simplement.