Police Hugo Boris

Police par Hugo Boris
Police par Hugo Boris

Le résumé

Ils sont gardiens de la paix. Des flics en tenue, ceux que l’on croise tous les jours et dont on ne parle jamais, hommes et femmes invisibles sous l’uniforme.
Un soir d’été caniculaire, Virginie, Érik et Aristide font équipe pour une mission inhabituelle : reconduire un étranger à la frontière. Mais Virginie, en pleine tempête personnelle, comprend que ce retour au pays est synonyme de mort. Au côté de leur passager tétanisé, toutes les certitudes explosent. Jusqu’à la confrontation finale, sur les pistes de Roissy-Charles-de-Gaulle, où ces quatre vies s’apprêtent à basculer.
En quelques heures d’un huis clos tendu à l’extrême se déploie le suspense des plus grandes tragédies. Comment être soi, chaque jour, à chaque instant, dans le monde tel qu’il va ?

Mon avis

Je ne connaissais pas du tout cet auteur qui a publié quatre romans avant "Police". Ce livre est un huis clos autour de quatre personnages : trois flics et un étranger. Cet étranger doit être conduit du centre de rétention jusqu'à l'aéroport pour un vol sans retour vers son pays d'origine. Cet étrange convoi fait cohabiter des caractères et des personnalités bien étranges. Mais on s'attache à ces êtres en rupture, chacun à leur manière. Un roman que je qualifierais de rugueux car il ne fait aucune concession dans la noirceur des pensées de chacun. Ils sont en quelque sorte mis à l'épreuve. Je dirais aussi que c'est une histoire très réaliste et je pense que ces escortes d'étrangers en situation irrégulière doivent se dérouler à peu près de la sorte, même si l'auteur ne creuse pas trop sur ce sujet quand même délicat. On entrevoit l'humanité de ces flics qui ne font pas juste leur boulot, on découvre leurs questionnements sur la justice, sur leur rôle, leur mission. Est-elle fondée ? Comment l'un pourrait-il influencer l'autre et le cours de la mission ? Bref une histoire prenante et sous tension en fin de compte. A lire !

Là où les lumières se perdent de David Joy

Là où les lumières se perdent
Là où les lumières se perdent

Le résumé

Caroline du Nord. Dans cette région perdue des Appalaches, McNeely est un nom qui ne laisse pas indifférent, un nom qui fait peur, un nom qui fait baisser les yeux. Plus qu’un nom, c’est presque une malédiction pour Jacob, dix-huit ans, fils de Charly McNeely, baron de la drogue local, narcissique, violent et impitoyable. Amoureux de son amie d’enfance, Maggie Jenkins, Jacob n’a guère l’occasion de se montrer romantique. Il est le dauphin, il doit se faire craindre et respecter, régler les affaires de son père de la façon la plus expéditive qui soit. Après un passage à tabac qui tourne mal, Jacob se trouve confronté à un dilemme : doit-il prendre ses responsabilités et payer pour ses actes afin d’aller vers la lumière, ou bien s’enfoncer encore dans les ténèbres en suivant la voie paternelle ? Alors que le filet judiciaire se resserre autour de lui, Jacob a encore l’espoir de sauver son âme pour mener une vie normale avec Maggie. Mais cela ne pourra se faire sans qu’il affronte son père, bien décidé à le retenir près de lui.

Mon avis

​Un troisième achevé parmi mes achats de la rentrée. Et encore un auteur que je ne connaissais mais que j'ai lu avec grand plaisir. Le narrateur se situe au coeur de son personnage principal, une jeune de 18 ans… Ce dernier a grandi dans un univers de délinquance, de meurtre, bref du mauvais côté de la loi. Eloigné de sa mère, addict au crack. Il essaie aussi de comprendre pourquoi son père agit comme il le fait.

Ce jeune homme est à l'aube d'une nouvelle vie pour lui. Un choix s'impose à lui : soit il reste dans les traces et avec son père, soit il fuit mais sa fuite a un prix. Mais en fin de compte, a-t-il vraiment le choix ? Est-il libre de choisir ? Est-ce que son histoire familiale décide pour lui finalement ?

On tourne les pages les unes après les autres car on veut connaître ce qu'il va faire, comment et est-ce qu'il y parviendra. Le tout saupoudré d'un peu d'amour. Bref une bonne tranche de lecture.

Lynwood Miller de Sandrine Roy

Lynwood Miller
Lynwood Miller

Le résumé

Elle est jeune, belle et capable de déplacer des objets à distance et de guérir par l’impositions des mains. On cherche à la tuer.
Il est beau, américain et coule une retraite paisible et prématurée dans les montagnes françaises. Lynwood Miller est un ancien des forces spéciales. Il veut la sauver.
Ils se sont rencontrés dans des circonstances peu communes : deux malfrats avaient kidnappé la belle et projetaient de l’exécuter. Pas de chance, ils opéraient à deux pas de la bergerie de l’ancien soldat…
Gravitent autour de ce duo, deux psychiatres allemands au passé chargé ; un jeune hacker un brin introverti partageant son temps entre balades en montagne et curieuses missions à travers le monde ; une brigade de policiers d’outre-Rhin ; un commissaire français débonnaire et un sacré nombre de gens bien décidés à faire disparaître définitivement l’héroïne.

Mon avis

Un premier livre très bien écrit. Bien rythmé et l'on sent se construire en parallèle et une histoire d'amour qui va probablement tout ravager autour d'elle. L'intensité des personnages les consument littéralement, dans leur vie et dans leurs relations aux autres. Les lieux et descriptions de paysages sont à peine esquissés : Bordeaux, Berlin, les Pyrénées mais on pourrait être n'importe où et l'essentiel du livre n'est pas dans les lieux. Le focus reste en permanence sur les personnages Lynnwood Miller, Simon et Eli autour desquels évoluent d'autres personnes mais ces trois-là suffisent amplement. On attend une suite tant on reste sur sa fin pour en savoir plus sur eux. L'intrigue elle, est résolue, mais ça ne suffit pas.
Sandrine Roy a su en presque 300 pages nous attacher à ses personnages si inhabituels mais si attachants par leurs différences et leurs vécus respectifs. Il reste à creuser car finalement que sait-on vraiment de leur vie à tous les trois ? Suspense !

Et voilà un second livre de mes achats de rentrée qui est achevé et je ne suis pas du tout déçue bien au contraire. Deux nouveaux auteurs (Dominique Faget et Sandrine Roy) découverts et deux lectures très appréciées.

« La crypte du diable » les mystères de Burdigala de Dominique Faget

La Crypte du Diable
La Crypte du Diable

Le résumé

Quel lien y a-t-il entre : le tableau d'une Madone peint durant l'épidémie de peste de 1628 et dissimulé dans l'église Saint-Pierre ?

Des cadavres repêchés dans la Garonne avec des symboles religieux fichés dans les chairs ?
Une crypte inexplorée qui plonge sous le quartier Saint-Pierre ?
Une longue et difficile enquête commence pour la PJ de Bordeaux qui se retrouve face à l'incompréhensible.

Mon avis

Alors oui ma lecture est plus lente que cet été car le rythme dans ma vie professionnelle est bien plus soutenu. Je suis donc d'autant plus satisfaite de pouvoir enfin publier cet avis. Il me tient d'autant plus à coeur que j'ai pu profiter d'une agréable discussion avec Dominique Faget lors de la "Rencontre autour du polar régional", organisée par Les psychopathes du polar, le 3 septembre dernier. J'étais en train de lire un autre ouvrage mais je me suis précipitée sur son livre dès que j'ai pu.

Dans La "Crypte du Diable", j'ai beaucoup aimé l'alternance de chapitres historiques et contemporains. Et quel plaisir de lire un polar qui se déroule dans une ville que je connais bien, pour y avoir vécu quatre ans. Ah l'allusion aux à la rue Saint-James et à la Grosse Cloche, que de souvenirs puisque j'ai vécu pile à cet endroit ! Mais je m'égare… Les personnages sont intrigants, on doute, qui est cette personne ? Est-ce ce personnage, le meurtrier ? Quel lien avec le passé ? Qui est Marie Qui est ce prêtre un peu glaçant ? Qui est ce Docteur Hoffmann ? Qui sont ces personnages ayant vécu à l'époque de l'épidémie de la peste noire à Bordeaux ? Quels sont leurs liens avec le présent ? Ah beaucoup de questions que se pose le lecteur tenu en haleine pendant près de 400 pages.

Bref une énigme tissée au fil des pages et quand l'Histoire rejoint le monde contemporain, on tourne les pages encore plus vite. Bravo Dominique ! Je recommande vivement.

Une bien amicale dédicace de la part de Dominique Faget

Une bien amicale dédicace de la part de Dominique Faget

Ma pile à lire… recommandés ou prêtés par des amis

​Alors autant dire que cette pile-là est souvent bien garnie dans ma bibliothèque…

J'aime partager les lectures et les envies de lecture donc j'ai un petit réseau au sein duquel nous nous prêtons les livres en plus de nos achats respectifs, nous discutons… Ma pile à lire est donc en permanence alimentée ! Je ne sais pas quand je les lirai, mais il y a plein d'auteurs parmi ces livres que je ne connais pas, donc ma curiosité est aiguisée et mon appétit de lectrice bien ouvert.

Voici un aperçu de cette pile à lire, qui augmente au fil des prêts.

  • Une série rigolote d'Adèle Bréau

​recommandée par Elle magazine "La cour des grandes", "Les jeux de garçons" et "Les devoirs de vacances".
Une amie m'a même déjà prêté le second que j'ai commencé aussitôt et lu en une petite semaine. (Lisez mon avis ici)

  • "Le confident" d'Hélène Grémillon
  • "​Rosa Candida" d'Audur Ava Olafsdottir,
    une auteur islandaise grandement recommandée par une amie de Limoges.
  • ​"L'embellie" d'Audur Ava Olafsdottir
  • ​"La lionne blanche" d'Henning Mankell
  • "Karpathia" de Mathias Menegroz
  • "La Réserve" de Russell Banks
  • "Le fils" de Philippe Meyer
  • 1Q84, livres 1 à 3 : La série d'Haruki Murakami.
  • "Charlotte" de David Foenkinos
  • "Va et poste une sentinelle" d'Harper Lee

Le résumé : Un gâteau renversé à l'ananas peut-il changer le cours de l'histoire? Louis dit « le Cheval » Lamontagne est né en pleine messe de minuit alors que sa mère était figurante dans la crèche vivante. Son père, le plus bel homme de Rivière-du-Loup était follement amoureux de sa nouvelle femme Madeleine dite «l'Américaine» cuisinière hors pair dont le livre de recettes transformera la vie de toutes les femmes dans la famille sur quatre générations. Leur fils se trouvera mal marié mais les yeux sarcelle de sa mère continueront à se répandre dans la région tout comme en Europe où il est déployé et dans l'État de New York où il gagnera sa vie comme homme fort dans les foires. Dans ce village pentu encore sous l'emprise du curé qui annonce la fin du monde aux enfants pour le 10 novembre les racontars abondent.
Éric Dupont nous offre un magnifique roman où les histoires d'un siècle de Madeleine s'entrelacent comme pour former une pelote de laine. L'expression «histoire d'amour» ne rend pas justice aux méandres de ce récit émaillé de rebondissements.

Pour tout dire, celui-là, je l'ai commencé et je l'ai laissé de côté. C'est une écriture de style Nouveau roman mais je n'adhère pas vraiment… On verra dans quelques temps.

Le résumé : « Envoûtée, comme enivrée, Marjorie l’était à nouveau en regardant l’homme et la femme onduler sous ses yeux. Leurs bras chantaient en canon. Leurs mains se croisaient à intervalles réguliers. Le mouvement était répété plusieurs fois, puis la musique s’emballait, et leur pas de deux se terminait par un porté de haute volée. Pour Marjorie, qui parlait la danse mieux que personne, la signification était très claire. Après une phase d’atermoiements, de faux-fuyants et de méfiance, l’homme et la femme faisaient le choix de la concorde, de l’harmonie. Ensemble, ils effaçaient le temps de l’incertitude. Ou, mieux, ils l’oubliaient. »

Ancienne danseuse étoile, Marjorie a fait ses adieux à la scène au moment où elle admire ce pas de deux. Elle vit avec Paul, une petite fille est née, et elle s’interroge sur son avenir.

Toute la tension dramatique de ce premier roman remarquable de concision est contenue dans la description du couple dansant : après l’éblouissement de la rencontre, le temps pour Marjorie et Paul est aux faux-fuyants. L’un et l’autre ont voulu croire qu’ils pourraient faire fi de leur passé : Marjorie de ses origines cambodgiennes ; Paul, un protestant ardéchois, des névroses familiales. Leurs deux silences, qui leur furent d’abord un refuge, s’entrelacent jusqu’à les éloigner.

Par-delà l’histoire de Marjorie et de Paul, Caroline Broué, en de brèves séquences syncopées, scrute les doutes d’adultes de quarante ans aujourd’hui : ceux que la vie oblige à prendre leur destin à bras-le-corps et dont c’est le tour d’entrer en scène. De ce pas est un très beau roman sur le temps qui passe, et sur ses bienfaits.

Encore dans ma pile à lire alimentée en permanence… par mes flâneries en librairie

« Je me souviens de l'ironie avec laquelle on répétait dans ma famille qu'enfant, je voulais tout. Pauvre naïve : naïve d'en avoir envie, naïve de croire que c'était possible et naïve de le dire. Naïve, je le suis restée et le revendique : have it all, vivre pleinement sa vie, ne pas renoncer avant d'avoir essayé. Aujourd’hui, je voudrais partager ce que j’ai vu et vécu, donner envie à d’autres femmes d’oser, de rêver et de changer le monde ».

L’actuelle directrice de l’ENA nous raconte son parcours, ses rencontres. Son histoire donne envie de ne renoncer à rien, de vivre pleinement sa vie de femme, de mère, de repenser nos rapports au travail, aux hommes et à la vie.

Un avocat est retrouvé mort dans des circonstances troubles au Crystal Palace, dans le sud-est de Londres. L’inspectrice Gemma James et son adjointe Melody Talbot, qui viennent d’être mutées à la brigade criminelle de Londres-sud, sont chargées de l’enquête. Jeux sexuels ayant mal tourné ou meurtre ? L’avocat n’était pas seul, et les deux enquêtrices découvrent que les acteurs du drame ne leurs sont pas tout à fait inconnus et qu’il faut préserver leur vie privée. La mission se complique encore lorsqu’un second meurtre survient. La recherche de la vérité conduira Gemma et Melody, épaulées en coulisse par Duncan Kincaid et Doug Cullen, à explorer des mondes qui leur sont étrangers et à remonter loin dans le passé pour dénouer le présent.

En avril 2000, Sylvain Côté s’enlève la vie, sans donner d’explications. Ce garçon disparaît et nul ne comprend. Sa femme Mélanie s’accroche férocement à leur ls Stéphane ; son père Vincent est parti se reconstruire près des arbres muets ; sa mère Muguette a laissé échapper le peu de vie qui lui restait. Seule la si remuante et désirable barmaid Charlène, sa maîtresse, continue de lui parler de sexe et d’amour depuis son comptoir.

Ce n’est pas tant l’intrigue qui fait la puissance hypnotique du roman de Marie Laberge que ses personnages, qui parlent, se déchirent, s’esquivent et luttent dans une langue chahutée, turbulente, qui charrie les émotions et les larmes, atteignant le lecteur au coeur.

« Les jeux de garçons » d’Adèle Bréau

"Ce que pensent les hommes"

Sur la couverture du livre

Les jeux de garçons d'Adèle Bréau

Le résumé

Après le tourbillon de cette année passée dans la Cour des grandes avec Mathilde, Alice, Lucie et Éva, que diriez-vous de revivre l’aventure du point de vue des leurs hommes ? Max, au chômage et en pleine crise identitaire, Fred, le patron d’Alice secrètement amoureux d’elle, Christophe, l’homme d’affaires ambitieux, père et mari à l’ancienne, mais aussi Vincent, toujours en déplacement, et Adrien, l’ex d’Alice emporté par le démon de midi. Enfin, Jacques, le musicien célibataire, doux rêveur en quête de sens. Tiraillés entre ambition et poursuite du bonheur, quels seront leurs rôles dans ces Jeux de garçons où les plus forts ne sont plus les mêmes qu'autrefois ? Une traversée dans l’univers masculin qui confirme, si besoin est, que les hommes et les femmes habitent bel et bien deux planètes différentes !

Mon avis

L'amie qui m'a prêté ce livre m'a dit que je pouvais le commencer sans avoir lu le premier. Et c'était bien vrai ! Une vraie partie de plaisir que cette lecture, j'avais souvent le sourire aux lèvres tant cette lecture a été sympa et m'a plongée dans la vision que peuvent avoir les hommes quand ils abordent la quarantaine. C'est une galerie de portraits et de personnages tellement proches de la vraie vie. Une lecture rafraîchissante, qui ne prend pas la tête et en cette semaine de rentrée scolaire et de rentrée tout court, cela m'a fait le plus grand bien.

Ah… toutes les questions existentielles que chacun, chacune se pose à l'aube de ses 40 ans… Elles sont là avec des vraies situations de famille, d'individus… Tout y est sans oublier l'humour

Alors non, il ne s'agit pas d'un livre sérieux mais en même temps, je dirai que c'est un livre bien dans son époque, bien ancré dans ce qu'est notre et mon quotidien. Bref je recommande !

« Maman a tort » Michel Bussi

"Maman a tort" Michel Bussi

Le résumé

Rien n’est plus éphémère que la mémoire d’un enfant…Quand Malone, du haut de ses trois ans et demi, affirme que sa maman n’est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire, le croit.Il est le seul. Il doit agir vite. Découvrir la vérité cachée. Trouver de l’aide. Celle de la commandante Marianne Augresse par exemple. Car, déjà, les souvenirs de Malone s’effacent. Ils ne tiennent plus qu’à un fil. Le compte à rebours a commencé.Qui est vraiment Malone ?

Mon avis

Le livre démarre sur les chapeaux de roue ! Qui est ce petit garçon Malone ? J'ai été prise dès les premières pages dans cette histoire. D'abord, on veut comprendre qui est Malone et en parallèle, l'histoire de ce braquage à résoudre vous happe. Que de points d'interrogations… Mais la narration est passionnante et comme à chaque fois, Michel Bussi nous transporte dans son monde d'écriture, de mystère, de suspense et de personnages attachants ou pas. La région décrite ne semble pas accueillante mais elle convient parfaitement à cette histoire qui vous glace le sang. Il faut attendre les dernières pages pour que tout le puzzle se recompose finalement. Et quelle histoire ! Un rebondissement de dernière minute, de quoi vous faire tourner les pages encore plus vite. SUPER ! Je recommande vivement.

Une saison à la petite boulangerie Jenny Colgan

Une saison à la petite boulangerie Jenny Colgan

Le résumé

Polly Waterford coule des jours heureux sur la paisible île de Mount Polbearne. Sa petite boulangerie connaît un franc succès : les habitants du village continuent de s'y presser et un journal régional souhaite même la sélectionner dans son prochain guide ! Polly est aussi comblée par son histoire d'amour avec Huckle, le séduisant Américain qui a su conquérir son cœur. Les deux amoureux se sont installés ensemble dans le grand phare qui domine l'océan.
Malheureusement, lorsque le nouveau propriétaire de la boulangerie de Polly débarque sur l'île avec une lueur malicieuse au fond des yeux, celle-ci réalise soudain que son bonheur est bien fragile. Et le départ précipité de Huckle pour les États-Unis ne l'aide guère à envisager l'avenir avec sérénité.
Face à cette nouvelle tempête qui se prépare, Polly va devoir se battre pour ne pas laisser sa vie prendre l'eau. Réussira-t-elle à surmonter les obstacles qui se dressent sur sa route ?

Mon avis

Voilà une lecturequi s'est glissée encore une fois dans ma pile de livres déjà bien garnie. Mais comme je ne sais pas résister longtemps à un livre qui me tente. Et en quelques clics sur mon clavier, le bouquin était dans mon panier en ligne car je n'avais pas pu l'acheter dans ma librairie préférée. Je l'avoue j'ai même guetté la boîte aux lettres…

J'avais en effet vraiment beaucoup aimé "La petite boulangerie du bout du monde" et je me suis précipitée pour acheter la suite. Je me réjouissais d'une lecture encore un peu légère en cette fin d'été.

Mais je l'avoue, je n'ai pas tourné les pages aussi vite et avec autant d'entrain que pour le premier… J'ai trouvé ennuyeux les références au livre 1. C'est comme si Jenny Colgan voulait intégrer l'histoire du premier livre dans le second. Si on lit une suite, ce n'est pas pour relire le premier épisode !

Pas de vraie nouveauté dans les personnages récurrents et les nouveaux ne sont pas aussi hauts en couleurs que dans le tome 1. Alors oui, je l'ai lu jusqu'à la fin mais j'ai été déçue. Bon cela reste une lecture sympathique mais rien ne surprend dans l'histoire et c'est bien dommage. Donc si vous étiez tenté, bof bof réfléchissez avant d'acheter…

« Le secret du mari » Liane Moriarty

"Le secret du mari" Liane Moriarty

Le résumé

Jamais Cecilia n’aurait dû trouver cette lettre dans le grenier. Sur l’enveloppe jaunie, quelques mots de la main de son mari : « À n’ouvrir qu’après ma mort. » Quelle décision prendre ? Respecter le vœu de John-Paul, qui est bien vivant ? Ou céder à la curiosité au risque de voir basculer sa vie ? Tous les maris – et toutes les femmes – ont leurs secrets. Certains peuvent être dévastateurs.
Best-seller aux États-Unis, ce roman, intense, pétillant et plein d’humanité, allie habilement suspense et émotion pour marquer son lecteur d’une empreinte durable.

Mon avis

Un chapitre par jour de la semaine de Pâques. Une narration qui décrit les liens filiaux, familiaux, amoureux… Une histoire passionnante qui fait se poser plein de questions. C'est le sempiternel "et si…"

Bref une histoire de pardon aussi, d'acceptation, de vivre avec mais au prix de quelles difficultés !

Ce livre m'a beaucoup plu même si j'ai eu un peu de mal à me laisser emporter par cette histoire aux premières pages. J'ai été un peu perdue par le passage d'un personnage à l'autre dans la natation avant d'entrevoir les interactions et alors là, c'était parti.

« Thalamus » Stéphane Gérard

"Thalamus" Stéphane Gérard

Le résumé

Après des années d’attente, Hélène et Laurent peuvent se réjouir. Un heureux événement se profile enfin. Mieux, deux : ils auront des jumeaux ! Mais les choses ne se déroulent pas comme ils l’espéraient. L’un des enfants meurt lors de l’accouchement alors que Laurent, presque simultanément, développe une tumeur au cerveau. Et malgré une intervention chirurgicale réussie, les symptômes de la maladie s’aggravent jour après jour.
Après avoir perdu un enfant, Hélène craint de perdre son compagnon. Deux drames plus liés qu’elle ne le croit…

Mon avis

Un premier livre de Stéphane Gérard vraiment extra. Quand neurosciences, histoire familiale et suspense s'entremêlent… ouah quelle intrigue, quels personnages et quel rythme ! Et des rires aussi avec des personnages parfois hauts en couleurs et au verbe bien tranché !

Qu'est-ce qui peut pousser une personne à faire dominer sa passion au-delà de tout le reste : l'éthique, la famille, tout est mis de côté mais on ne le devine vraiment pas de suite. Il y a bien un doute qui s'insinue au fil des pages mais pas à ce point.

Une histoire bien ficelée. Bravo ! Et surtout un grand merci à Pépita de la Librairie Lacoste d'avoir placé ce livre dans ses recommandations pour les lectures estivales. Je suis ravie d'avoir suivi son conseil de lecture. Quel plaisir de dévorer ce roman proche du polar durant deux jours. Je suis persuadée que je vais guetter avec impatience la sortie d'un nouveau lire de cet auteur.