Le chant du rossignol de Kristin Hannah

Le résumé
France, 1939. Dans un village de la Loire, Vianne Mauriac fait ses adieux à son mari qui part au front et se retrouve seule avec sa fille. Très vite, elle est forcée d’accueillir un officier allemand sous son toit. Et fait le choix de protéger sa fille avant la liberté de son pays…Sa sœur Isabelle, 18 ans, s’installe à Paris le jour de l’entrée des Allemands dans la ville. Impétueuse et pleine d’idéaux, elle s’engage dans la Résistance sous le nom de code « Le Rossignol ». Deux sœurs, deux destins. Chacune jouant sa propre survie dans la France occupée par les Nazis.

Mon avis
Que dire d’un si beau roman qui fait revivre l’histoire de deux femmes, deux soeurs au coeur de la grande Histoire, sous l’Occupation. Il est magnifique, difficile tant on appréhende ce que furent les montagnes de douleur que devaient surmonter les Françaises à cette époque. Isabelle et Vianne, chacune à sa façon a survécu durant l’Occupation, accomplissant ce qu’elle pense juste comme elle le peut. Malgré la peur, malgré même la terreur, elles ont fait de leur mieux. Un superbe roman qui rend un bel hommage à des gens courageux et à des femmes qui se sont battues avec leurs armes. 

Les couleurs de la vie de Lorraine Fouchet

 

Le résumé
Quand Kim, jeune Groisillonne fraîchement débarquée de sa Bretagne natale à Antibes, est embauchée comme dame de compagnie par Côme, elle est touchée par le dévouement de ce fils pour sa mère Gilonne. D’autant que cette mondaine, ancienne actrice au caractère bien trempé, n’est pas toujours facile à vivre ! Quelle est donc sa surprise quand elle découvre, au hasard d’une conversation téléphonique, que le fils de Gilonne est mort. Ce jeune homme est-il un escroc, ou ses intentions sont-elles sincères ? Et pourquoi Gilonne, qui n’est pourtant pas sénile, le fait-elle passer pour son fils ? Guidée par sa curiosité et son attachement pour ces deux être cabossés par la vie, Kim se lance dans une enquête, afin de démêler le vrai du faux, et de faire la lumière sur la personnalité du « vrai » Côme, disparu dans des circonstances mystérieuses.   Les apparences sont parfois trompeuses, et la vérité peut être plus douloureuse que le mensonge. Dans ce roman choral aux accents résolument optimistes, Lorraine Fouchet dépeint la vieillesse avec ses  regrets, ses tracas, mais aussi ses espoirs. On retrouve avec plaisir les ingrédients qui font la magie des livres de l’auteur : des personnages pittoresques, une touche de Bretagne, des airs de musique, le tout formant un merveilleux hymne à la vie.

Mon avis Continuer la lecture de « Les couleurs de la vie de Lorraine Fouchet »

Quand sort la recluse de Fred Vargas

Le résumé
– Trois morts, c’est exact, dit Danglard. Mais cela regarde les médecins, les épidémiologistes, les zoologues. Nous, en aucun cas. Ce n’est pas de notre compétence.
– Ce qu’il serait bon de vérifier, dit Adamsberg. J’ai donc rendez-vous demain au Muséum d’Histoire naturelle.
– Je ne veux pas y croire, je ne veux pas y croire. Revenez-nous, commissaire. Bon sang mais dans quelles brumes avez-vous perdu la vue ?
– Je vois très bien dans les brumes, dit Adamsberg un peu sèchement, en posant ses deux mains à plat sur la table. Je vais donc être net. Je crois que ces trois hommes ont été assassinés.
– Assassinés, répéta le commandant Danglard. Par l’araignée recluse ?

Mon avis
Je découvre Fred Vargas avec ce dernier polar qu’elle a publié récemment. Je suis donc entrée dans l’univers de cette auteur et j’avoue que même si j’ai été un peu déstabilisée par le début, j’ai très vite été happée par les personnages. Car c’est en fait la force de Fred Vargas. Elle attache beaucoup d’importance à ses personnages, peut-être plus qu’à l’intrigue elle-même. J’ai aimé découvrir le commissaire Adamsberg et sa façon peu conventionnelle de mener une enquête entouré de son équipe où chacun a aussi son originalité. Bref ce n’est pas du polar classique et c’est tant mieux. Cette histoire d’araignée recluse m’a donné quelques frissons mais c’était pour me pousser à tourner les pages plus vite. Je recommande donc vivement !
 

Demain, il fera beau… de Céline Rouillé

Le résumé
Depuis longtemps, Sarah rêve d’ouvrir un gîte en Normandie. Un jour, à quarante ans, elle saute le pas et décide de s’installer en famille près d’Etretat, entre mer et campagne. En famille ? C’est ce qu’elle croyait, mais la veille du déménagement, son mari lui annonce brusquement qu’il ne viendra pas. Bien obligée de se débrouiller seule, avec deux enfants, une maison à rénover, des voisins pas toujours charmants, une actrice à héberger le temps d’un tournage, Sarah doit changer radicalement de vie. Au fil des jours, à la poursuite du bonheur malgré les difficultés, des personnes qui étaient des inconnus deviennent des amis. L’horizon s’éclaire peu à peu et tout semble pouvoir recommencer…

Mon avis
Un chouette roman sur les questionnements de la quarantaine et le choix d'une nouvelle vie, plus en phase avec ses aspirations. Ralentir, tel est le choix de Sarah. Elle commence une nouvelle vie, dans la maison où elle aménage un gîte et découvre une nouvelle vie. Elle se lie aussi avec de nouveaux amis. Mais tout le monde n'attend pas toujours la même chose et même dans un couple pourtant uni, chacun a aussi ses souhaits pour se réaliser, s'épanouir. Sarah écoute son coeur et ses envies et entame sa nouvelle vie. Un roman plaisant à lire dont j'ai bien envie de lire la suite "Demain n'attend pas". 

Mes lectures d’octobre

Alors je crois que le mois d'octobre sera mon record en nombre de livres lus ! J'ai donc lu 19 ouvrages et commencé un 20ème que je garde pour le bilan de novembre… 

Parmi ces lectures, de nombreuses découvertes avec Fred Vargas et son dernier opus, Pierre Pouchairet le prix du Quai des Orfèvres 2017, Céline Rouillé dont je cherche "Demain n'attend pas" le roman qui suit celui lu ce mois-ci, Kristin Hannah, Colton Whitehead, Barbara Dribbusch, Amélie Nothomb. 

Je retiens aussi 5 véritables coups de coeur car j'ai adoré ces livres. Ce sont "Entre deux mondes" d'Olivier Norek, "La mélodie des jours" de Lorraine Fouchet pour la dimension humaine, Kristin Hannah pour ce roman historique consacré à la Seconde Guerre Mondiale mais surtout à deux magnifiques portraits de femme durant cette période douloureuse et "Frappe-toi le coeur" d'Amélie Nothomb tout simplement génial.

Voici en détails la liste de mes lectures d'octobre :

 

La mélodie des jours de Lorraine Fouchet

 

Le résumé
Aujourd’hui, on guérit du cancer du sein s’il est pris à temps. C’est ce qu’on dit à Lucie, et c’est vrai. Sauf que, si on est maman célibataire d’une petite Léa de onze ans qu’on tient à protéger, et si on se retrouve seule dans une nouvelle ville ou on ne connaît personne… ou trouve-t-on le soutien pour traverser vaillante l’espace incertain qui sépare le diagnostic de la fin du traitement ? Pour dépasser la peur, pour supporter la radiothérapie, pour remonter en piste ?
Parce qu’elle n’a personne à qui se confier, Lucie demande de l’aide sur le Site des Voisins. Tout de suite, des internautes lui répondent et Lucie découvre à travers ce réseau de proximité une solidarité insoupçonnée. Au fil des jours, ces amitiés virtuelles deviennent réelles, prennent de plus en plus de place dans sa vie. Et puis il y a Charlie, son préféré, le seul qu’elle n’a jamais vu. Charlie et ses messages provocants et drôles, Charlie et ces musiques qu’il lui envoie chaque jour via son iPhone. Autant de messages d’amour, autant de petits cailloux blancs sur le chemin de la guérison…

Mon avis Continuer la lecture de « La mélodie des jours de Lorraine Fouchet »

Le souffle des feuilles et des promesses de Sarah McCoy

Le résumé
Hallie Erminie, issue d’une famille de planteurs du Kentucky, est une jeune femme de caractère. À New York, où elle s’est mis en tête de trouver un éditeur qui publierait son premier roman, elle fait la connaissance de Post Wheeler, un journaliste célibataire et fier de l’être. Sous des abords arrogants et rustres, il est en fait d’une compagnie agréable.Tous deux discutent à bâtons rompus de la vie culturelle new-yorkaise, bouillonnante en cette fin de xixe siècle, et s’attachent l’un à l’autre sans oser se l’avouer. Malheureusement, quand Post part pour l’Alaska du jour au lendemain, la possibilité d’une histoire d’amour s’évanouit.Commence alors un chassé-croisé, des États-Unis à l’Italie en passant par l’Angleterre et la France. À chacune de leurs rencontres, les sentiments des deux jeunes gens ne font que croître. Le destin les réunira-t-il enfin ?

Mon avis
J'ai adoré les deux premiers romans de Sarah McCoy "Un goût de cannelle et d'espoir" et "Un parfum d'encre et de liberté". Mais là c'est loin d'être la même chose. Alors oui le parcours de cette jeune femme qui se consacre à l'écriture à une époque où les personnes de son âge cherchent à se marier est intéressant. On voit bien que c'est une histoire de femme qui s'affirme, qui ne tait pas ses idées, qui revendique ses origines… Mais j'ai trouvé ce roman long et pour aboutir à une issue dont le lecteur se doute dès le départ. Donc je dirais que ce roman ne m'a pas emportée du tout contrairement aux deux autres de cette auteur. 

On la trouvait plutôt jolie de Michel Bussi

Le résumé
Du désert sahélien à la jungle urbaine marseillaise, en quatre jours et trois nuits…
Un suspense renversant et bouleversant.

« – Qu’est-ce qui ne va pas, Leyli ? Vous êtes jolie. Vous avez trois jolis enfants. Bamby, Alpha, Tidiane. Vous vous en êtes bien sortie.
– Ce sont les apparences, tout ça. Du vent. Il nous manque l‘essentiel. Je suis une mauvaise mère. Mes trois enfants sont condamnés. Mon seul espoir est que l’un d’eux, l’un d’eux peut-être, échappe au sortilège.
Elle ferma les yeux. Il demanda encore :
– Qui l’a lancé, ce sortilège ?
– Vous. Moi. La terre entière. Personne n’est innocent
dans cette affaire. »

Mon avis
Encore une fois, Michel Bussi emporte son lecteur dans une aventure remarquable. J’ai adoré me laisser emporter à Marseille et au Maroc. Et quelle histoire que celle de Leyli ! Les personnages sont hauts en couleur dans ce thriller mené tambour battant. On s’attache à Leyli sans aucun doute, cette femme à la vie difficile comme celle de nombreux migrants en quête d’une existence meilleure. La France semble être leur eldorado, mais est-ce bien sûr ? Je ne vais pas spoiler mais j’ai été estomaquée par le retroussement de situation vers la fin du roman quand l’auteur lève enfin le voile sur toute l’histoire. Un coup de maître ! C’est bien écrit, original, dans l’ère du temps sans en faire trop. Bref je recommande !

Danser encore de Julie de Lestrange

Le résumé
Alexandre, Marco et Sophie connaissent une amitié de trente ans et autant d’amour, de blessures, de déceptions et de joies. Désormais adultes, confrontés au poids du quotidien et des responsabilités, à l’existence et ses tourments, sonne l’heure de faire des choix.
Mais que reste-il des certitudes lorsque le sort frappe au hasard ?
Juste un vertige, profond et déroutant, des liens indéfectibles, et parfois comme la nécessité de respirer, le besoin de danser et celui de s’aimer.
Découvrez la bande de copains drôles et attachants qui a fait le succès d’"Hier encore, c’était l’été", et  plongez dans une magnifique histoire d’amitié, un hymne  à l’entraide, qui fait la part belle à la vie et à notre humanité. 

Mon avis
J'avais bien aimé "Hier encore c'était l'été", lu cet été. J'ai donc eu envie de lire la suite quand les personnages sont dans la trentaine et une vraie vie d'adulte. Mais bon, même si la lecture est plaisante, ce n'est pas un coup de coeur. J'ai peu aimé le passage où l'auteur effleure l'attentat à l'encontre de la rédaction de Charlie Hebdo, je trouve que cette réalité est trop loin de ses personnages, même si c'est vrai Alexandre est journaliste. Par contre, j'ai apprécié la manière dont le deuil est évoqué et le personnage de Marco qui s'est étoffé depuis le précédent roman. J'aime beaucoup le choix du titre et sa justification que l'on découvre dans le roman. Là par contre, c'est très chouette. Donc un roman sympathique tout simplement. 

Un bel âge pour mourir de Barbara Abel

Le résumé
D’un côté il y a France, soixante et un ans, propriétaire d’une galerie d’art au caractère bien trempé. De l’autre il y a Marion, sa belle-fille, jeune mère célibataire et timide.
Entre elles, une maison.
France est-elle à l’origine des incidents qui visent à déloger Marion de la demeure familiale pour de sombres raisons financières ? Pour la jeune femme, cela ne fait aucun doute : même si France joue les grands-mères modèles, c’est elle qui a semé des sachets de mort aux rats sur le terrain de jeux. Mais Marion n’est-elle pas un peu fragilisée depuis la mort de son père ?
Contrairement à ce qu’affirment tous les parents du monde, les monstres existent bel et bien. Et les contes de fées se transforment parfois en véritable descente aux enfers…

Mon avis
Encore une plongée dans l’univers de Barbara Abel et je reste conquise par ses personnages. France est tout simplement machiavélique, prête à absolument tout pour parvenir à ses fins. Son dessein : acquérir un tableau qu’elle estime justement d’une valeur inestimable. Rien ne l’arrête et pas même le meurtre, la manipulation, le mensonge. Tout est là dans la toile qu’elle tisse pour parvenir à son but. Ce thriller se dévore littéralement et j’ai encore une fois beaucoup aimé. Alors oui, je crois que je peux dire que Barbara est devenue l’une de mes auteurs de référence dans son talent pour dresser des portraits d’êtres humains quand même particulièrement perturbés, manipulateurs. C’est le côté mauvais, sombre et fou de ces femmes qui basculent dans la folie. Passionnant !