Beaux rivages Nina Bouraoui

Nina BouraouiLe résumé
"C’est une histoire simple, universelle. Après huit ans d’amour, Adrian quitte A. pour une autre femme : Beaux rivages est la radiographie de cette séparation.
Quels que soient notre âge, notre sexe, notre origine sociale, nous sommes tous égaux devant un grand chagrin d’amour.
Les larmes rassemblent davantage que les baisers.

J’ai écrit Beaux rivages pour tous les quittés du monde. Pour ceux qui ont perdu la foi en perdant leur bonheur. Pour ceux qui pensent qu’ils ne sauront plus vivre sans l’autre et qu’ils ne sauront plus aimer. Pour comprendre pourquoi une rupture nous laisse si désarmés. Et pour rappeler que l’amour triomphera toujours. En cela, c’est un roman de résistance".

Mon avis
Nina Bouraoui a une vraie plume, c'est évident. Quel beau livre malgré la tristesse du sujet dont elle parle au fil des pages. Mais elle écrit avec douceur, presque avec bienveillance, j'ai envie de dire. J'ai lu dans un magazine que son roman est inspiré de la vie d'une amie proche. En fait, ce sujet peut concerner tout le monde. Le chagrin d'amour infligé par celui dont on croyait que ce serait pour toujours. Chacun le vivra à sa manière évidemment. Mais ici on ne bascule pas vraiment dans la rancoeur. Je trouve que ce qui transparaît au fil des pages c'est juste l'Amour avec un grand A. Elle décrit très bien cette vie qui se referme, le manque de vie finalement que s'autorise son personnage principal. Elle s'est fermée et enfermée dans son chagrin. Puis petit à petit, quand elle le décide, elle va de nouveau s'autoriser à vivre. Et du même coup fermer le livre de cette vie amoureuse passée avec Adrian. J'ai vraiment adoré ce livre et je l'ai d'ailleurs lu très vite. Je dirais que ce livre est un vrai coup de coeur !

Chanson douce de Leïla Slimani

Le résumé
Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d'un cabinet d'avocats, le couple se met à la recherche d'une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l'affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu'au drame. 
À travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c'est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l'amour et de l'éducation, des rapports de domination et d'argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant.

Mon avis
L'horreur est décrite dès les premières lignes de ce roman… "Un bébé est mort. Il a suffi de quelques secondes. Le médecin a assuré qu'il n'avait pas souffert. On l'a couché dans une housse grise et on a fait glisser la fermeture éclair sur le corps désarticulé qui flottait au milieu des jouets. La petite, elle, état encore vivante quand les secours sont arrivés".

Ces toutes premières lignes écrites avec des phrases courtes, incisives, hyper réalistes m'ont happée en un rien de temps. Et je n'ai plus lâché ce roman. 

Meurtre d'enfants par Louise, la nounou. 200 pages tissent cette histoire. La vie intime de cette famille, le relais passé à une nounou d'exception… La confiance accordée à cette personne à qui les parents confient leurs deux enfants, Mila et Adam. Les doutes parfois de Paul ou de Myriam tour à tour. Mais à chaque fois, l'un fait taire les doutes de l'autre, le rassure. Et Louise s'immisce un peu plus dans leur quotidien et même dans leur intimité. 

Cette nounou qui s'approprie de plus en plus d'espace dans leur vie familiale. Qui défend bec et ongles les enfants. Qui en fin de compte ne supporte pas que sa manière d'être ou de faire soit contredite ou critiquée. Mais elle s'est rendue si indispensable, qu'il n'existe plus de distance. 

Les doutes persistent jusqu'à l'horreur. Qu'est-ce qui a fait basculer cette nounou vers un acte aussi irrémédiable, elle qui semblait tant aimer Mila et Adam ? Elle est bizarre, mystérieuse. Je dirais même qu'elle fait peur tant elle est omniprésente. 

Une araignée maléfique qui a lentement, très lentement, tissé sa toile…

Un livre bien écrit mais qui fait froid dans le dos.

Si la Lune éclaire nos pas de Nadia Hashimi

 
Si la Lune éclaire nos pasLe résumé
Je voulais que mes enfants aient une vie d’enfants. Je voulais qu’ils rient, qu’ils jouent… qu’ils apprennent. Je voulais qu’ils fassent les choses que j’aurais dû faire quand j’étais petite. Jusqu’où devons-nous fuir ?

Kaboul est entre les mains des talibans. Depuis que son mari, considéré comme un ennemi du régime, a été assassiné, Fereiba est livrée à elle-même. Si cette enseignante ne veut pas connaître le même sort que son mari, elle n’a d’autre choix que de fuir. Après avoir vendu le peu qu’elle possède, elle entreprend un voyage périlleux avec ses trois enfants, dans l’espoir de trouver refuge chez sa sœur, à Londres. Comme des milliers d’autres, elle traverse l’Iran, la Turquie, la Grèce, l’Italie et la France. Sans autres ressources que son courage et sa détermination sans faille, elle espère pouvoir compter sur le soutien de ceux qu’elle rencontrera en chemin. Hélas, les routes de l’exil sont semées d’embûches : que devra-t-elle sacrifier pour de meilleurs lendemains ?
 

Mon avis
J'avais déjà beaucoup aimé le précédent roman de Nadia Hashimi, intitulé "La perle et la coquille". Il me tardait de pouvoir lire celui-ci et je n'ai pas été déçue. J'ai donc guetté avec impatience sa sortie le 21 octobre dernier.

500 pages d'exode de l'Afghanistan vers l'Angleterre. Une mère et ses enfants traversant des pays étrangers, terres hostiles aux réfugiés pour eux qui ont fui un pays en guerre où l'insécurité régnait. Ils ont fui le régime des Talibans. A travers cette histoire, point d'insouciance pour les enfants qui grandissent dans les difficultés, la faim… mais avec toujours l'amour de leur mère. Le lien familial est prégnant et magnifique.
500 pages que l'on tourne toujours plus vite et avec l'envie simplement que le livre ne se termine jamais. J'ai juste été peu un peu déçue par le passage au travers de la "jungle" de Calais et ses camps de réfugiés, peut-être parce que le reste du livre fait voyager au milieu de contrées et de cultures ailleurs et que là, à Calais, j'ai eu l'impression de revenir plus dans l'actualité. 

Alors ce chemin d'exilés vers une vie meilleure est difficile oui, mais le récit de Nadia Hashimi est toujours empreint de pudeur et de beaucoup de réalisme malgré tout. L'écriture est simple, fluide, et l'émotion est là, toute proche à chaque page.
Un vrai coup de coeur pour moi ! Lisez-le sans hésiter.

Une nuit en Crète Victoria Hislop

Le résumé

Dix nouvelles envoûtantes et finement ourlées qui resteront longtemps ancrées dans votre mémoire.
Au fil de dix nouvelles au charme indéniable, Victoria Hislop nous emmène à travers les rues d'Athènes et les parcs ombragés des villages grecs. En évoquant leur atmosphère si particulière, elle donne vie à un grand nombre de personnages inoubliables : un prêtre solitaire, deux frères qui n'arrêtent pas de se quereller, un étranger indésirable ou encore un jeune marié à la mémoire défaillante.
Ces nouvelles douces-amères ont pour thème l'amour, la loyauté, la séparation et la réconciliation et sont écrites avec le style si reconnaissable et propre à Victoria Hislop.

 

 

Mon avis

Je suis habituée aux romans de Victoria Hislop que j'ai tous aimés sans exception. Elle a le don de mêler romance, histoire familiale avec la grande Histoire. Grâce à ses livres, j'ai appris à mieux connaître la Crète et son histoire. J'ai découvert cet auteur avec "L'île des oubliés". Un roman consacré à l'île de Spinalonga située juste en face d'Elounda en Crète. J'avais visité cette île mystérieuse, silencieuse… et découvert qu'elle avait jadis accueilli des lépreux. Grâce à Victoria Hislop, j'ai lu la vie sur Spinalonga avec ces populations pestiférées et chassées de Crète parce que malades. Bref, depuis ce livre, je lis tous les romans de Victoria Hislop dont les histoires sont situées en Crète, en Grèce ou encore en Espagne. Amour filial, amour tout court, loyauté, fidélité, tout y est.
Cette fois-ci surprise, dix nouvelles. Mais elle réussit à travers ce nouvel ouvrage à accrocher son lecteur sans souci. Chapeau ! Je n'ai pas passé une nuit en Crète juste une journée plaisir pour dévorer ce livre…

Encore un livre de mes ajouts à ma PAL que j'achève.

« Les jeux de garçons » d’Adèle Bréau

"Ce que pensent les hommes"

Sur la couverture du livre

Les jeux de garçons d'Adèle Bréau

Le résumé

Après le tourbillon de cette année passée dans la Cour des grandes avec Mathilde, Alice, Lucie et Éva, que diriez-vous de revivre l’aventure du point de vue des leurs hommes ? Max, au chômage et en pleine crise identitaire, Fred, le patron d’Alice secrètement amoureux d’elle, Christophe, l’homme d’affaires ambitieux, père et mari à l’ancienne, mais aussi Vincent, toujours en déplacement, et Adrien, l’ex d’Alice emporté par le démon de midi. Enfin, Jacques, le musicien célibataire, doux rêveur en quête de sens. Tiraillés entre ambition et poursuite du bonheur, quels seront leurs rôles dans ces Jeux de garçons où les plus forts ne sont plus les mêmes qu'autrefois ? Une traversée dans l’univers masculin qui confirme, si besoin est, que les hommes et les femmes habitent bel et bien deux planètes différentes !

Mon avis

L'amie qui m'a prêté ce livre m'a dit que je pouvais le commencer sans avoir lu le premier. Et c'était bien vrai ! Une vraie partie de plaisir que cette lecture, j'avais souvent le sourire aux lèvres tant cette lecture a été sympa et m'a plongée dans la vision que peuvent avoir les hommes quand ils abordent la quarantaine. C'est une galerie de portraits et de personnages tellement proches de la vraie vie. Une lecture rafraîchissante, qui ne prend pas la tête et en cette semaine de rentrée scolaire et de rentrée tout court, cela m'a fait le plus grand bien.

Ah… toutes les questions existentielles que chacun, chacune se pose à l'aube de ses 40 ans… Elles sont là avec des vraies situations de famille, d'individus… Tout y est sans oublier l'humour

Alors non, il ne s'agit pas d'un livre sérieux mais en même temps, je dirai que c'est un livre bien dans son époque, bien ancré dans ce qu'est notre et mon quotidien. Bref je recommande !

Une saison à la petite boulangerie Jenny Colgan

Une saison à la petite boulangerie Jenny Colgan

Le résumé

Polly Waterford coule des jours heureux sur la paisible île de Mount Polbearne. Sa petite boulangerie connaît un franc succès : les habitants du village continuent de s'y presser et un journal régional souhaite même la sélectionner dans son prochain guide ! Polly est aussi comblée par son histoire d'amour avec Huckle, le séduisant Américain qui a su conquérir son cœur. Les deux amoureux se sont installés ensemble dans le grand phare qui domine l'océan.
Malheureusement, lorsque le nouveau propriétaire de la boulangerie de Polly débarque sur l'île avec une lueur malicieuse au fond des yeux, celle-ci réalise soudain que son bonheur est bien fragile. Et le départ précipité de Huckle pour les États-Unis ne l'aide guère à envisager l'avenir avec sérénité.
Face à cette nouvelle tempête qui se prépare, Polly va devoir se battre pour ne pas laisser sa vie prendre l'eau. Réussira-t-elle à surmonter les obstacles qui se dressent sur sa route ?

Mon avis

Voilà une lecturequi s'est glissée encore une fois dans ma pile de livres déjà bien garnie. Mais comme je ne sais pas résister longtemps à un livre qui me tente. Et en quelques clics sur mon clavier, le bouquin était dans mon panier en ligne car je n'avais pas pu l'acheter dans ma librairie préférée. Je l'avoue j'ai même guetté la boîte aux lettres…

J'avais en effet vraiment beaucoup aimé "La petite boulangerie du bout du monde" et je me suis précipitée pour acheter la suite. Je me réjouissais d'une lecture encore un peu légère en cette fin d'été.

Mais je l'avoue, je n'ai pas tourné les pages aussi vite et avec autant d'entrain que pour le premier… J'ai trouvé ennuyeux les références au livre 1. C'est comme si Jenny Colgan voulait intégrer l'histoire du premier livre dans le second. Si on lit une suite, ce n'est pas pour relire le premier épisode !

Pas de vraie nouveauté dans les personnages récurrents et les nouveaux ne sont pas aussi hauts en couleurs que dans le tome 1. Alors oui, je l'ai lu jusqu'à la fin mais j'ai été déçue. Bon cela reste une lecture sympathique mais rien ne surprend dans l'histoire et c'est bien dommage. Donc si vous étiez tenté, bof bof réfléchissez avant d'acheter…

« La bibliothèque des coeurs cabossés » Katarina Bivald

"La bibliothèque des coeurs cabossés" Katarina Bivald

Le résumé : Tout commence par un échange de lettres sur la littérature et la vie entre deux femmes que tout oppose : Sara Lindqvist, jeune Suédoise de vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, et Amy Harris, vieille dame cultivée de Broken Wheel, dans l'Iowa. Lorsque Sara perd son travail de libraire, son amie l'invite à venir passer des vacances chez elle. A son arrivée, une malheureuse surprise l'attend : Amy est décédée. Seule et déboussolée, Sara choisit pourtant de poursuivre son séjour à Broken Wheel et de redonner un souffle à cette communauté attachante et un brin loufoque… grâce aux livres, bien sûr.

Mon avis

Presque 500 pages au milieu de nulle part… enfin si, à Broken Wheel en Iowa.

Des pages au fil desquelles, on découvre des personnages qui semblent tous plus étranges les uns que les autres. On les découvre par la description qu'Amy Harris en a faite à son amie Sara par le biais d'une correspondance. Ce qui les liait ? L'amour des livres. C'est cette passion des livres qui a poussée Sara à vouloir rencontrer son amie et à découvrir Broken Wheel. Une fois sur place, elle doit surmonter l'absence de cette amie qui est décédée, le manque d'encouragement de tous, de sa famille suédoise et la population locale qui semble tout mettre en œuvre pour qu'elle reparte au plus vite. Mais derrière cette apparente froideur, tous s'attachent à elle.

Les livres, un fil ténu qui unit bientôt chacun dans cette toute petite contrée. Les apparences dominent mais Sara parvient à percer à jour chacun et à les révéler à eux-mêmes.

Une bien chouette lecture. Celui-là je l'ai dévoré durant mes vacances au soleil et c'était bien agréable. Pour une passionnée de lecture telle que moi c'était un livre tout trouvé !

« La petite boulangerie du bout du monde » Jenny Colman

"La petite boulangerie du bout du monde" Jenny Colman

Le résumé : Quand son mariage et sa petite entreprise font naufrage, Polly quitte Plymouth et trouve refuge dans un petit port tranquille d’une île des Cornouailles. Quoi de mieux qu’un village de quelques âmes battu par les vents pour réfléchir et repartir à zéro ?

Seule dans une boutique laissée à l’abandon, Polly se consacre à son plaisir favori : préparer du pain. Petit à petit, de rencontres farfelues – avec un bébé macareux blessé, un apiculteur dilettante, des marins gourmands – en petits bonheurs partagés, ce qui n’était qu’un break semble annoncer le début d’une nouvelle vie…

Mon avis

Lu en deux jours à peine pendant les vacances au soleil… Une lecture pleine d'espoir, rafraîchissante. Le tableau n'est pas joli joli au début, mais très vite on comprend que Polly a besoin de se trouver, de laisser exister sa vraie personnalité. Elle s'est trop longtemps oubliée.

D'une passion qui l'apaise, elle va faire son entreprise, sa réussite. Elle ne se cache plus derrière personne mais existe par elle-même et surtout pour elle-même.

On se doute bien que l'amour n'est pas bien loin d'elle… Mais comme pour tout le reste, elle prend le temps. Amitié, chagrins, authenticité, NATURE. Des personnages qui se dévoilent progressivement au fil des pages et auxquels on s'attache vraiment.

Bref un livre vraiment très agréable qui n'est pas sans rappeler "Les gens heureux boivent du café" d'Agnès Martin-Lugand publié en 2013.

En somme, Polly nous donne une leçon de vie ! Envers et contre tous, elle se lance dans une aventure qui en aurait découragé plus d'un. Un environnement hostile et un accueil pas vraiment des plus chaleureux. Mais il en faut plus à Polly pour se laisser décourager, persuadée qu'elle peut apporter un peu de bonheur autour d'elle avec ce qu'elle sait faire le mieux : fabriquer toutes sortes de pains.

Après avoir achevé cette lecture, je n'ai qu'une envie : plonger dans la suite "Une saison à la petite boulangerie" car ses personnages sont réellement attachants, même s'ils affichent des apparences un peu rugueuses de prime abord.

« La perle et la coquille » Nadia Hashimi

"La perle et la coquille" Nadia Hashimi

Le résumé : Kaboul, 2007. Les Talibans font la loi. Et comme un malheur n'arrive jamais seul, Rahima n'a pas de frère et son père est malade. Ses soeurs et elle ne peuvent donc en aucun cas quitter la maison, encore moins pour aller à l'école. Leur seul espoir réside dans la tradition des bicha posh, qui permettra à cette fille de dix ans de se travestir jusqu'à ce qu'elle soit en âge de se marier. Avec ses cheveux courts, vêtue comme un garçon, elle jouit alors d'une liberté qui va la transformer à jamais, comme son ancêtre Shekiba, un siècle plus tôt. Les destinées e ces deux femmes se font écho et constituent un vibrant témoignage sur la condition féminine en Afghanistan.

Mon avis :

Je suis tombée sur ce livre par hasard, en furetant dans les rayons de ma librairie préférée. Une appréciation écrite sur la couverture par Khaled Hosseini, un auteur que j'affectionne particulièrement, a attiré mon oeil. J'ai lu le résumé et je suis enchantée d'avoir plongé dans cette lecture.

Un livre excellent, touchant… Je me suis laissée complètement happée par cette histoire de femmes. J'ai malheureusement très vite oublié que tout se déroulait durant les années 2000, tant la condition féminine décrite dans ce livre est bien loin de ce que nous connaissons nous, chanceuses, et même très chanceuses Européennes ! J'oserais même dire une condition archaïque, malheureusement pour elles.

De nombreuses fois au fil des pages, je me suis dit que j'avais une chance immense d'être née en France et d'avoir été élevée dans l'égalité des sexes…

Que de difficultés doivent surmonter ces femmes et quel courage immense ont-elles !

J'ai dévoré ces presque 600 pages de ce livre vraiment très vite.

Cela me fait dire : surtout, nous devons aider et encourager l'éducation des filles, quelles que soient leurs origines ethniques, religieuses… sans avoir de préjugés mais juste pour faire en sorte que toutes les fillettes, jeunes femmes et femmes aient les mêmes chances dans la vie, tout simplement.

Une histoire bien écrite, avec beaucoup d'émotions. A lire sans modération !

J'attends maintenant avec impatience la sortie le 21 octobre prochain chez Milady de son second livre "Si la Lune éclaire nos pas".

Dans ma valise pour les vacances…

Mes récents achats de livres
Mes récents achats de livres

Les vacances approchent. Je m'en réjouis par avance car je vais alors pouvoir pleinement m'adonner à mon plus grand plaisir : LIRE sans retenue. Alors comme je suis de près les conseils de mes libraires favorites La Maison Lacoste, voici quelques-uns de leurs conseils lecture (les titres marqués avec des étoiles) et c'est sûr, certains (ou tous ???) seront dans ma valise pour les vacances.

En effet, ça y est j'ai fait mes achats lecture ! Et j'ai vraiment fait le plein…

Alors vous devez penser que cela fait beaucoup mais l'été dernier, je lisais environ un livre par jour… Euh j'oublie de préciser que je pars une semaine au soleil début août et que le programme sera surtout repos pour toute la famille et nombreuses baignades. Je prévois de lire, lire et lire car cela me permet de transporter mon cerveau bien loin du quotidien habituel. Et c'est tout simplement un grand bonheur pour moi. Alors voici mes derniers achats avec les résumés pour chacun des ouvrages…

Du côté des polars

Après des années d’attente, Hélène et Laurent peuvent se réjouir. Un heureux événement se profile enfin. Mieux, deux : ils auront des jumeaux ! Mais les choses ne se déroulent pas comme ils l’espéraient. L’un des enfants meurt lors de l’accouchement alors que Laurent, presque simultanément, développe une tumeur au cerveau. Et malgré une intervention chirurgicale réussie, les symptômes de la maladie s’aggravent jour après jour.
Après avoir perdu un enfant, Hélène craint de perdre son compagnon. Deux drames plus liés qu’elle ne le croit…

Une jeune femme est retrouvée morte dans son appartement de Boulogne-Billancourt, massacrée à coups de hache. Elle s'appelle Élodie et son ami, Antoine Deloye, est identifié sur l'enregistrement d'une caméra de vidéosurveillance de la ville, sortant de chez elle, l'arme du crime à la main. Immédiatement placé en garde à vue, Antoine s'obstine à nier malgré les évidences. Il accuse son frère jumeau, Franck, d'avoir profité de leur ressemblance pour mettre au point une machination destinée à le perdre. Quand Franck Deloye arrive au commissariat central pour être entendu, le trouble est immense : il est impossible de différencier les deux hommes, qui se ressemblent, littéralement, comme deux gouttes d'eau…

Jamais Cecilia n’aurait dû trouver cette lettre dans le grenier. Sur l’enveloppe jaunie, quelques mots de la main de son mari : « À n’ouvrir qu’après ma mort. » Quelle décision prendre ? Respecter le vœu de John-Paul, qui est bien vivant ? Ou céder à la curiosité au risque de voir basculer sa vie ? Tous les maris – et toutes les femmes – ont leurs secrets. Certains peuvent être dévastateurs.
Best-seller aux États-Unis, ce roman, intense, pétillant et plein d’humanité, allie habilement suspense et émotion pour marquer son lecteur d’une empreinte durable.

1993 : Sophie Delalande est folle d’amour pour sa fille Hortense, presque trois ans, qu’elle élève seule. Celle-ci lui permet d’oublier les rapports difficiles qu’elle entretient avec le père de cette dernière, Sylvain, un homme violent qui l’a abandonnée alors qu’elle était enceinte et à qui elle refuse le droit de visite. Un jour, pourtant, Sylvain fait irruption chez elle et lui enlève Hortense. « Regarde-la. Nous allons disparaître et tu ne la reverras plus. »

2015 : après des années de recherches vaines, Sophie ne s’est jamais remise de la disparition d’Hortense. Fonctionnaire au ministère de l’Éducation, elle mène une existence morne et très solitaire. Jusqu’au soir où une jeune femme blonde la bouscule dans la rue. Sophie en est sûre, c’est sa fille, c’est Hortense. Elle la suit, l’observe sans relâche. Sans rien lui dire de leur lien de parenté, elle sympathise avec la jeune femme, prénommée Emmanuelle, tente d’en savoir plus sur elle. La relation qui se noue alors va vite devenir l’objet de bien des mystères. Sophie ne serait-elle pas la proie d’un délire psychotique qui lui fait prendre cette inconnue pour sa fille ? Et la jeune femme est-elle aussi innocente qu'elle le paraît ?

Avec ce nouveau roman, inspiré d’une histoire réelle, on retrouve le génie de Jacques Expert pour transformer les faits divers en romans captivants. Comme à son habitude, il ne se contente pas de faire preuve d’une extrême justesse psychologique mais multiplie les pistes, enchaîne les rebondissements jusqu’à un dénouement complètement imprévisible.

Alan Forrester est thérapeute dans la petite ville cossue de Fairview, Connecticut. Il reçoit en consultation une jeune fille, Jenny Kramer, quinze ans, qui présente des troubles inquiétants. Celle-ci a reçu un traitement post-traumatique afin d’effacer le souvenir d’une abominable agression dont elle a été victime quelques mois plus tôt. Mais si son esprit l’a oubliée, sa mémoire émotionnelle est bel et bien marquée. Bientôt tous les acteurs de ce drame se succèdent dans le cabinet d’Alan, tous lui confient leurs pensées les plus intimes, laissent tomber leur masque en faisant apparaître les fissures et les secrets de cette petite ville aux apparences si tranquilles. Parmi eux, Charlotte, la mère de Jenny, et Tom, son père, obsédé par la volonté de retrouver le mystérieux agresseur.

Ce thriller, d’une puissance rare, plonge sans ménagement dans les méandres de la psyché humaine et laisse son lecteur pantelant. Entre une jeune fille qui n'a plus pour seul recours que ses émotions et une famille qui se déchire, tiraillée entre obsession de la justice et besoin de se reconstruire, cette intrigue à tiroirs qui fascine par sa profondeur explore le poids de la mémoire et les mécanismes de la manipulation psychologique.

Rien n’est plus éphémère que la mémoire d’un enfant…Quand Malone, du haut de ses trois ans et demi, affirme que sa maman n’est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire, le croit.Il est le seul. Il doit agir vite. Découvrir la vérité cachée. Trouver de l’aide. Celle de la commandante Marianne Augresse par exemple. Car, déjà, les souvenirs de Malone s’effacent. Ils ne tiennent plus qu’à un fil. Le compte à rebours a commencé.Qui est vraiment Malone ?

Sur un coup de tête, Agatha Raisin décide de quitter Londres pour goûter aux délices d'une retraite anticipée dans un paisible village des Costwolds, où elle ne tarde pas à s'ennuyer ferme. Afficher ses talents de cordon-bleu au concours de cuisine de la paroisse devrait forcément la rendre populaire. Mais à la première bouchée de sa superbe quiche, l'arbitre de la compétition s'effondre et Agatha doit révéler l'amère vérité : elle a acheté la quiche fatale chez un traiteur. Pour se disculper, une seule solution : mettre la main à la pâte et démasquer elle-même l'assassin.

Après un procès qui a passionné l’Amérique, la jeune Janie Jenkins est reconnue coupable de l’assassinat de sa mère, la très fortunée Marion Elsinger. Dix ans plus tard, suite à une enquête sur la manipulation de preuves, Jenkis sort de prison. Sa libération scandalise le pays, convaincu de la culpabilité de la riche héritière. Janie est-elle coupable ou innocente ? Elle-même n’en a pas la moindre idée. Trop ivre la nuit du meurtre, elle n’a plus aucun souvenir de ses faits et gestes. Ne lui reste en mémoire que les deux derniers mots prononcés par sa mère, deux mots mystérieux qui la conduiront à trouver ses réponses dans une petite ville du Middle West.

Et du côté des romans

Tout commence par un échange de lettres sur la littérature et la vie entre deux femmes que tout oppose : Sara Lindqvist, jeune Suédoise de vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, et Amy Harris, vieille dame cultivée de Broken Wheel, dans l'Iowa. Lorsque Sara perd son travail de libraire, son amie l'invite à venir passer des vacances chez elle. A son arrivée, une malheureuse surprise l'attend : Amy est décédée. Seule et déboussolée, Sara choisit pourtant de poursuivre son séjour à Broken Wheel et de redonner un souffle à cette communauté attachante et un brin loufoque… grâce aux livres, bien sûr.

Kaboul, 2007. Les Talibans font la loi. Et comme un malheur n'arrive jamais seul, Rahima n'a pas de frère et son père est malade. Ses soeurs et elle ne peuvent donc en aucun cas quitter la maison, encore moins pour aller à l'école. Leur seul espoir réside dans la tradition des bicha posh, qui permettra à cette fille de dix ans de se travestir jusqu'à ce qu'elle soit en âge de se marier. Avec ses cheveux courts, vêtue comme un garçon, elle jouit alors d'une liberté qui va la transformer à jamais, comme son ancêtre Shekiba, un siècle plus tôt. Les destinées e ces deux femmes se font écho et constituent un vibrant témoignage sur la condition féminine en Afghanistan.

Quand son mariage et sa petite entreprise font naufrage, Polly quitte Plymouth et trouve refuge dans un petit port tranquille d’une île des Cornouailles. Quoi de mieux qu’un village de quelques âmes battu par les vents pour réfléchir et repartir à zéro ?
Seule dans une boutique laissée à l’abandon, Polly se consacre à son plaisir favori : préparer du pain. Petit à petit, de rencontres farfelues – avec un bébé macareux blessé, un apiculteur dilettante, des marins gourmands – en petits bonheurs partagés, ce qui n’était qu’un break semble annoncer le début d’une nouvelle vie…